Conférence : La Révolution algérienne et les Révolutions mondiales.

Cette conférence a été donnée par le Docteur Mohamed Mjaoued, le 31/10/2011, sous l’égide de la section de la Fondation Emir Abd-El-Kader de Sidi-Bel-Abbès et nous a inspiré la réponse qui suit :
« Il faut être rameur avant de tenir le gouvernail » (Aristophane 450-386 AV JC, in « Les Cavaliers »).


Lorsque le conférencier égrenait ses inepties incompréhensibles sur un sujet autrement plus noble, je n’ai pas mieux trouvé à dire à mon vis-à-vis : « Je suis mal à l’aise ». En effet, plus le discours se prolongeait, plus j’étais tiraillé dans tous les sens, me questionnant sur l’appréciation qualitative que je devais porter sur notre Université si l’image qu’elle renvoie est conforme à la piètre prestation de son représentant.
Une absurde pudeur me retient de dire toutes les rancœurs que j’éprouve à l’égard de pseudo- chercheurs qui, par la médiocrité n’honorent pas l’Université telle qu’elle est entendue sur le plan universel. Cette Institution devrait être le paradigme de la rigueur au lieu de se complaire dans un « à peu près » disqualifiant.
A la veille du 1er Novembre 2011, la section locale de la Fondation Emir Abd-El-Kader a cru bon devoir confier à son prétendu Conseil Scientifique l’organisation ou la paternité de cette conférence qui devait aborder, nous dit-on, le thème de la Révolution Algérienne et les Révolutions mondiales. Excusez du peu ! Au lieu de se concentrer sur ce sujet avec méthodologie, des digressions malheureuses nous apprennent, à titre d’illustration, que les Lois de 1901 et 1905 ont été inspirées par des législateurs qui avaient maille à partir avec l’Islam en omettant qu’elles avaient pour objectif la séparation du Culte et de l’Etat, définition-même de la laïcité. C’est désolant, voire même consternant, qu’à ce niveau, l’on ne puisse pas faire le distinguo entre athéisme et laïcité.
Oser aborder la Révolution bolchévique avec une légèreté déconcertante et se permettre de lui trouver des similitudes avec celle de Novembre 1954, il faut le faire car la Révolution russe se voulait sociale et universaliste et la nôtre faisait partie d’un mouvement de décolonisation. Il a été également fait référence à la Révolution américaine dans une confusion totale au point où la guerre d’Indépendance et la guerre de Sécession ne faisaient, pour le narrateur, qu’un seul et même événement !
Le comble du mépris est atteint quand le conférencier sollicite notre indulgence en nous faisant part de la perte de ses notes et qu’il n’avait pas d’autre choix que d’improviser son intervention! Personne ne peut excuser cela et surtout pas des universitaires qui sont censés faire du sérieux et de la rigueur leurs vertus cardinales. Ironie du sort, le conférencier a eu déjà l’occasion de recourir à cette échappatoire qui met à nu les véritables tares ô combien révélatrices du niveau inquiétant de ceux qui doivent mériter du titre d’élite. S’étonnerait-on d’apprendre, dans un classement établi par une célèbre université asiatique, paru il y a quelques jours, de noter la présence, à la 2 997ème place sur 3 000, d’une université algérienne ?
La seule vraie analogie à faire avec la Révolution de Novembre n’a guère inspiré notre inquiétant narrateur : celle du Viêt-Nam qui a tout simplement été ignorée. Il nous a aussi été donné d’apprendre que Messali Hadj, seul personnage historique cité, était le père de la Révolution de Novembre dont il a été à l’origine. C’est l’air du temps puisque toute une portion de la rocade, portera son nom si ce n’est déjà fait, en catimini, en douce sans doute pour ne pas laisser transparaître une éventuelle gêne. Nos Martyrs mériteraient plus de considération. Choisir un 1er Novembre pour faire cela ne nous semble ni opportun ni intelligent.
Pour être universelle, une Révolution aussi noble que la nôtre doit se délester des scories qui dérangent ; son âme ne concerne que les enfants et les patriotes qui l’engendrent. C’est dire que les absents en sont exclus. Ce n’est ni du sectarisme ni du rigorisme de le dire, il s’agit là tout simplement du sort que l’Histoire réserve à ceux qui s’accrochent à son wagon.
Il est bon temps de plaire aux puissants du moment, ça ne devrait pas être la motivation d’un « historien », de surcroît scientifique qui privilégierait le factuel et la raison au lieu de s’atteler au subjectif et au circonstanciel. En tout état de cause, je conseillerai à la Fondation, si mon avis devait se prévaloir, de se réorganiser d’une manière telle à susciter des vocations d’historiens par la mise en place de bourses et leurs financements au profit des étudiants les plus méritants au lieu de s’encombrer d’un conseil qui n’a de scientifique que son emphatique résonnance.
Si mon propos peut être perçu volontairement acerbe, je répliquerai en disant qu’il s’agit là d’un cri de cœur. La raison ? Je ne veux pas et ne souhaite pas m’abandonner à une indulgence complice qui ne siérait pas à la rigueur que doit exiger de lui-même un universitaire tel l’ascète dans son combat dans le refus des tentations du commun.
Je n’ai pas d’autres mots pour convaincre. Je préfère laisser le soin à la citation de Brel dans sa chanson de 1956 : « Quand on n’a que l’amour ».
Quand on n’a que l’amour
Pour parler aux canons
Et rien qu’une chanson
Pour convaincre un tambour.


