LA NOUVELLE TRIBUNE DES LAMBADAS ALLANT DU CAFÉ LITTÉRAIRE AU CAFÉ PÉDAGOGIQUE

“Plus les gens deviennent cultivés, plus leur bavardage devient insupportable.” citation

Les grands lambadas Benisafiens de la cité actuelle,  ne savent plus à travers le fil des jours qui passent,  faire face à cette dimension temps de notre quotidien que : observer, constater, consternés, le système, l’ordre sociétal mis sur place, qu’il soit éducatif, social, économique, culturel, ou bien encore sportif, selon leurs propres appréciations  subjectives pour ne pas dire chauvinistes. Elles sont parfois  détournées de ses fondements républicains, de ses valeurs, de sa morale, de ses standards, et en fin de  compte, ils leurs restent ;  que ce petit pouvoir en or, de se  taire face à une mauvaise gouvernance, qui en dit long en discours dans les cafés littéraires, et large dans les cafés pédagogiques, ou raconter   devient le plaisir du quotidien, expliquer  fatigue beaucoup les neurones des retraités, démontrer un fait ,ne fait plus partie de l’ école car l’approche de l’ inspiration est loin du café littéraire servi dans la matinée hors de chez soi..

                  « Le bavardage ne paie pas d’impôt »proverbe

 Le schéma de ces prétendus  lambadas retraités  représente un cercle ,ou  groupe du quotidien  que le Bon Dieu fait,  ils se prennent pour des intellects :se sont : des ex. fonctionnaires ,des ex. enseignants, des cadres diverses, qui ne cessent dans leur quotidien culturel des fins du temps de nous faire  exhiber des corrélations personnels gonflées d’appréciations, et de controverses  subjectives, qui méritent une divulgation sachant bien, qu’ ils  dénoncent des substantialités, ou encore ils approuvent une mise au pas de tel ou tel responsable, ministre, maire,  wali , cadres ,enseignants  , qui astreignent de suivre un guide pédagogique spécifique des grands lambadas. Pour les plus bavards, ils ont eu, en quête de polémique  leur café littéraire ; alors que ces nouveaux recrus  lambadas intellects veulent un café pédagogique  plus raffiné, selon un code pour mieux embellir la polémique du quotidien, et faire effacer la morosité du vide culturel, ils sont venus avec la maxime de « la science c’est la mesure ». C’est le nouveau guide codifié pédagogique, qui nait sur les terrasses des cafés d’en face, des cafés littéraires. Ils se nourrissent de controverses, et s’attribut l’art de la dialectique éristique. En cette période de débats politique en réseau,  « chat » « face book »et autres dispositifs de la TIC  qui ne finissent pas avec un coronavirus comme trouble fête, qui avait fait disparaitre pour un temps, les cafés littéraires, pédagogiques, les rencontres, les rendez-vous, les échanges, le plaisir, et la détente. C’est en quelque sorte  la théorie du philosophe Schopenhauer qui revient de plus prés. La lecture de cette dite théorie consiste à polémiquer sur les enjeux  oratoires  c’est-à-dire une façon de faire bousculer  par un café « press » genre substance qui donne de l’énergie pour avoir cet art de bien parler, sans pour autant convaincre, qui ne signifie pas forcement de dire la vérité, mais consiste a soit disant vaincre l’opposant sur le plan argumentatif, une forme de sophisme Socratique, qui se pratique sur le marche de l’éloquence et du charisme.

                     “Les paroles seules comptent » proverbe

  Avec Plus  d’attention, les amateurs masculins de ce nouveau café pédagogique, ne cessent de démonter   via des medias trop qualifiés  sur la politique divers surtout touchant sur le niveau  de vie par prix interposés du poulet ou de la viande, et de ce qui se logent  au fond du panier de la ménagère, sans faire attention à l’ inflation, qui rime avec la dévaluation silencieuse du dinar sans énergie, et l’augmentation des pensions de retraites,  un argent versé gratuitement sans contrepartie  pour  moins d’ emplois, et plus de chômeurs……le code ou le guide pédagogique se résume sur les packs suivants portés en exemple confiné,  restreint sur le secteur de l’ enseignement  pour se suffire:

*L’enseignement.

