Chronique du jeudi: MONSIEUR LE PRÉSIDENT, JE VOUS FAIS UNE LETTRE….

Monsieur Le Président, je vous fais une lettre que vous lirez peut-être, si vous avez le temps.
Vous avez rejoint le maquis très jeune. Vous avez assuré le Secrétariat de Boussouf et donc côtoyé les «cerveaux» des services de renseignement du MALG qui ont pu tenir la dragée haute à la puissante et équipée DST. Vous avez donc, très jeune, fourbi vos armes à la guérilla pour aller ensuite les tester aux fins fonds du désert du Ténéré, où on vous a surnommé alors Abdelkader El Mali, en référence au Pays hôte.
A l’indépendance vous avez occupé le poste de Ministre de la Jeunesse et des Sports sous le règne de Feu Ahmed BenBella. Après le coup d’État – où vous êtes resté fidèle à vos parrains et notamment Boumédiène – vous héritez de la lourde charge d’assurer la diplomatie Algérienne à … l’âge de 26ans. On dit que vous étiez le plus jeune Ministre du monde de l’époque.
Vous avez pendant 13 ans défendu les causes auxquelles adhérait l’Algérie et qui étaient notamment : La liberté des Peuples à disposer de leur destin, la décolonisation des Pays encore sous le joug du colonialisme, le soutien des mouvements de Libération. Ainsi, Monsieur le Président, vous avez œuvré pour l’indépendance de l’Angola d’Agostino Neto, celle du Viet nam de Giap, du Combodge ; vous avez milité avec acharnement pour l’expulsion de Formose (Taïwan) de l’ONU pour céder son siège à la Chine de Chou En Laï en 1969, votre crédo était la fin de l’Apartheid en Afrique du Sud. A ce titre, vous avez côtoyé Lumumba, Che Guevara, Castro, Bredjnev, Mandela, Kennedy, Ho Chi Minh, Mao, Kenneth Kunda, Nyeréré, Nasser, le Roi Fayçal et autres Personnages qui ont dirigé le Monde.
Vous avez contribué auprès de Boumédiène à régler le conflit Irak-Iran lors du Sommet des Pays Méditerranéens en 1975 à Alger. Vous avez préparé le passage historique de Boumédiène à la tribune des Nations Unis, où pour la première fois la langue arabe fut utilisée comme langue officielle, langue avec laquelle Boumédiène présentera « le nouvel ordre mondial » mis   dans les tiroirs pour être ressorti il y a juste quelque temps par les Pays occidentaux eux-mêmes. A vrai dire, il était visionnaire et vous vouliez être comme lui. Il était votre mentor.
En 1978, à la mort de boumédiène, votre désir de prendre sa place fut annihilé par le rapport de forces qui joua en votre défaveur par un concours de circonstances. En effet, dans l’incapacité de décider entre Yahiaoui et vous, les « décideurs de l’époque » inventèrent un critère inédit : L’officier le plus âgé et le plus haut gradé. Les conséquences furent malheureuses puisque je ne sais pour quelle raison, on organisa une «chasse aux sorcières » dont vous fûtes la principale victime. On vous accusa de tous les maux et vous fûtes poursuivi en justice à la Cour Suprême qui vos condamne. Ironie du sort, celui-là même qui vous a condamné, a été chargé d’assurer la cérémonie de votre intronisation en qualité de Président de la République en 1999. C’est avec les larmes aux yeux et des regrets qu’il le fit.
Monsieur, Le Président, je vous fais cette lettre que vous lirez peut-être si vous avez le temps.
A 39 ans, Vous avez vécu une traversée du Désert en vous exilant dans les Pays du Golfe et en particulier dans ce Pays dont l’Algérie a froidement salué la création en 1970. Ce pays, le Qatar, envers lequel Chou en Laï constatant qu’il a été parmi ceux qui ont voté contre l’entrée de la Chine à l’ONU a lancé la boutade suivante : « Comment un Pays dont la population ne remplirait pas un étage d’un Hôtel de Changaï, puisse décider  du destin de la Chine? »
A 60 ans, en 1999, vous revenez en Algérie. Je redécouvre l’Homme. Il n’a pas beaucoup changé hormis la calvitie légère, le blanchissement et l’aération des moustaches qui furent fournies et l’amélioration de la maîtrise de la langue arabe qui – sans avoir été ridicule par le passé – est devenue parfaite. Vous êtes toujours inégalable dans la maîtrise de la langue de Molière, que vous vous évertuez à pratiquer avec cet accent propre à vous.
Monsieur Le Président vous incarnez pour moi cette nostalgie que j’ai d’une  Algérie qui n’a connu ni récession, ni agressions, ni embouteillages, ni drogue, ni viol, ni mutilation. Cette Algérie où il n’y avait que 3 Universités, mais où la licence était reconnue par les plus hautes Universités Européennes, où l’on accédait directement et sans concours au 3ème Cycle de Doctorat. Cette Algérie où on n’avait pas besoin de visa pour sortir, mais d’une autorisation de sortie. Il y avait –  il est vrai –  les pénuries, mais on faisait avec. Il n’y avait ni bananes, ni coca-cola, mais il y avait les oranges, les pastèques à un douro et Za3zou3. Cette Algérie où il y  avait profusion de bars, mais jamais quelqu’un ivre ! Cette Algérie où on allait au stade avec les enfants, où les balcons des cinémas étaient réservés aux familles et aux couples.
Vous allez bouclez 15 ans de règne en avril 2014, et vous battez un autre record. Après celui du plus jeune Ministre, vous serez désormais le Président qui aura régné le plus en Algérie.
Le malheur a voulu que vous subissiez un AVC qui a lourdement affecté vos capacités. Je ne vous ai pas entendu parler depuis 2012. Vous n’avez pu diriger que deux Conseils de Ministres en l’espace de deux ans. Malgré votre bonne volonté, malgré mes connaissances nulles en médecine, j’estime qu’un AVC à 75 ans, s’il n’a pas été heureusement fatal pour vous, vous amoindrit énormément.
C’est pourquoi, Monsieur le Président, je vous fais aujourd’hui cette lettre que vous lirez peut-être si vous avez le temps.
Je vous fais cette lettre pour vous demander – au nom de ce Pays que vous aimez tant – de déclarer solennellement votre retrait dès la fin du présent mandat. Vous aurez la lourde tâche – la dernière – d’assurer le déroulement des élections dans un climat serein et transparent. Vous aurez la lourde tâche de permettre à ce Pays que vous aimez par-dessus tout, d’entrer enfin dans une gouvernance digne des grandes nations. Vous aurez la lourde charge de dire au monde entier que l’Algérie n’a besoin ni de printemps, ni de jasmin, ni de tulipes. L’Algérie n’a besoin que de ses Hommes.
Monsieur le Président, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être si votre état le permet.
Je vous fais une lettre pour vous demander de ne pas écouter ceux qui vous disent que vous êtes capable de continuer. Ils sont victimes de la corruption du Pouvoir. Je me souviens que lors de votre premier discours, vous avez dit : «El koursi ydaouakh!» (1) Oui, il les a enivrés !
Monsieur le Président, je vous ai fait cette lettre pour vous dire – même si ma voix est insignifiante -que si vous vous représentez pour un quatrième mandat, je ne voterais pas pour vous. Non pas que je doute. Non pas que je voterais pour un autre candidat. Mais parce que j’estime que vous avez besoin de vous reposez et l’Algérie a besoin d’une forte énergie comme celle que vous aviez à 26 ans.