le 01 novembre 2011


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
01 novembre 2011

3 Commentaires pour “Conférence : La Révolution algérienne et les Révolutions mondiales.”

  1. BenKhelouf K.

    Oui et Oui”L’intellectuel n’étant pas celui qui cultive la rancune” Aidkoum Mabrouk

  2. Abdeddaim A. Sadik

    Monsieur le Professeur.
    Je commencerai par mes meilleurs vœux que vous partagerez avec les vôtres à l’occasion de l’événement sacré que vit le monde musulman. Pour en revenir à votre commentaire, je vous dirai que je n’ai pas boudé mon plaisir, je m’attendais à cette réaction annoncée du reste par votre tutorat. Si je comprends bien vous avez volontairement adapté votre discours à un public que vous avez jugé, de prime abord, ne pas répondre aux exigences universitaires, c’est vous qui avez osé le dire et il ne m’appartient pas de vous corriger. Je me permets de vous rappeler, à toutes fins utiles, que, parmi le public on dénombrait, entre autres, cinq walis, sans compter tous les corps constitués (invités à votre initiative ?) Si tel était le cas, cette manière de faire m’amènerait à dire qu’une conférence ne peut être conçue à géométrie variable. Pourquoi vouloir me faire plein les yeux alors qu’il aurait fallu exposer ce que vous dîtes pendant votre conférence, même si je ne partage pas l’essentiel : là au moins je reconnais que vous avez dû faire un effort louable ne serait-ce que dans la documentation ou le travail d’équipe, sans insinuation aucune.
    Enfin ce n’est pas moi qui ai donné plus de contenu et d’importance à l’introduction en lisant un texte écrit tout en marginalisant le corps du sujet que vous avez cru bon vouloir improviser dans une démarche tatillonne. Vous avez même eu la franchise et la délicatesse de ne pas le nier dans une harangue brouillonne qui n’excuse pas votre désinvolture ; je suis du reste convaincu que vous avez dû consacrer plus de temps et d’efforts à préparer votre commentaire en comparaison avec la préparation de votre conférence, si je venais à croire ce que j’ai entendu. J’aurais pu adopter une attitude plus discrète mais je n’ai pas pu résister à mon instinct critique à l’effet de contribuer à rehausser le débat à un niveau plus conforme au temple du savoir qui devrait être votre sacerdoce. C’est au moins l’utilité que l’on a pu en tirer en vous conduisant à plancher sur le sujet qui vous tenait à cœur à en croire votre commentaire qui ne répondait guère à ce qui vous semblait être des admonestations de ma part. Est-ce un crime de lèse- majesté que de dire une vérité constatée par l’ensemble des présents. Pour convaincre, le ton professoral et magistralement discutable, ne suffit ni ne sied guère dans de telles circonstances. Mes ressentiments à votre égard étaient précis, la sagesse aurait voulu que vous fûtes moins impatient et moins imprudent pour y répondre par une question de cours reprise dans un polycopié préparé sciemment à cet effet.
