LA JUSTICE EN MODE POPULAIRE : « (Klitou el bled ya sarakines) est le cri pour une justice populaire »

Il est vécu au fond du cœur du petit lambda  d’Algérie, il est également   important pour lui et très bien reçu de la part du « Hirak » pour ne pas dire du peuple .Pendant que les rares medias de bonnes  conduites morales et de dignité exemplaire reconnu  permet de lui assurer le devoir  pour mettre au point   tous les parachronismes  inverses , les contresens et les impropriétés pouvant donner un mauvais visage très  répugnant et ignoble  de la justice algérienne par des faits et des actes ou la logique, le droit, la justesse, l’équité, le bon sens  , et la justice ne sont pas respectés sinon malmener et  piétiner par un simple coup de fil, un si flene, une « chakhssiya », « quyada » comme on le signifie bien   dans notre contexte de chez nous .

« Nous avons affaire à une oligarchie exerçant sa domination dans le cadre des structures de l’état » 

 C’est à partir  de cette absence continue de réaction positive pour apaiser les craintes du peuple et  qui se dit de bouche à oreille partout ailleurs ou plus particulièrement  avec le peu de modestie dans certains canards  plus prés des lambadas et avec une  options d’opposition affichée, de ces  états de faits qui se manifestent contrairement aux références aux  préétablies normes affichées, standards reconnus et morale  sociétale. Le peuple ne croit plus en cette justice trop injuste pour  le peuple .Ce peuple trop humilié  tourne le dos à l’institution et lui impute toute sorte de mal entendu ou l’outrecuidance ne concerne plus le corps des magistrats.

 L’état de droit, la démocratie, la liberté d’expression tant souhaités  par le peuple pour une justice indépendante et impartiale, trop négligé par une élite qui s’est trop vite et facilement embourgeoisée au détriment de…, une perte insensée du bon sens des politiciens   et bien piétiner par les technocrates en grands Monsieur et les prédateurs de tout bord. L’état de droit est un système dont les institutions commencent par le respect des règles et la seule et unique institution à garantir ce droit est bel et bien la justice.

Porter atteintes aux libertés individuelles et publiques telles contenues dans la  constitution, le gouvernement( exécutif) d’une part et la  justice ( judiciaire) et l’APN( législatif) selon Montesquieu ;  d’autre part participent  forcement et intentionnellement à la  destruction un gros et solide pilier de l’état  . Cet important  pilier de l’état représente aux yeux du peuple et des organisations internationales,  une moralité  et un   ciment  traduites par une confiance sans égal entre le gouvernant et le gouverné, l’administrateur l’administré…Montesquieu disait bien : « qu’il n’ya point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l ombre des lois et avec les couleurs de la justice ». 

Les avocats, les magistrats, le personnel parajudiciaire doivent en principe dénoncer tous les abus et les anomalies portant sur  les actions pratiques qui font sombrer les principes de justice et des libertés individuelles formulées par la loi cadre afin de justifier   la conformité   portant sur l’exercice du droit de l’homme. Les fourberies du pouvoir pour sauvegarder certains intérêts de lobbies, n’hésite pas de mettre cet amalgame sécuritaire pour renforcer par des mesures arbitraires permettant de museler la liberté d’expression d’une part et de limité la contestation tout en accentuant  des injustices par une élimination arbitraire des contres pouvoir ou l’impunité est de mise.

Tout contestation voire révolte , émeute, petite manifestation doit trouver ses réponses dans le cadre de la résolution des problèmes d’ordre socio- économique  avant tout( emploi –pouvoir d’achat-logement- sécurité- …)  la fuite en avant devant la contestation même passive mettra le justiciable en hors cadre et le qualifiant de toutes les étiquettes terroriste y compris. Alors qu’en réalité une telle contestation publique pacifique soit elle, la loi devrait prévoir des dispositions de résolution pour mettre fin aux diverses aléas, le cas devrait donc être traité par tout moyen juridictionnel pour trouver une solution juste et équitable au justiciable. Dans le cas échéant, ou la loi considère le contestataire comme un risque à l’ordre public, la loi s’en saisi pour le mettre en quarantaine (pouvoir de surveillance) et non  faire de l’abus la solution de facilité

 Par ailleurs, Il existe certainement des anomalies comme par exemple  ordonner des perquisitions sans l’aval du juge ou prolonger une garde à vue sans l’accord du procureur, ceci est des privations de liberté, de droit à la vie privé…. Qui n’existent pas dans le socle dans un état de droit .il existe aussi d’autres mesures telles par exemple une lutte contre les abus de toutes ces entreprises privées qui « esclavagisent »,  et ravagent tout et ne supportent comme morale que la loi du plus riche, du profit et du gain facile….. . Il est clair que ces, contacteurs dans une  certaine  presse ne sont pas anodins  aussi.  

Dans cette modeste contribution  ou article, il s’agit d’effrayer par tous les moyens, tous ceux qui pourraient  envisagé d’avoir l’impertinence ou la fatuité de conduire des actions favorables aux rassemblements pour une éventuelle contestation comme par exemple des groupements pour la contestation de la mauvaise distribution des logements sociaux ou autres faits.

 Ce sont des rassemblements populaires ‘ (émeutes) de petites ampleurs qui n’ont pas le sens   de véritables organisations avec meneur à l’appuis,  par ailleurs, un autre  fait pour tous ceux qui appellent un tant soit peu,  que ce soit par le biais des réseaux sociaux ou tout autres formes d’appel sinon par  l’intermédiaire de certains  médias ces promoteurs  sont désormais susceptibles de recevoir  les services de sécurité pour un motif préparé d’avance.

Par conséquent, devant des situations de non droits, le gouvernement ou plutôt le pouvoir  exécutif  mène sa politique convenue   conforme à   son projet libéral et capitaliste  dans le cadre du libéralisme sauvage .Tous les organes de ce régime, de ce pouvoir, de ce gouvernement, de ces dirigeants  à commencer par la justice seront assortie pour prendre en otage la rentre pétrolière et diaboliser tous ceux qui osent s’opposer à cette philosophie libérale et que le seul et unique pouvoir est le seul qui soit légal et légitime dans cette société dite libérale . Le rythme de la société restera la consommation à outrance portant sur  des inputs  d e sociétés d’ailleurs, une bancarisation au service des oligarchies rentières, et plus de contestation sociale maitrisable afin de ne pas toucher  à ce modèle propre aux prédateurs. La surprise est venue de ce « Hirak » qui a bouleversé la donne et dont la force va balayer les mauvais gestionnaires les mauvais dirigeants les mauvais gouverneurs  pour laisser  place à une nouvelle refondation d’un état ou le droit sera maitre. Nous allons aller ensemble vers ce nouvel ordre national  par le biais de ce formidable « Hirak » et personne mais vraiment personne ne pourra s’y opposer ni le freiner……la justice indépendante  est accompagnée avec la démocratie et la démocratie est appuyée  sur la liberté d’expression et se n’est pas une opération main propre menée par le chef d’état major de l’armée qui s’autorise à prendre la place d’un garde des seaux absent  cette exception ne devait pas se faire , la justice  est un appel  qui représente un vecteur important  de la revendication légitime  du « Hirak » ; ceci rassurera fortement le peuple, car le voleur sera poursuivi et l’argent volé sera récupéré par la force et la rigueur  de la loi dont le téléphone ne servira à plus rien.

BENALLAL MOHAMED ANCIEN CADRE

Facebook Comments
05 mai 2019

le 05 mai 2019


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
05 mai 2019

Les commentaires sont fermés

Nombre de Visites :

  • 3 621
  • 4 687