FREH Khodja,le Chanteur, compositeur au talent inné

 

GEDSC DIGITAL CAMERAConnaissant tout simplement, le jeune FREH khodja, musicien, je le découvrais 45 ans plus tard arrangeur de musique , compositeur et chanteur de talent, et cela fut pour moi et pour tout ceux qui l’on connu à l’époque des années soixante, un grand honneur, de découvrir cette progression artistique, qui aurait pus être mieux, si en décryptant l’une de ses anecdotes, nous saurons  que de sa ville natale, il fut quelque peu  handicapé  par une « personne », qui n’est plus de ce monde et il nous avouait : « Sans trop rentrer dans les détails, je dirais que le 2ieme festival méditerranéen qui a eu lieu en Turquie, m’a échappé, ou plutôt que l’on  a agi pour qu’il ne me soit pas « destiné » à cause de feu Cherradi Abdelkader que dieu est son âme, qui pour une mésentente  dans une transaction  musicale, il m’en a voulu au point ou je fus disqualifié arbitrairement. Et en ce temps là les sons de cloches des uns et des autres s’accordaient. Alors que j’avais, la possibilité d’avoir un bon résultat, de par le fait ,que de GEDSC DIGITAL CAMERAgrands professionnels de la chanson et de la musique  m’avaient prédit un bon score, mais mon pays, perdait le bon résultat , en raison  du bon vouloir de certains qui avaient le pouvoir en ce temps  dont Cherradi- Il s’agit d’une vieille histoire qui m’a couté une grande  déception, qui m’a quelque peu refroidi quelque temps, mais qui ne m’a pas  arrêté dans mon ascension musicale, qui quoique je n’ai pu en donner pour mon pays, beaucoup d’autre dans d’autre pays, sollicitèrent ma matière, mon chant et ma musique »…Et cette histoire  qui lui ayant couté chère est tellement longue à rapporter, qu’il préfère  ne plus beaucoup en parler. S’étant vidé  en nous la racontant, il nous  fait sentir  de respecter son désir de ne plus l’évoquer dans sa totalité et nous nous exécutions….Freh Khodja ajoutera « J’imaginais que si j’avais assisté à ce festival  international de Türkiye et que l’on ne m’avait pas saboté, dès le départ, j’aurais sans aucun doute réussi  pour mon pays et le drapeau aurait flotté sur scène, et mon public aurait été GEDSC DIGITAL CAMERAfier de moi et bien entendu j’aurais pris une autre dimension. Celle qui m’a été enlevée ! »

A ma question pour qu’il se fasse  connaitre à ceux qui ne le connaissait pas, il dira « Le public Belabbésien et Algérien  me connaissent, particulièrement ceux de ma génération- Quand à ceux qui ont  très peu entendu de moi, Je dirais, que je suis un enfant de Sidi Bel abbès, né  le  12/01/1949. J’ai grandi à Mon plaisir, puis  à  fbg Thiers, j’ai étudié à l’école  Turgot et ensuite le lycée Azza- A l’âge de 8 ans J’ai commencé à fabriquer ma 1ere guitare avec tout un assemblage de bricolage d’où la naissance de ma passion J’ai passé une jeunesse tranquille- J’ai vécu  la guerre comme tout le monde et à ma manière. Ma grand-mère qui était une percussionniste avec les « meddahates », me proposa de faire de l’art puisque le sport ne me réussissait pas, tel que mon frère Hachmi. Mon père fut consulté afin  que je fasse de la musique et cela fut très difficile de lui faire accepter cela– J’eus comme GEDSC DIGITAL CAMERAprofesseur de  musique Mr Benyelles Djelloul, qui  voulait m’imposer la clarinette au lieu du  saxo  que j’aimais jouer-Je faisais des efforts pour maitriser à fond la musique- J’ai beaucoup  travaillé  et fais beaucoup de sacrifice- En tant que Francophone, j’avais comme chanteur fétiche les grands  de l’époque. Après 2 ans d’instrument je m’engageais avec  The Jaguar   groupe constitué  de  FarDheb a la base, Djellouli Sid Ahmed à la guitare, Guermazi à la Batterie,  et l’on répétait  à la joyeuse harmonie- Nous faisions des mariages, des petites fêtes de famille des activités culturelle de la mairie, les cabarets   Je découvrais avec le Groupe  THE CAMELS du célèbre guitariste  Abdelaoui Cheikh, le Saxophone que jouait Abbes fellahi dit « Abbès Saxo »–  En 1966 , il  s’en allait en  en France et l’école Normale de musique de Paris a été son école  de musique qu’il fréquentait en France- Marcel Joxe fut  l’un  des professeurs, qui  le marqua , parce qu’il l’enseignait doublement à l’école de musique  et en son domicile, il voyait en lui un artiste et lui  offrait son premier saxophone