    Vous avez dû remarquer que je n’ai pas cherché à savoir qui vous êtes, ni à tracer votre portrait psychologique, je me suis contenté de relater le contenu d’une conférence avec ce que j’ai estimé être ses imperfections caractérisées et ses incohérences manifestes, comme j’aurais pu le faire envers quiconque s’il avait été en votre lieu et place. J’ai écrit comme je l’ai senti, sans réfléchir à l’inexcusable censure de la conscience dans le souci de lisser une opinion libre de toutes attaches partisanes. En improvisant, vous avez peut-être dit bien mal ce que vous avez senti confusément : c’est le lot de tout un chacun, il faut l’accepter, nul n’est parfait et c’est tout à l’honneur du débat. Il est vrai qu’habituellement, ces genres de « joutes » ne suscitent aucun intérêt pour les chroniqueurs, vous devez vous réjouir qu’on ait provoqué un intérêt en relatant l’événement.
    Aussi, suis-je au regret de vous dire que vos propos ne sont pas de nature à investir mon imagination, encore moins mon esprit, non pour leurs désintérêts ou leur légèreté mais pour votre obsession à vouloir expliquer ce qui n’était pas le thème du débat. C’est vrai que le « choc des civilisations » de Samuel P. Hungtington anime un débat passionné, mais ce n’est pas ma tasse de thé et vous avoue n’avoir pas d’affinités culturelles avec ceux dont l’expression extrême tient lieu de modèles idéologiques. Le « Printemps arabe », concocté par ceux-là mêmes que vous invectivez est là pour nous éclairer que nous sommes contraints d’être à la remorque de l’Histoire. Pérorer sur la suprématie de nos croyances et notre gloire passée n’atténuerait en rien la désolation dans laquelle se trouve le Monde Arabe. L’historien que vous êtes doit se concentrer sur les causes de ce marasme. Pour rechercher les voies et moyens d’en sortir, se mettre en ordre de bataille ne résout rien sinon faire œuvre de pénitence qui est loin d’être notre fonds culturel. C’est ce qu’il faut tirer comme profit des thèmes que vous abordez inutilement, et avec force détails, c’est la Constitution des Etats-Unis qui a été à peine retouchée une seule fois depuis sa création par ses Pères Fondateurs, « ceux de Philadelphie », et la séparation du Culte et de l’Etat (Lois de 1901 et 1905) etc. (y compris le Concordat puisque vous le dîtes). Je ne doute pas un seul instant que vous disposez d’assez de documentation en la matière pour épiloguer sur ces sujets jusqu’à tout rompre. Mais là n’est pas la question. Celle qui nous concerne c’est le sérieux qu’on doit consacrer à toute chose quels que soient les moments ou les vis-à-vis.
    Pour les historiens, chercheurs de surcroît, se raccrocher à un conseil scientifique d’un Fondation me paraît résiduel par rapport à l’ampleur de la tâche universitaire que j’estime immense. Selon mon humble avis, la Fondation n’a que faire de ces joutes maintes fois répétées et qui ne lui apportent rien, sinon mettre à l’affiche, momentanément, leurs promoteurs, la satisfaction du devoir accompli n’est pas pour autant rassasiée. Si vous vous sentez accablé sous le poids d’une réaction « à chaud », me prendre pour cible n’est pas le moyen idoine de le conjurer : s’atteler à un travail novateur serait, à mains égards, plus bonifiant. Vous avez pu me juger sévèrement, c’est votre droit. Que mes propos eussent été interprétés pour les besoins d’un moment, cela ne me dérange aucunement. L’intellectuel n’étant pas celui qui cultive la rancune, j’espère vous croiser dans d’autres circonstances dans des dispositions moins passionnées et plus sereines.
    Gardons bien à l’esprit ce vieux dicton : « Vouloir tout embrasser c’est se condamner à ne rien saisir ».

