DÉCLARATION DE GUERRE

Ménard déclare que « faire du 19 mars 1962 la date de la fin de la guerre d’Algérie, c’est se moquer de l’Histoire ».
Ses partisans hurlent « Algérie française ! »

C’est très clair :

1.- Pour ces gens là la « guerre d’Algérie » n’est pas encore terminée. La faut la continuer.
2.- Cela signifie qu’il faut reconquérir l’Algérie, d’où ils auraient été injustement chassés.

Au fond, le Parti Communiste n’a pas tort de dénoncer Robert Ménard parce qu’il veut «réhabiliter le colonialisme et raviver (…) la guerre d’indépendance de l’Algérie».

Bon. C’est vrai. Ces nostalgiques crapahuteurs dans les djebels de leur mauvaise conscience ne forment pas la majorité des français.

Mais ils forment, à la faveur de la crise, du chômage et de l’expansion des idées racistes et xénophobes, de nouvelles légions que l’on aurait tort de sous-estimer.

Ces crétins savent bien que si l’Algérie était restée française, ce n’est pas Hollande qui serait aujourd’hui à Élysée et que la majorité au Palais Bourbon aurait une autre couleur…

Au reste, qu’ils essaient toujours de venir rejouer le “coup de l’éventail”

Ce ne sera peut-être pas pour reconquérir l’Algérie, mais leurs mouvements s’apprêtent à lancer de nouvelles guerres contre tout ce qui n’est pas « Français de souche » comme vient de le reprendre le président socialiste de cette curieuse république.

Des politicards roués, des apprentis sorciers tendent la main à ces nouvelles légions qui ne croient plus en grand-chose et pourraient pour écrire de nouvelles pages les plus tristes et peu glorieuses de l’histoire de France.

Djeha,
S. 14 mars 2015

Béziers : la rue du 19 Mars 1962 débaptisée, nouvelle polémique

Le Parisien le S. 14/03/2015 à 16:51

Robert Ménard, maire de Béziers (Hérault) élu l’an dernier avec le soutien du Front national, déclenche une nouvelle polémique. Cette fois, il a décidé de débaptiser une rue de la ville pour lui donner le nom d’un officier partisan de l’Algérie française, le commandant Elie Denoix de Saint-Marc qui a participé au putsch des généraux. Les réactions sont d’autant plus vives qu’il s’agit de la rue du 19 Mars 1962, baptisée ainsi il y a 36 ans d’après la date du cessez-le-feu qui a mis fin à la Guerre d’Algérie.

«L’Algérie, c’est notre paradis (…). Demandez à nos compatriotes ce que furent les jours après le 19 mars», a lancé l’élu, qui s’est exprimé au cours d’une cérémonie qui a eu lieu samedi après-midi devant environ 2.000 à 2.500 personnes, dont 500 opposants, qui l’ont hué aux cris de «Ménard facho, Ménard assassin!»

«Non, je ne veux plus que nous soyons dans la repentance, je veux dire notre vérité à ceux qui armaient le bras des assassins des harkis, aux bourreaux qui nourrissent encore une haine de la France», a encore lancé le maire de Béziers, qui a achevé son discours sous les acclamations de ses partisans, qui scandaient «Algérie française». Ils ont ensuite entonné «Le Chant des Africains», un chant militaire repris pendant la guerre d’Algérie par les Pieds-Noirs et les partisans de l’Algérie française.

La Réprobation de Valls et Le Foll

L’initiative a suscité samedi la réprobation du Premier ministre.

«La nostalgie, et notamment la nostalgie de l’Algérie française, n’apportera rien de bon. Aujourd’hui, on a besoin de regarder l’avenir avec de l’optimisme et le Front national n’aime pas la France», a réagi le Premier ministre Manuel Valls. «Avec Denoix de Saint-Marc, Ménard et FN montrent leur visage : réécrire l’Histoire, mépriser la mémoire et s’en prendre à la République», a déclaré de son côté le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

La décision avait été validée par le conseil municipal le 11 décembre dernier. Robert Ménard la justifie en affirmant que «faire du 19 mars 1962 la date de la fin de la guerre d’Algérie, c’est se moquer de l’Histoire et c’est une insulte à la fois aux Français d’Algérie et aux Harkis». En retenant le nom d’un officier putschiste, le maire de Béziers, lui même pied-noir et «fier de l’être», entend en revanche «rendre hommage à un héros. C’est juste un acte réparateur».