GEDSC DIGITAL CAMERAAlors le  saxophoniste d’un groupe qu’il était  devenait chanteur malgré lui  « J’étais  au Le Paris-divers, une salle qui recevait des groupes de toutes nationalités et je « jeunais », et je pris une guitare que je grattais  nostalgiquement  en  jouant  des airs improvisés, un juif marocain et un tunisien qui était un peu rapproché de mon style de musique , jouaient avec moi cette improvisation en arabe et subitement la patronne Mme Collin  nous lançait sa joie, à l’écoute de ce morceau  qu’elle apprécia- Elle me demandait de jouer cet air aux paroles improvisées en arabe sans aucun sens réel  et je le  chantais et il avait du succès. Pourquoi pas que la chanson arabe ne puisse être une chanson de variété ? » dira-til

Pour revenir à  notre artiste, et comme tout  ceux  qui fréquentaient le monde des arts en cette époque et le GEDSC DIGITAL CAMERAnombre en était restreint, je le connaissais comme saxophoniste et parce qu’il maitrisait bien cet instrument, nous l’admirions déjà. Le souvenir de la personne  me rappelle qu’il avait sa place au milieu des groupes qui très souvent se le disputaient. Plus tard, après  qu’il soit parti en France, comme grand nombre de notre jeunesse de ce temps, j’apprenais, qu’il se faisait, mine de rien, un nom et  devenait  très sollicité par certain groupe latino américain ou français, avec qui son expérience de musicien  se diversifiait pour lui donner au fil du temps son propre cachet dans la composition de ses chansons.. Et un jour, sa première cassette, suivie d’une autre et encore  d’autres   avaient  leur coté enchantement et harmonie et qu’elles nous conduisaient, nous qui en étions fièrs, là où nous avons eu besoin d’aller à un moment de notre vie, au gré des notes et des chemins avec nos vécus, nos ressentis, nos attentes, nos manques peut-être. Freh Khodja avait réussi de s’en prendre à nos  espoirs et nos rêves. …Nous apprenions que l’artiste avait réussi de trembler de lumière dans l’air qui s’animait doucement en sa faveur, il devenait  chanteur-musicien-arrangeur-compositeur, en un mot un véritable téléchargement (1)artiste. A partir d’ici, nous pensions que  tout paraissait immobile dans son monde, en raison du manque d’information, quand à lui, il bougeait d’un pays à un autre et d’imperceptibles figures ou signes  qui se dessinaient peu  à peu, par petit touches, nous apprenait que l’artiste était devenu un artiste au sens propre du mot. Il nous transmettait  par  personnes interposés des signaux comme s’il tenait à nous les déposer avec  un pinceau d’impressionniste, comme s’il voulait être le peintre et tout son monde  sa matière d’improvisation.. Au bout d’un sentier ombragé en apparence tranquille, il émergeait, comme pour rentrer dans d’autres cieux, qu’ils recherchaient, qui l’appelaient, qui le voulaient, ponctuer de belles notes, comme celle d’un oiseau qui désire chanter toutes les langues. Freh Khodja , l’artiste, a fait  jaillir de lui une source de vie qui nous attira et nous  interpelle. Il aurait tant désiré offrir en héritage, à tous ceux qui pourraient bénéficier de son art. En attendant, il attend en silence, mais sans jamais arrêter de jouer….Et puis le silence reprend sa place.