  3. Mohamed_Medj

    Tout d’abord Aïdkoum Mabrouk oua koulou Aïd oua antoum bi elfi kheïr.
    Suite à la parution de l’article « Conférence : La Révolution algérienne et les révolutions mondiales » paru dans votre journal électronique le 1er novembre 2011, on constate que le commentaire de Monsieur Abdeddaim A. Sadik va plus dans le sens de dénigrement que la critique constructive. Tout d’abord, par la phrase
    « Il faut être rameur avant de tenir le gouvernail » (Aristophane 450-386 AV JC, in « Les Cavaliers »).
    on devine la sentence. On devine également l’insinuation que l’on est des parachutés ou des timoniers autoproclamés ; qu’il se détrompe, nous ne sommes ni les uns ni les autres. Et ceux qui veulent nous aider, voire nous corriger, sont les bienvenus au sein du Conseil Scientifique de la Fondation Emir Abdelkader (section de Sidi Bel Abbès). Pour ce qui est de l’Université, on estime qu’elle n’est en aucun cas concernée par la conférence du 31 octobre 2011 et que les qualificatifs insultants vis-à-vis du conférencier et de toute la communauté universitaire n’engagent que le « commentateur » qui croit qu’il est dans tous ses droits de dénigrer tout ce qui bouge dans « son  champ de vision ». Tenir de tels propos provocateurs ne hisse pas le débat à son niveau souhaité et n’est guère glorifiant. La critique « scientifique » (ou du moins « positive ») n’inclut aucun registre nommé « dénigrement » ou « mépris ».
    Il faut se rendre compte que la conférence n’était pas destinée à une élite intellectuelle, mais à un public très large, elle fut présentée sous une forme accessible et compréhensible par le public présent à l’occasion. Le temps limité et l’oubli du plan de la conférence aidant ont fait qu’il y ait eu des omissions (la guerre du Vietnam, la révolution chinoise et la révolution cubaine entre autres), mais pas d’amalgame conceptuel ou évènementiel comme c’est prétendu dans l’article. Le débat prévu (et annoncé par le Président de séance) aurait comblé les prétendues carences si la salle ne s’était pas vidée après la pause.
    A titre indicatif, la conférence a abordé les points suivants :
    Exploration de quelques moments forts de l’histoire coloniale de la France en Algérie.
    Définition de la nature du colonialisme français (raciste et anti-musulman.)
    Illustration des traits distinctifs de la révolution du premier novembre par rapport aux autres révolutions (sans faire une analyse détaillée des similitudes et des dissimilitudes entre la révolution algérienne et les autres révolutions [les 40 mn n’auraient pas suffi et le débat devait suivre ; d’autant plus que la conférence ne s’adressait pas uniquement à une seule personne qui prétend détenir la vérité absolue sur le sujet, en l’occurrence « le commentateur »].)
    En ce qui concerne les lois de 1901 et 1905 relatées par le « commentateur », on présume qu’il voulait dire la loi du 09/12/1905 en continuité de la loi des associations du 01/07 /1901 (suivie du décret du 16/08/1901) et en remplacement du régime du concordat de 1801 de Napoléon (qui est toujours en vigueur en Alsace-Moselle) et le décret du 27/09/1907 qui devait régir la laïcité en Algérie colonisée. Il est à noter que le mouvement national algérien dans son ensemble (et plus particulièrement l’Association des Oulémas d’Algérie, depuis sa création en 1931) a demandé avec constance l’application de la loi de 1905 relative à l’autonomie du culte. Ce ne fut pas le cas pour les cultes catholique, protestant et israélite. La politique colonialiste n’admettait en aucun cas de laisser le soin au peuple algérien d’exercer librement son culte lequel culte était méprisé par les décideurs bien-pensants de la France coloniale depuis le début de la colonisation.
    Pour la révolution bolchévique, il n’est nul besoin de préciser qu’elle est de nature sociale mue par l’idéologie marxiste et préconisant la construction, à terme, d’un état basé uniquement sur le territoire et le peuple (le pouvoir devenant alors une émanation pure du peuple dont les classes se fonderaient dans une seule classe victorieuse [après lutte évidemment] ; ce serait la classe laborieuse.) Moins d’un siècle après, on a constaté le résultat. Vis-à-vis de cette approche révolutionnaire, dans le mouvement national indépendantiste, Messali Hadj disait : « Ni lutte des races, ni lutte des classes, mais une lutte populaire pour l’indépendance.»
    Concernant la guerre d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique qui a durée huit ans 1775-1783 (total des pertes humaines tous camps confondus : moins de cinquante mille), bien qu’elle ait précédée la révolution française de quelques années, sa carence en prise en charge sociale et son indigence idéologique les ont fait aboutir, moins d’un siècle plus tard, à une guerre civile qui a duré quatre ans (total des pertes humaines : plus d’un demi million.)