La plaque portant le nouveau nom doit être inaugurée ce samedi, à 14h30. Mais d’ores et déjà, une manifestation de protestation est prévue à Béziers, à l’appel de plusieurs associations, syndicats et partis politiques. Les opposants ont prévu de se rassembler rue du 19 Mars 1962 dès 14 heures. Ils estiment qu’à travers cette décision, Robert Ménard veut «réhabiliter le colonialisme et raviver les haines enfouies de la guerre d’indépendance de l’Algérie». En outre, le Parti communiste avait saisi le tribunal administratif pour abus de pouvoir le 24 février dernier.


le 15 mars 2015


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
15 mars 2015

6 Commentaires pour “DÉCLARATION DE GUERRE”

  1. Incorruptible

    Montre-moi ton oreille, la voici ! (Vous comprenez la gymnastique que j’ai faite!)
    C’est complètement dingue à suivre ces raisonnements plein d’élucubrations qui rongent nos méninges saines et augmentent notre haine envers ces pseudos brosseurs de vestes ou plutôt habitués à le faire dans leur passé.
    Vous dites: “celle qui ne veut pas s’informer pour une raison ou une autre…l’essentiel qu’elle ne soit pas sous-alimentée….???” de qui parlez-vous , vous insinuez qui ? sachez que ceux qui sont sous alimentés ne veulent plus entendre ces balivernes .Leur opinion, ils la gardent pour eux , et tout ce que vous avez dit n’est que propos ramenés d’ailleurs ,de chez ceux que vous traitez de tous les maux et mots.
    L’autre dit :” opinion locale qui est malheureusement sous-informée sur les dossiers stratégiques et actuels” . Ah pardon , monsieur l’expert , rapprochez-vous des chaines spécialisées qui cherchent des conseillers.
    Je sens que je vais vomir de ces insanités, La meilleur chose que je peux faire , c’est de ne pas les lire .
    HEUREUSEMENT QUE CES STUPIDITÉS HORS DU COMMUN NE TUENT PAS ;

    RÉDACTION A INCORRUPTIBLE:

  2. le cygne

    Si on joint tous les bouts du fil, on comprend pourquoi toute cette effervescence de la part des nostalgériques…!!!!

    Robert Menard est le fondateur de l’association française Reporters sans frontières , il a été le secrétaire général jusqu’en septembre 2008 ( juste pour savoir qui gère ces ONG). Son père, d’abord syndicaliste communiste, devient un membre de l’OAS. L’un des oncles de Robert Ménard est par ailleurs emprisonné pour avoir piloté un avion de putschiste.
    A Béziers, il est proche des milieux anarchistes puis trotskistes et milite à la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), de 1973 à 1979. Il s’inscrit par la suite au Parti socialiste, qu’il rejoint via le courant du CERES, l’aile gauche du PS ; il sera délégué du CERES pour la fédération de l’Hérault au congrès de Metz (6 au 8 avril 1979). Il démissionne du PS six mois après l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République, se disant stupéfait par tous ceux « qui se précipitaient sur les places ». Et maintenant, il est élu grâce au soutien du FN….!!! Il change de courants comme il change ses chemises….!!!!

    Cependant voyons l’autre bout du fil, et “Comment le Mossad a créé l’OAS” selon un article de Ahmed Benbrik (24. MAI 2012).

