L’on apprend qu’il aurait été prévu la pose de murs de protection longeant le trajet, du quartier SIDI AMAR à la sortie de la ville passant par SIDI DJILLALI.

L’extension de l’habitat a rendu les rails de la voie ferrée en pleine agglomération. Désormais le train est à quelques mètres du citoyen. Dans certains endroits tout le long de ce trajet,  on commence affreusement à s’habituer à sa présence mettant continuellement des vies en danger.

Les rails deviennent dans un milieu ou les gens sont forcés au passage. Située entre ‘’CPR et SIDI DJILLALI’’, les gens, des enfants entre autre, pour rejoindre un quartier ou l’autre se trouvent contraint de traverser la voie ferrée.  Plusieurs vies ont péries donnant un écho qui aurait permis l’affectation d’une enveloppe financière pour la pose de murs pour  protéger le citoyen en général d’un danger persistant.

Sauf que l’on apprend selon certaines inquiétudes de personnes proches du rouage, que l’enveloppe réservée à ce projet qui aurait du débuter l’année passée s’enveloppe aujourd’hui de questionnements provoqués par, non seulement un vraisemblable retard, mais aussi par une discrétion remplie de doute provoquant des critiques libertines.