    La France a participé à la guerre d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique et a réussi sa révolution de 1789, mais un soupçon de guerre des civilisations subsiste dans sa pratique politique (jusqu’à présent) tout en essayant (pour être indulgent) de donner un caractère universel aux courants idéologiques et philosophiques qui l’animent. Rappelons seulement qu’après l’invasion du nord de l’Algérie D’Heichthal et Urbain (éléments les plus influents du saint-simonisme après Enfantin) se posaient encore des questions sur les races humaines dans « Lettres sur la race noire et la race blanche » (1839, Editeur : Chez Paulin, Paris) et qu’Enfantin, qui se considérait comme l’héritier spirituel de De Saint-Simon, donnait le « la», en 1843, pour une colonisation scientifique de l’Algérie (« La colonisation de l’Algérie » , Bertrand Librairie, Paris). Pour ne citer que ceux-là, les Saint-Simoniens (ce sont un peu les ancêtres des socialistes actuellement en termes d’héritage idéologique), dont Lamoricière était un disciple (ainsi qu’une bonne frange des hauts cadres français de l’époque), ont été les instigateurs du rabaissement du culte musulman ; les stigmates n’ont pas disparu jusqu’à présent. Il est à noter que durant la guerre froide, De Saint Simon est l’une des rares personnalités à être célébrée aussi bien par les américains que par les soviétiques ; c’était un héros de l’indépendance américaine pour les uns et un précurseur idéologique ayant participé à la construction de l’idéal matérialiste marxiste pour les autres.
    Pour éclairer la lanterne du « commentateur », on porte à sa connaissance que le préambule de la Constitution française du 4 octobre 1958 (Ve république), qui est en cours actuellement, renvoie à deux textes fondamentaux : la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 et le Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946. L’invocation de l’« Être suprême » au préambule de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen est une preuve que la Ve république tient compte des convictions chrétiennes de la majorité des citoyens. Tous les “bien-pensants” actuels, en France et ceux qui les prennent pour modèle, font tout pour ne pas trop s’étaler sur la question ; d’où les problèmes actuels de la France d’intégrer l’Islam dans son cosmos. Si “le commentateur” croit encore au Père Noël : qu’il va être adopté par l’occident dès qu’il va commencer à les singer, il se met le doigt dans l’œil; alors nous parler que l’on confonde laïcité et athéisme c’est soit un rabaissement du niveau jusqu’au jeu de question-réponse soit c’est du dénigrement qui ne mérite alors aucune attention. Que l’on hausse le niveau sur les concepts profonds des non dits de la laïcité française qui ont permis à la France colonialiste de pratiquer la discrimination raciste, la torture, la négation du culte musulman, … sans être inquiétée par les nations qui respectaient plus ou moins les droits de l’homme.
    Tout cela pour dire que la révolution algérienne avait plus d’un objectif à atteindre : illustrer le jeu vicieux d’une nation colonialiste qui pratiquait les plus basses besognes d’exploitation et d’avilissement de l’homme tout en montrant une face de porte-étendard de défense de droit de l’homme, arracher l’indépendance nationale, glorifier l’Islam et la langue arabe, se préparer à la prise en charge des problèmes de la société en matière d’éducation, d’alimentation, d’accès à un meilleur niveau de vie : santé, sécurité, … C’est ce type de discernement qu’il faut mettre en exergue pour hisser le débat sur la révolution algérienne vers le niveau qu’il mérite et non de le réduire à une croyance béate à un universalisme absolu tel que cela ressort de l’article du « commentateur ».
    Si le « commentateur » désire participer à un débat encore plus poussé sur le sujet et de manière plus pointue, on se donne rendez-vous les 23 et 24 novembre 2011 à la maison de la culture de Sidi Bel Abbès où vont se tenir des journées nationales sur la dimension nationaliste et indépendantiste chez l’Emir Abdelkader.
    Ce qui est regrettable, c’est que le « commentateur » n’a émis aucune phrase spécifiant la (ou les) partie(s) de la conférence méritant son « indulgence ». A titre d’exemple, Ibn Rochd (Avéroès comme aimerait l’appeler certains), dans sa critique à El-Ghazali dans «  تهافت التهافت » (Tahafout ettahafout), il reprend son travail (celui d’El-Ghazali) un siècle plus tard, mais fait ressortir aussi bien les faiblesses que les forces de l’approche Ghazalienne : une leçon à retenir de la manière de mener une critique qui remonte à plus de huit siècles. On est ouvert à la critique ; nul n’est parfait, mais on est sourd et imperméable au dénigrement et aux insultes.
    Vers la fin, le « commentateur » cite quelques couplets de la chanson de Jacques Brel pour exprimer son cri du cœur. Rappelons que cette chanson de 1956 est une manifestation de l’idéalisme chrétien de Jacques Brel contre la guerre d’Algérie ; l’objectif est louable, mais les tenants nous ne les partageons pas, c’est ce qui a fait soulever l’Emir Abdelkader et tous les résistants à l’occupation française jusqu’à l’indépendance. C’est cette indépendance que nous n’accepterons pas de troquer contre un « bon point » hypothétique que l’occident daignerait bien nous offrir.

    Mohamed MEDJAOUD

    PS : Au début, quand on a vu que les dénigrements et le manque de respect de l’autre sont légion dans le journal BAI, j’ai hésité longtemps pour répondre à la provocation. Ensuite, j’ai compris que le forum du journal fonctionne sans modérateur, ou si modérateur il y a, il est incapable de discerner entre la critique et l’insulte. Ce qui disqualifie ce journal de facto d’être une tribune pour le débat scientifique qui nécessite de la sérénité et du discernement. Pour être magnanime, si c’est juste pour animer «el halqa », il faut considérer cet article comme une contribution « gentille » en guise de réponse à la provocation dont BAI a été le vecteur.

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00