La drogue et les secrets d’une dérive de la jeunesse

Chômage, Maltraitance, violence physique, agressions sexuelles, débauche, excitations extrêmes, informel qui n’arrive pas à subvenir à la cherté de la vie. Ceux sont là, les signaux d’une alarme face à la situation inquiétante des jeunes en particulier à Sidi Bel-Abbes et en Algérie en général, d’une virée vers le monde de la toxicomanie. Elle est sans le moindre doute, le phénomène le plus dévastateur d’une jeunesse victime d’une crise multi dimensionnelle.

En face d’une extension vertigineuse de la consommation, le fléau s’installe dangereusement comme si une culture va naitre reçue à bras ouverts. Une réalité qui inquiète, surtout que le phénomène constitue l’un des facteurs qui encourage la criminalité.

Le nombre de consommateurs de drogue  augmente de jour en jour. À sidi Bel-Abbes, le phénomène prend même des proportions alarmantes jusqu’à menacer la santé publique mais aussi à présenter un sérieux paramètre encourageant, dans la majorité des cas, la criminalité. Du coup, les prises et saisies de ces grandes quantités par les services de sécurité à travers le territoire national ne sont en fait, que ce qui était sur les surfaces des *eaux usées* mais confirme d’une autre part les quantités importantes qui passent inaperçues malgré la vigilance des services de sécurité.

Si au départ, la consommation se limitait à un joint fumé en groupe et dans des lieux généralement isolés, la situation s’est dangereusement aggravée. Ces joints  sont roulés et fumés dans les places publiques, devant la majorité des tables de vente de tabac et s’élargissent à d’autres drogues dures. Cette réalité n’est pas l’apanage de la seule ville de Sidi Bel-abbes,  mais  toute autre région. Ce qui est par contre stupéfiant à admettre  c’est la proportion des jeunes lycéens victimes d’un échec scolaire ou en vacance encombrés par le vide qui consomment régulièrement.

Par  l’absence d’études et de stratégies urgentes parallèles, le phénomène  s’impose et prend une ampleur effrayante  dans notre société  dans un silence scandalisant.
La mauvaise gestion des autorités locales de la majorité des communes de la wilaya de sidi bel-abbes est pratiquement un facteur qui propulse la consommation de drogue. Ceux-ci se dirigent particulièrement sur les édifices publics en cours de réalisation et qui connaissent un retard effréné, se transformant, à l’abandon généralement, à de véritables lieux de tous les vices bien à l’abri des regards et parfois inaccessibles.

Pour devenir dépendant à la drogue, les jeunes débutants dans le cercle de la mort lente font généralement un passage dans  les labyrinthes de la crise. Il faut dire que la crise multidimensionnelle qui s’aggrave davantage représente un paramètre qui encourage le phénomène. Ainsi la timidité du pouvoir d’achat , l’absence de perspective pour des milliers de jeunes qui ” atterrissent” dans les villages et quartiers de la wilaya de sidi bel-abbes en attendant un emploi, La chute scolaire conjuguée à une ” rage ” et l’envie de découvrir d’autre rivages favorisent l’éclosion du phénomène.

Des jeunes rencontrés à différents endroits de la ville nous confirment cet état de fait « nous n’avons rien à faire. Nous sommes écœurés par ce vide, nous voulons bien être ailleurs, mais ou ?  La colère alors nous met dans tous nos états, Le soir arrivé, nous  fumons des joints pour oublier la misère “.

Désormais, le joint n’est plus un tabou.  On commençait avant, obligé par la peur, de fumer tard dans la soirée dans des endroits isolés. Maintenant, juste après *IFTAR* même pendant le mois sacré on peut s’offrir un joint le plus normalement du monde et n’ importe où. Il est vrai que les événements qui ont traversé notre société ont carrément bouleversé  la plate forme sociale, elles ont également fait bondir la ” vague ” vers les cymes d’un vaste désert.

Un revers qui donne lieu à l’émergence de toxicomanes. Ces espoirs de l’avenir, faute de prise en charge urgente et efficace, se transforment en véritable danger public alimentant d’autres fléaux, le vol entre autre. Car, après la dépendance, il faut à tout prix trouver l’argent pour financer sa consommation quitte à recourir à des procédés tel que le vol, agression et revenons au début.


le 04 août 2011


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
04 août 2011

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00

Nombre de Visites :

  • 5 084
  • 7 896