    “Pour la première fois, cette vérité est publiée, après 50 années de conservation dans le secret. La formation de l’OAS en Algérie a été par les mains du Mossad, avec la collaboration du sinistre général français Edmond Jouhaud qui n’était en réalité qu’un agent de cette sinistre officine israélienne. Né le 2 avril 1905 à Bou Sfer (Oran), il s’engage dans l’aviation française en 1924, et devient général. Il participe au putsch d’Alger en avril 1961, sur instruction du Mossad, et sera rallié par les sinistres généraux Zeller, Challe et Salan. Après son échec, il rentre dans la clandestinité et devient chef de l’OAS de l’Oranie. Il reste caché à Oran jusqu’au 25 mars 1962, où il sera arrêté, jugé et condamné à mort, mais grâce à l’intervention du lobby sioniste, Jouhaud échappe à l’exécution, sa peine fut commuée en détention à perpétuité. Libéré en décembre 1967, il sera amnistié par de Gaulle en 1968, et réintégré dans ces grades et prérogatives. Il dirigera en France une campagne explosive contre les institutions algériennes, avec l’ancien truand et criminel, Jacques Mesrine qui était l’ennemi public n°1 en France.
    En 1982, le sinistre général Edmond Jouhaud, sollicité par le lobby sioniste et plusieurs associations satellites d’Algérie, sera élu président du Front national des pieds-noirs. Il écrira plusieurs livres dont Ô mon pays perdu de Bou Sfer. Jouhaud mourra en 1995, sans payer pour ses crimes perpétrés contre les Algériens.
    Jacques Mesrine, le militaire assassin, surnommé l’homme aux mille visages
    Jacques Mesrine s’engage dans la guerre d’Algérie comme parachutiste-commando. C’est durant celle-ci qu’il prend un pistolet 45 ACP et le ramène en France. Il l’aura constamment sur lui. Jacques René Mesrine sera décoré par le général de Gaulle de la croix de la valeur militaire. Il revient en France en mars 1959, après avoir reçu un certificat de bonne conduite de la part de la 626e compagnie. Ses proches, des anciens militaires, ont déclaré que l’expérience de l’Algérie l’a profondément marqué ; il aura été plusieurs fois de «corvée de bois» (exécution sommaire d’Algériens en dehors des enceintes militaires). Il était un assassin au service du général de Gaulle. En outre, Mesrine a été membre de l’OAS en 1961, à l’instar de Jean-Marie Le Pen, le raciste tortionnaire.”

    On apprend des choses avec le temps, hein, même si on les devinait….!!!

    Alors faites le lien avec tout ce qui se passe depuis la venue de Sarkozy jusqu’à ce jour….rien n’est fortuit, tout est calculé…..!!! Benêts s’abstenir…!!!

    Ding Dang Dong…!!! Atass Atass Mazel El Hal….!!!

    • Memoria

      Bonsoir Mme CH et mes félicitations pour votre complément informatif à une opinion locale qui est malheureusement sous-informée sur les dossiers stratégiques et actuels…En ce qui concerne Jacques Mesrine,l’homme aux mille visages,vos infos sont vraies mais incomplètes… ! Il a été jeune para dans un DOP et vous devinez le travail de criminel primaire et les tortures et exécutions qu’il a reconnues même si ses anciens camarades d’unité ont démenti cela pour se disculper eux-même! Une autre grille de lecture voudrait croire à un Mea Culpa de Mesrine après la guerre d’Algérie à son retour en France dans une famille bourgeoise et aisée établie dans les textiles .Mais non,le jeune Jacques endurci et blasé par sa “guerre d’Algérie” va se métamorphoser en faisant de l’Etat français et ses institutions judiciaires et carcérales son ennemi numéro 1 jusqu’à les ridiculiser par les média et le côté spectaculaire.Jacques Mesrine avouera dans un témoignage qu’il n’oublierait jamais le courage de certains prisonniers de l’ALN qu’il côtoyait jusqu’aux corvées de bois…D’où son livre ‘L’instinct de mort et son mépris de la mort qu’il donnait et attendait à chaque casse !!! Un cas pathologique,une repentance mal négociée ou un engagement réfléchi à décrypter par des spécialistes !!! L’Histoire de Jacques Mesrine n’a pas encore été écrite complètement.Des zones d’ombre commencent à se diluer tant en France qu’en Algérie mais des constantes les révèlent.Que faisait Mesrine à Moretti(Corniche algéroise) en 1978 ? On devine que son exécution en novembre 1979 à la porte de Clignancourt par un commando mobile du Cpt Broussard n’était pas une bavure mais une opération programmée et assumée par l’Etat post-colonial français ridiculisé par un de ses rejetons.Comme l’hypothèse que Jacques Mesrine devint plus tard un agent des services secrets de l’Algérie Indépendante n’est pas à écarter !!!
      Mes Hommages Petite Soeur !!!