Et puis, sincèrement, j’ai envie de garder cette image de vous: un passé glorieux d’une jeunesse fougueuse, un présent réconciliateur d’une maturité légèrement paternaliste, et non pas celle d’un avenir victime d’une sénilité stérile.
djillali@bel-abbes.info

(1)  Le trône enivre,  autrement dit: le pouvoir corrompt.


le 09 janvier 2014


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
09 janvier 2014

7 Commentaires pour “Chronique du jeudi: MONSIEUR LE PRÉSIDENT, JE VOUS FAIS UNE LETTRE….”

  1. OULED BOUL

    Mr Dlilali et a avec sa verve habituelle a voulu nous entrainer dans un monde d’illusions.La compassion tient lieu de pensée ,vos reflexions se réduisent a la sympathie et s’y épuise ……tout en évitant sciemment le point fondamental .

    Ainsi , Vous projetez dans notre champ de vision des images fictives ,,lamentablement auréollées de gloires virtuelles en vantant avec une plaidoirie enflammée des accomplissements dérisoires ,des réalisations titanesques,…..hors de commun témoignant les qualités extra terrestes et l’infaillibilté du gnome….. ! Le tout est dans le seul but d’enjoliver le portrait d’un dictateur !!
    Pourtant ,le tableau hideux est bien lá pour nous rappeler la perdifie du régime.En commencant par le coup d’état juin 1965 dont votre homme est l’instigateur principal .Ensuite l’agression délibérée comme la constitution ,en modifiant l’article 76 limitant a deux le nombre des mandats du président .Sur ce point que j’éstime sacré ,je dirai que périssent mille présidents ,ministres et députés plutot qu’un seul principe institutionnel ,cette conviction non négociable justifie tous les autres …!!
    Nous Avons la ferme conviction que le 3eme mandat est un mandat de perdu dont nous assitons avec amertumes et passivité froide .Que des années
    perdues et du gachis !!.
    Quant a votre lettre ,Je me demande depuis quand un déspote et son entourage pretent oreille a une lettre ? Seul un réveil des consciences engourdies du peuple et le déferlement d’un million de citoyens dans les rues et ruelles saura envoyer des signaux forts et changer la donnée.Le reste est foutaise …

  2. khayi

    Ahmed Ouyahia, le discret ancien Premier ministre, aurait rencontré le président de la République le week-end dernier.
    Si la source de cette information paraît digne de foi, quoiqu’elle ait souhaité garder son anonymat, rien d’autre n’a pu filtrer de cet entretien qui aurait duré environ deux heures dans les salons d’El-Mouradia.”Rapporte Algerie360″

  3. khayi

    EN presidant les meetings dans les annees 70 notre president a 275 fois repetez la phrase ‘ le choix du socialisme est irreversible ‘. et en presidant les meeting depuis 1999 a ce jour notre president a 402 fois repetez le mot en phrase ‘ reconcilliation ” et aussi moussallaha ‘.

