Décès à Dijon de René Justrabo: Il était le premier et seul maire communiste qu’ait connu l’Algerie

Le premier et seul maire communiste d’Algérie  (1947-1953), René Justrabo, est décédé le 6 août 2013 à Dijon (France) à l’âge 96 ans

Les obsèques de l’ancien maire de Sidi Bel Abbés ont eu lieu le 12 août dernier au crématorium Dijon Mirande, selon plusieurs quotidiens français locaux relayés sur les réseaux sociaux. Son épouse Renée Clerc, qui l’a toujours soutenu dans son combat anticolonialiste est décédée, elle, en 2011 à Dijon.

René Justrabo est né le 15 juin 1917 à Mascara, d’un père épicier venu du Sud Ouest de la France et d’une mère d’origine bavaroise. Après des études à l’école normale où il obtint son Brevet supérieur, il est nommé instituteur à Freha, poste qu’il ne rejoindra pas pour des raisons de santé. Il se rend, par la suite, en France pour se soigner et parfaire sa formation d’enseignant. A son retour en Algérie, il enseignera dans un quartier populaire de Sidi Bel Abbés, puis à l’Ecole primaire supérieure de la ville.

Maire de Sidi Bel Abbès de 1947 à 1953, il fut à l’origine des plus importantes infrastructures sociales de la ville en y créant le centre de santé, le conservatoire communal, l’hôpital qui sera baptisé du nom du Dr Hassani après l’indépendance…

Membre du parti communiste algérien, il fut élu à l’Assemblée Algérienne en 1948. Le 17 décembre 1955, Justrabo démissionne de l’Assemblée en application de la décision prise par le comité central du Parti communiste algérien (PCA) de retirer ses élus de toutes les assemblées afin de soutenir la lutte armée du peuple algérien pour son indépendance, rappellel’Humanité.fr. dans son édition du 12 août 2013. Après le déclenchement de la lutte de libération nationale, il sera expulsé de Sidi Bel Abbès en mai 1956 par l’administration coloniale.  Justrabo fut ensuite arrêté à son domicile de Belcourt à Alger et transféré au camp de Lodi, où  il sera interné, jusqu’en 1960, pendant trois ans et demi sans jugement. Le village de Lodi, près de Médéa, fait partie de la dizaine de «centres d’hébergement», qui ont été créés en Algérie à partir de 1954.

Des centaines de français  sympathisants de l’indépendance et amis des Algériens y ont été enfermés de façon arbitraire. René Justrabo revint en Algérie dès l’indépendance et retourna à Sidi Bel Abbès où il enseigna jusqu’en juillet 1963. Il quitta l’Algérie fin 1963 et s’installa à Dijon où il poursuivra, d’après le site Lien-PADS,  son action militante au sein de l’Association des combattants de la cause anticolonialiste (ACCA) et au sein de l’association « Les amis d’Alger Républicain en France ».

Fervent militant anticolonialiste, il s’affirmait « fier de n’avoir jamais tiré un coup de feu » pendant la guerre d’Algérie, relate le quotidien dijonnais le Bien Public.  A Dijon, René Justrabo a assuré pendant vingt-six ans les fonctions de délégué départemental de l’Éducation nationale. Il était également un militant associatif et a été président de la Fédération des œuvres laïques (FOL) de France pendant de nombreuses années. « Son dévouement au service de la collectivité et son militantisme républicain ont été récompensés en 1984 par l’ordre national du Mérite pour quarante-six ans de service civil », précise Bien Public.