      • le cygne

        Salam Mr Mémoria…!!! Toujours un plaisir de vous lire ….!!!
        Eh bien, il faut distinguer plusieurs genres d’opinion locale, celle qui est sous informée, celle qui est informée et informe, celle qui est informée mais ne veut pas informer et fait en sorte que l’information ne passe pas, celle qui est informée mais désinforme et celle qui ne veut pas s’informer pour une raison ou une autre…l’essentiel qu’elle ne soit pas sous-alimentée….???

        Le feuilleton de l’OAS, de ses acteurs, ses sympathisants et ses victimes est très long et on ne peut jamais connaître tout ce qui s’est passé, mais on voit que ce dossier a été rouvert par les terroristes d’antan et leurs enfants qui espèrent toujours reconquérir “le paradis perdu” et je suis sûre qu’ils font tout pour réussir à travers leurs associations qui poussent comme des champignons en Algérie S/c de la coopération économique et surtout culturelle, les ONG, les projets ici et là….etc….!!! Il n’y a qu’à voir ceux qui sont à la tête de ces structures pour comprendre,…… bien sûr le tout avec la connivence ou la bénédiction des orbitons de HF, les H, les News H, les souris et les manchots nourris au fromage puant…..!!! Si ça continue comme ça on aurait bien des surprises à l’avenir…!!!! C’est pour ça qu’ils ne veulent pas entendre parler de l’Histoire….!!!!

        Dans un article de Sylvie Thénault, on peut lire que l’OAS aura tué 2 700 personnes, dont 2 400 Algériens, de mai 1961 à septembre 1962.
        En 1968, de Gaulle prononcera une amnistie générale, dont bénéficieront les anciens activistes de l’OAS.
        À l’image de son cercle dirigeant, l’OAS recrute en Algérie dans les milieux de l’activisme pied-noir et des militaires sortis du rang. Leur engagement, situé à l’aboutissement des échecs des Barricades et du putsch, est porté par une logique de résistance de plus en plus désespérée pour garder l’Algérie française. Contrainte à la clandestinité, l’OAS n’est d’ailleurs pas une organisation centralisée. Elle se présente comme une constellation d’éléments violents se réclamant d’elle, sans en être forcément maîtrisés, et reste sans projet ni stratégie clairement définis. Elle se construit par la récupération et l’absorption de tous ceux qui, individuellement ou organisés en groupuscules, sont prêts à passer à l’action au nom de l’Algérie française………..
        ar les liens personnels qui unissent ces hommes, l’OAS forme une nébuleuse aux points d’ancrage dispersés sur les territoires métropolitain et algérien. Soudés contre l’indépendance, ils sont toutefois divisés sur le statut de l’Algérie française qu’ils souhaitent – intégrée ? associée ? fédérée ? séparée de la métropole ? – et sur les moyens de s’opposer à une évolution qu’ils sentent inéluctable. Cette impuissance, et la conscience qu’ils ont de s’engager dans une cause condamnée, les pousse à la violence qui finit par devenir plus qu’un simple moyen d’action : leur raison d’être. La haine pour le chef de l’État, cible privilégiée compte tenu de sa politique, en est aussi un moteur. À défaut de proposer une alternative, l’OAS tente de détruire la marche vers l’indépendance en s’en prenant à tous ceux qui en sont les acteurs ou qui la soutiennent……..
        Sur le plan politique, au fur et à mesure qu’elle perd du terrain dans la classe politique et dans l’opinion métropolitaine, la défense de l’Algérie française est rejetée à l’extrême droite, où l’OAS se ressource dans trois courants, suivant la distinction de Guy Pervillé:
        1-Le premier d’entre eux, le courant fasciste, autour de l’organisation des frères Sidos, Jeune Nation, est représenté notamment par Jean-Jacques Susini. Peu répandu, ce courant véhicule un discours raciste de défense de l’”ethnie française” ou de la “civilisation blanche” en Algérie.
        2-Le deuxième, “traditionaliste et contre-révolutionnaire”, rassemble les nostalgiques du pétainisme, comme l’avocat Jean-Louis Tixier-Vignancour, et les fondamentalistes catholiques qui, outre Robert Martel ou Jean-Marie Bastien-Thiry, cerveau de l’attentat de Pont-sur-Seine contre le général de Gaulle le 8 septembre 1961, comptent nombre d’officiers : les colonels Lacheroy, Argoud, Gardes… Pour eux, seul un État fort et autoritaire, tel le régime de Vichy ou le régime de Salazar au Portugal, serait capable de garder l’Algérie.
        3-La défense de l’Algérie française puise dans le vivier des nationalistes qui, convaincus du déclin du pays et de l’expansion sournoise du communisme, prônent la défense de l’intégrité du territoire national et la fidélité aux engagements pris auprès des “musulmans” favorables à la France, pour former, dans la fraternité entre les communautés, une Algérie nouvelle..????