  4. berraoui

    mr djilali …votre lettre est pleine d eloges a l egard du president.mais pour une personne objective l on doit ennumerer le cote positif mais aussi le cote negatif.
    ce que vous avez cite dans votre lettre est un C V purement personnel de bouteflika .mais ce quil a fait durant ces 3 mandats consecutifs est entache de beaucoup de scandales.
    1/ agression de la constitution (supression du nombre de mandats qui etait a 2)
    2/generalisation de la corruption a tous les niveaux.
    3/generalisation du favoritisme du nepotisme et du regionalisme
    4/impunite totale vis a vis des hauts responsables cites dans divers malversations …les exemples ne manquent pas..
    5/ un vocable nouveau est entre dans les moeurs du quotidien algerien : LA CHKARA pour postuler a nimporte quel poste de responsabilite.
    jean paul sartre disait : l enfer cest les autres..moi je dirai que l enfer cest ceux qui gouvernent lalgerie
    des rapaces aux grandes commandes de l algerie depuis 1962 poussent bouteflika a annoncer sa candidature pour un 4 mandat.lui qui est fatigue malade et aux abonnes absents depuis presque une annee.
    quelle comedie !! aiment ils vraiment bouteflika je ne crois pas
    aiment ils lalgerie non plus je ny crois pas..
    ils aiment le pouvoir ils aiment les privileges que leurs offres leurs postes de responsabiltes.
    pour terminer je dirai que la lecture correcte et realiste des evenements que vit notre pays demande un tout un chacun de nous a faire preuve de desinteret total pour l edification dun etat moderne democratique et ouvert aux seules competences pouvant innover et creer des espoirs et des souffles nouveaux pour une algerie qui appartient a tous les ALGERIENS et non a ceux qui en font un registre de commerce.

  5. Dr D. Reffas

    Bonjour.

    Une chronique, droite, loyale, pleine de bon sens et rédigée par une personne de ma génération qu’on surnomme la génération d’or, celle qui a eu la chance de côtoyer les différents espaces de l’Algérie indépendante jusqu’à ce jour. Nous avons fait une école citoyenne. Effectivement, nous avons connu le président durant son parcours de ministre des affaires étrangères,” le “diplomate élégant” qui ne reculait devant rien pour servir son pays et les mouvements de libération en Afrique. Son intelligence et sa clairvoyance a permis à l’Algérie de nationaliser nos hydrocarbures, et dan ce contexte monsieur François-Xavier Ortoli, jadis ministre de l’industrie dans le gouvernement Pompidou a laissé des plumes sur la table des négociations.
    Tout en épousant le contenu de la lettre que vous transmet monsieur C. Djilali ,et que je souhaite vous voire prendre connaissance de sa rédaction, j’ajoute:”Monsieur le président, la famille Algérienne déchiquetée dans son âme pendant la décennie noire, a retrouvé la paix et la stabilité dès votre intronisation au sommet de l’état par voie référendaire.Pour consolider votre démarche dans l’acquisition de la paix sociale, j’ai été investi en décembre 1999 d’une noble mission qui consistait à rassembler la société civile Africaine autour de votre noble démarche. En février 2000, à sa tête madame Amilcar Cabral, elle a répondu favorablement pour venir vous décerner la médaille de la paix et vous rendre hommage pour votre engagement auprès des peuples à recouvrir leur indépendance. Même la diaspora africaine en Europe était présente.Monsieur le président, vous êtes l’icône de tous les peuples arabes et africains. Vous aviez été un guerrier des causes justes, et vous méritez le repos. Ainsi le peuple sera soulagé. Que dieu tout puissant puisse vous apporter guérison et réconfort. Merci monsieur le président.

  6. 21Grammes

    Pauvre de moi,qui n ‘a pas connu vraiment cette Algérie sereine dont vous parlez Mr Djillali,je vous envie,car celle que je connais est celle du terrorisme,du sang,des femmes éventrées,et ensuite de l’impunité, de la corruption,des détournements de fonds,du gaspillage,de l’incivisme,des viols,des kidnappings,de la pédophilie,et encore et surtout de l’Impunité.Pauvre de moi,et pauvre Algérie,nous méritons beaucoup mieux que ça.

  7. khayi

    c est juste et loyale ce que vous dites Mr.Djillali et pourtant beaucoups d Algeriens et Algeriennes sont de cet avis . de PRESIDENT on devient PERE DE LA NATION. C EST UNE SUPPOSITION OU UNE REALITE .Les jours qui viennent et l histoire libres a eux seuls d aggraver ce souhait dans les memoires.

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00