Journée nationale de l’étudiant, Faut-il blâmer une guerre ou les étudiants ?

19 Mai 1956, une journée historique. Elle a symbolisé à jamais un sacrifice inqualifiable. Les étudiants musulmans algérien ont préféré tourné le dos à une carrière de savoir remplie d’espoir pour rejoindre le maquis défendre la chère patrie du joug colonial.  Une décision qui avait pour gage de précieuses offrandes, une vie au fleur de l’âge et des études de rêves et d’avenir.

Chaque année, les autorités marquent une halte pour remettre en surface cet événement qui symbolise une frange marginalisée, mal entendue et dévalorisée. Faut-il une autre guerre pour changer d’avis sur l’étudiant d’aujourd’hui ?

Les universités, les établissements scolaires et centres de formations professionnelles sont replis à craquer. La rue n’en manque pas de ces infortunés futurs hommes qui ont cru en leurs parents de suivre des études supérieurs dans l’espoir d’être ‘’quelqu’un’’. Nos étudiants sont taxés de tous les malheurs. On leur en veut les grèves, l’indiscipline, le niveau et le comportement. Sont-ils seuls responsables de leur état d’aujourd’hui ?

L’université fournit-elle vraiment des conditions et un climat d’en faire de l’étudiant ce qu’un pays développé attend ? L’université doit fournir et assurer des spécialités dans chaque domaine qu’il soit scientifique, politique, médical, environnemental, informatique….cette offre existe-t-elle réellement pour satisfaire la soif des étudiants de conquérir le monde de la modernisation qui n’existe que dans leurs rêves ?

Tellement de questions que seule une petite analyse peut assouvir, répondre par une question. Ne dit-on pas que le mal guéri le mal ! Pourquoi qu’un étudiant algérien réussi à de venir ce ‘’quelqu’un’’ à l’étranger ? d’ailleurs, même en sport, l’équipe nationale est un exemple.

Les mêmes effets produisent les mêmes résultats et vire même au plus grave. Notre système éducatif va droit en enfer. Il est temps de donner à l’administration son vraie rôle, qu’elle ne dépend en aucun cas d’une influence politique gangrenante nourrit par des intérêts grotesques démunis de toutes responsabilités.

On parle sans cesse d’éducation trouvant du plaisir dans la critique désorientée, mais on omet l’éducateur, son rôle prépondérant dans la réussite de cette équation. L’éducateur ici n’est pas seulement le professeur mais tout un système d’éducation. Des lois, des règles et une politique engagée qui trace les limites de chacun. La fonction la plus pénible est devenue celle de l’enseignant. La dégradation continuelle du système éducatif à d’abord réduit au rabais le maitre d’école, le professeurs dans les autres cycles par le fait de le pousser à un aumône déguisé, faire de loto-stop, subir les affres morales et physiques des chaines pour percevoir un misérable salaire. Cette image l’a descendue du prétendu prophète au plus misérable des gens aux yeux de ses propres élèves.

Les répercutions de cette image ont violemment secoué l’orientation pensive de l’étudiant de bien se voir dans ses études. Vendre de la karantika (El Hami) devient meilleur aux yeux de tous, et de surcroît de l’élève qui s’enfonce dans d’autres idées n’arrangeants en rien l’exemplarité dans le suivi des études.

Envier un vendeur de cette ‘’gourmandise’’ aveuglé implacablement par des avarices, se permettre du lux, était un autre coup fatal. L’étudiant, depuis l’écolier du primaire, ne faisait que repousser d’avantage l’idée que les études sont la clé des réussites dans un monde nouveau. Sa manifestation était traduite par son comportement envers le prof, celui de l’établissement, puis de tout l’entourage qui n’a prêté aucune attention de le comprendre. Une sorte de vengeance insatiable est née.

La journée nationale de l’étudiant doit servir de repère pour tracer sa trajectoire avenir. Un avenir qui place en tête l’étudiant qui sait se battre quand il le faut, le moment qu’il faut, ne plus le réduire à néant dans ses études pour le fait qu’il n’y a pas de guerre ou l’on doit l’éprouver et tester son blet.

Hier c’était une cause sainte incontournable, aujourd’hui c’est une mission, un défi si l’on veut vraiment construire un pays et rependre à un développement de qualité dans tous les domaines. La recherche scientifique, pour n’en cité qu’une, est au mode stand-by. L’université de sidi bel abbés a été classée par des ‘’étrangers’’ 1ére au niveau national. Doit-on croire à des choses inconcevables ! Les étudiants en Europe, en Asie, en Amérique dans les pays développés prouvent bien leurs positions avec de réels travaux de recherches et des résultats qui boostent l’économie de leurs pays. En Algérie on continu à se soigner à l’étranger et acheter du matériel tout types confondu de l’étranger tout en ayant l’audace poser le tamis sur la tête croyant échapper au pic de la chaleur, Se mentir même à soi, au point d’y croire à son propre mensonge.

L’on ne sait toujours pas pour qui on bosse et à qui on persiste de mentir sans relâche ! On bannit l’étudiant de 2016 pour le fait que celui de 1956 à fait une guerre. Faut-il faire une guerre pour bien juger les étudiants d’aujourd’hui ! je n’ai pu résisté à une réaction télévisée rapportant ces faits, que les autres ont fait une guerre, ceux là qu’ont-ils fait !

Leur première guerre est d’avoir cru que seules les études peuvent les sauvées et sauvées leurs pays, de nous avoir écouté et obéi, de nous avoir fait vivre des moments de joies partageant leurs réussites. Faut tout juste apprendre de ses erreurs et ne faire réserver la journée qu’à l’étudiant, son avenir, sa situation dans les établissements scolaires et à l’université, les conditions dont lesquels il suit ses études, ses travaux de recherches, le matériel dont il a besoin, les laboratoires, le respect des délais pour les soutenances, les encouragés et soutenir à suivre des spécialités, planifier pour qu’ils ne versent pas tout droit à la rue après leurs études ou contracté avec l’ANEM pour s’éterniser dans une bureaucratie réglementée, et tellement d’autres choses. Il suffit de savoir que la publication des articles de doctorat se fait ailleurs !  Alors donnons la chance aux étudiants de 2016 et de demain de faire une autre guerre celle de la croissance et du développement.

Djilali T 


le 21 mai 2016


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
21 mai 2016

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00