Freh Khodja, a  fait des musiques de films  et de théâtre en France et que pour ce volet, il avait frappé aux images (1)portes algériennes pour présenter son talent au service du cinéma  et théâtre algérien, mais ces derniers , pour  des raisons inexpliquées, n’ont jamais accepté  de faire appel à lui, et pourtant que de pièces , que de films ont été réalisés et le talent d’un algérien comme Freh Khodja  n’a jamais  fais bouger le doigt à quelques responsables chargés de la question pour l’inviter à prouver ses compétences. Et voila  entre autre l’une des questions ou les compétences algériennes a l’étranger n’étaient jamais sollicitées, pour ne pas déranger celle qui se disaient être les uniques. Non c’est faux !c’est parce que tout simplement l’on ne cherchait jamais a faire appel à ceux qui pouvaient apporter un plus. On se limitait aux seules, comme si elles étaient les seules dans ce monde- A rechercher, l’on trouvera que l’Algérie possède des lumières qui ne demandent qu’a contribuer et a se comparer à l’incomparable.

imagesQue pourrais je dire de plus sur Freh Khodja qu’il est une sorte de « Prince » du saxophone et de la guitare, qui lui ont insufflé  sa « Renaissance » et lui ont permis de décoller  juste après les pavés de Mai 1968. S’ensuivit une recherche de musique plus instrumentale puis un attachement aux musiques du monde et  de multiples expériences. C’est un artiste d’une grande richesse…. Il est des voix et des musiques comme des visages, ils accompagnent des épisodes de nos vies et les entendre ravive les souvenirs. Celle de Freh Khodja en fait partie. Je découvre aujourd’hui, ce que fut sa vie car, à ma connaissance, les médias d’alors n’en parlaient presque jamais…. L’artiste, qui cumule plusieurs titres de chansons tel que « Sabah El Khir Ya mama », « Bachar Fi Lil », « Ya Fatima Okhti », « Ya Nefsi Toubi », « Ya Chaghla El Bal », a suivi, tout au long  de sa  carrière jalonnée de moyens succès, son petit bonhomme de chemin en sachant imposer un style et  savoir avec  très peu  d’apparitions à la Télévision algérienne qu’il regrette d’ailleurs : « Je crois que la musique, c’est fait pour rapprocher,  il y a une émotion qui se dégage dans un concert et qui touche directement le public, et je voudrait un jour sentir cette émotion avec mon public algérien , images (2)dans mon pays »nous dira-t-il. …Nous avons appris avec plaisir que le chanteur Freh Khodja  se lance également  depuis quelques temps dans une carrière  théâtrale  avec une pièce  pour enfant intitulée  « Les Coquelicots » de Bakhti Med…Pour Conclure, nous aurions dut publier  cet article suite à visite à Sidi bel abbès au mois de Mars, nous la faisons  un peu tardivement à sa venue, pour assister à l’enterrement de sa mère et en cette douloureuse circonstance, nous lui présentons au nom du journal Bel abbès Info,  nos sincères condoléances.

K.Benkhelouf

26 mai 2013

le 26 mai 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
26 mai 2013

Les commentaires sont fermés

Les Archives de Bel-Abbes.info

Visites :

  • 6 250
  • 4 556

TRAIN

Départ - Arrivée
ORAN - SBA

07h35 - 08h58 (*)
12h50 - 14h05 (*)
15h20 - 16h30 (**)
16h30 - 17h45 (*)
17h15 - 18h25
19h40 - 20h50(***)
22h30 - 23h40(****)
(*) vers Tlemcen
(**) Vers Saida
(***) vers Bechar quotidien
(****) vers Bechar (sam,lun,mer)

SBA - ORAN
06h15 - 07h31

06h50 - 08h09
11h30 - 12h49
16h30 - 18h57
ORAN ALGER
06h25 - 12h00
08h00 - 12h30(*)
12h30 - 17h36
15h00 - 19h00(*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h25 - 12h00
08h00 - 12h30(*)
12h30 - 18h36
15h00 - 19h0(*)
(*) rapide

ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51

TLEMCEN - ORAN
05h50 - 08h09
10h30 - 12h49
15h30 - 18h57

ORAN - MAGHNIA
12h50 - 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 - 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 - 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 - 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 - 07h15
13h30 - 14h31
17h02 - 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h15 -- 08h14
09h30 - 10h34
15h05 - 16h05
ORAN - CHLEF
16h40 - 19h13
CHLEF - ORAN
04h30 - 07h15
ORAN - SAIDA
15h30 - 18h00
SAIDA - ORAN
05h00 - 07h30
ORAN - BECHAR
19h40 - 05h50
22h30 - 08h15 (Sam,lun,mer)
BECHAR - ORAN
19h40 - 04h50
22h00 -7h16 (Sam,lun,mer)