Dans son ouvrage «Le Camp de Lodi, Algérie 1954-1962de », Nathalie Funès, journaliste, évoque le sort, dont celui de Justrabo, de centaines d’Européens d’Algérie, sympathisants de l’indépendance, détenus de façon arbitraire dans ce camp.  René Justrabo avait 93 ans quand il a raconté cet épisode de sa vie à Nathalie Funès. « C’était le 26 novembre 1956. Ils sont arrivés à l’aube, dans la lumière d’automne qui filtre à travers les volets. Au moment où a ville s’éveille doucement : Police ! Ouvrez ! Le commissaire du 8èmearrondissement d’Alger a surgi, deux inspecteurs sur les talons, un papier dans la main droite. “Vous êtes bien René Justrabo, né le 15 juin 1917 àMascara ? Vous êtes en état d’arrestation. Voici votre avis d’assignation à résidence. Il n’y a que quelques mots : “atteinte à la sécurité et à l’ordre public”, signés du Préfet d’Alger». En ce mois de novembre1956, la police et l’armée avaient reçu l’ordre de rafler, les uns après les autres, les anciens membres du Parti communiste algérien (PCA).  « René Justrabo, 39 ans, ancien maire communiste de Sidi Bel Abbès, sait que son tour va bientôt arriver. Il s’apprête, d’automne, à sauter dans le bus bondé qui le conduit, chaque jour, des hauteurs d’Alger, où il habite, au quartier de Belcourt, où il est instituteur. Mais c’est dans un camion militaire à deux bancs qu’il grimpe finalement. Poussé comme un vulgaire délinquant. Destination : le camp de Lodi. Il y restera enfermé trois ans et demi».

Abdelkrim Mammeri/El Watan

le 19 août 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
19 août 2013

3 Commentaires pour “Décès à Dijon de René Justrabo: Il était le premier et seul maire communiste qu’ait connu l’Algerie”

  1. omarof11

    Complétement d’accord avec vous mr espoir 22, et d’ailleurs je trouve bizarre que l’on ait encensé à plusieurs reprises,dans ce site, une personne comme Aflelou juste parcequ’il est natif de la ville, et que l’on meprise des batisseurs de la trempe de Justrabo.
    Ce sont tous les deux des acteurs de la france coloniale , c’est vrai, mais les rapports qu’avait justrabo avec la population arabe etait réellement positive et beaucoup de belabbesiens en témoignent.

  2. espoir2006

    Nous devons rendre hommage à l’ex maire de Sidi bel Abbes Justrabo ne serait-ce que pour les réalisations faites à son époque. Combien d’hôpitaux de conservatoires et de piscines ont été construits à SBA depuis que l’Algérie est indépendante? Zéro, wallou, nada.
    Citez-moi un quelconque programme dont SBA a profité depuis 1962 à nos jours et qui mérite d’être signalé.
    Tous les gens qui ont côtoyé cette personnalité reconnaissent en lieu son implication et sa ferveur pour notre chère ville de SBa.

  3. Dr D. Reffas

    Bonjour.

    Deux personnalités étrangères sont souvent citées comme étant des amis à l’Algérie: Réné Justrabo et Albert Camus, ce dernier est considéré à titre posthume comme Algérien par une frange “d’intellectuels” Algérien.
    Concernant René Justrabo, il a été effectivement maire de la ville de Sidi Bel Abbès au service de la république Française colonialiste. Il a mis en oeuvre tout un programme politique colonial. En parallèle et à des desseins électoralistes au service de son parti, il a lancé quelques actions sociales au profit de la communauté indigène. René Justrabo était un maire au service de la colonisation, et à aucun moment il n’a fait de déclaration officielle pour soutenir l’indépendance de l’Algérie. Il a été arrêté au même titre que les français communistes de façon arbitraire(aucun grief na été retenu contre lui) comme souligné dans l’article ci-dessus, donc sans accusation d’ordre politique au préalable. Son arrestation est liée au fait qu’il appartenait au parti communiste qui s’est engagé à soutenir la cause Algérienne. Individuellement, la position de l’ex maire du gouvernement colonial demeurait neutre à défaut de déclaration officielle de sa part. Je lis aussi que monsieur Justrabo a été décoré de l’ordre du mérite national en 1984 pour « Son dévouement au service de la collectivité et son militantisme républicain..” soit 46 ans de service civil,.Mathématiquement, sa période de maire de la république Française coloniale est bien incluse.Un militantisme républicain bien au service de la colonisation. S’Il avait démissionné de l’assemblée nationale par conviction anticolonialiste , il aurait décliné cette distinction.
    A bon entendeur salut.

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00