        Si on joint tous les bouts, on saura qui tirent les ficelles de l’Islamophobie et du racisme en France….!!! Enfin c’est un secret de polichinelle….!!!!

        Mes Respects Grand Frère…!!!

    • Mekideche A.

      Dommage que cet espace soit à ce point monopolisé. Trop d’étalage, trop dégressivité Derrière les masques et les burqas on se permet tout. les distributeurs de coups, les donneurs de leçons, les distributeurs des bons points et des bonnets d’ânes nuisent à ce modeste journal ( qui , il est vrai, n’est pas EL WATAN ou LE MONDE. Un peut de hauteur et de modestie svp.

  3. le cygne

    Eh bien, ce Menard a donné une bonne gifle à tous ceux et celles qui à longueur de journée nous fredonnent l’hymne de l’amitié, du rapprochement, du pardon, de l’oubli…de…de…de…ect….ect…..!!!!
    Nasta3raf Bihoum….Rjel…..!!!! Au moment, où ils sont entrain de ressusciter leur morts et leur passé (criminel et terroriste) , nos oursons en peluche et les manchots nourris au fromage puant nous demandent de devenir amnésiques, de tourner la page, d’oublier et de danser tous en rond comme des petites marionnettes sur le pont d’Avignon, pendant que l’alouette est entrain d’être plumée….!!!! Pôvre de Nous….!!! Et dés qu’on ouvre le bec, ils nous traitent de haineux et de toute la blablation qu’ils ont appris dans le manifeste des gens heureux pour nous chloroformer…!

    Effectivement, ces nostalgériques, qui veulent redorer le blason de l’OAS, ne représentent pas la majorité des français, mais ils sont puissants et influents parce qu’ils sont soutenus par les différents lobbies sionistes qui tirent les ficelles par ci et par là, la plupart du temps derrière les rideaux noirs et dans les tunnels sans bout….!!! La preuve, ces pingouins noirs ont obtenu et fait des choses qu’ils n’aient jamais pu faire avant….!!!!! Quant à nous…..????

    Eh; les gars, “La vie, ce n’est pas attendre que les orages passent, c’est apprendre à danser sous la pluie…”

    Où sont nos différentes organisations et partis surtout le “FLN”…??? Ou bien, ils sont devenues amnésiques, eux aussi……???? “A force de se planter, un beau jour, on devient une fleur.”

    Ah! Connivence quand tu nous tiens….!!!

    “Tomber est permis, se relever est ordonné.” car “Notre plus grand mérite n’est pas de ne jamais tomber, mais de nous relever à chaque fois”

    Merci Mr Djeha d’avoir voulu partager cette information avec les lecteurs de BAI, quant à la réprobation de certains responsables bien connus……!!!!!! Pffffffff….!!!

    Attention; le Gaz-chiste est entrain d’être exploité autrement maintenant. La fracturation hydraulique va être remplacée par la fracturation territoriale printanière…!!!! Pigé…!!!

    Ding, Dang, Dong….!!!

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00