Il est évident que ces grands lambadas se prennent pour tout le monde, pour un sujet donné ,ils se font déjà maitre connaisseur du dossier, et de la matière,  car ils prennent  virtuellement ,ou par clonage  comme enseignants, formateurs, chercheurs, inspecteurs des premiers, et seconds paliers, inspecteurs généraux, directeurs académiques, cadres de l’administration centrale et locale, sont des témoins privilégiés, et informés de la situation actuelle de l’école. Animer avec une chaleur parolière des équipes pédagogiques, diriger les services de wilayas de l’Éducation nationale, piloter une circonscription, former des enseignants, enseigner les disciplines au programme, réfléchir à comment faire en sorte d’assurer au mieux la réussite de tous les élèves : tel est, depuis tant de temps pour les uns, moins longtemps pour d’autres, notre métier. Nous ne nous sentons pas partisans, et avons toujours été du côté des réformes, quand celles-ci allaient dans le sens de l’amélioration des apprentissages, et de l’épanouissement des élèves. L’esprit  oratoire nous est étranger, et l’idée d’appartenir à un quelconque parti, ou organisation, qui nous aurait obligés à nous taire, en cas de désaccord ne nous a jamais effleurés. Du reste, certains d’entre nous sont des réactionnaires, et d’autres progressistes ou encore neutres, mais notre loyauté  disent les lambadas, aux valeurs de l’École n’est d’aucun bord, elle est quotidienne, et beaucoup moralisante. Et nous nous efforçons, au jour le jour, de la défendre et de la faire vivre de notre mieux pour que l élève se prépare d’être collégien,  le collégien d’être lycéen, et le lycéen  d’être étudiant,  d’autres vont vers la pratique scientifique tel est le guide pédagogique, de l’éloquence du groupe « lambadiste » en question ! un bavardage qui embelli la journée des lambadas.

                 .

En prétendant   pensé construire par la parole, une école de la Confiance, le ministre virtuel, et son Cabinet instaure un authentique climat de défiance. Dans ce climat aux ordres hiérarchiques imaginés, le Cabinet ministériel manie contrôle, censure, dans un management autoritaire, mais réglementaire, fondé sur la suspicion, la menace, le verrouillage de toute expression, qui ne serait pas « dans la ligne ». Les recteurs et les Directeurs académiques convoqués pour une grande messe, qui nie leur marge d’autonomie, et d’expertise. Ces procédés sont inédits, à ce niveau dans l’École   Républicaine . Les cadres du 3ieme age, que nous sommes les constatons, et les déplorons, soucieux que nous demeurons de ne pas confondre loyauté, et soumission, conscience professionnelle, et obéissance aveugle ? le syndicat voit finance en hausse et ignore le sens de la productivité pédagogique..

Bavardage est écume sur l’eau, action est goutte d’or.” proverbe…

Les cadres « lambadisés » que nous sommes y voient se déployer sans retenue, un double discours permanent, nourrissant une rhétorique d’une duplicité chronique : cela passe par l’affirmation d’une priorité accordée au primaire, notamment dans la politique dite celle du fondamentale, ou doublement, et relégation suivis par d’autres mesures parmi les plus efficaces  au profit de dispositifs, qui permettent de mesurer l’efficacité réelle sur les apprentissages des élèves. Le seul juge de paix étant le ressenti du Ministre disant, que tout va bien là où les indicateurs fiables le confirment. L’affichage d’un discours des « lambadistes » continuent merveilleusement pour finaliser « l’abcéder » du guide pédagogique virtuel  au lieu du café dit littéraire d’autres idées  viennent encore illustrer ce guide.

Ce n’est pas seulement la liberté dite  pédagogique des enseignants qui est mise à mal, mais aussi la liberté de pensée d’une Institution toute entière mise au pas. La liste serait longue et les discussions n’en finissent toujours pas, pour idéaliser l’art oratoire.

  Des enseignants à qui l’on distribue des « guides officiels », au mépris de leur expertise, des inspecteurs du primaire que l’on  caporalise pour plus de contrôle au détriment de la pédagogie scolaire, des inspecteurs du second degré( moyen) sommés de transmettre des injonctions  ,en ignorant la réalité des difficultés de mise en œuvre sur le terrain, , réduite au contrôle, et dépossédée de sa fonction d’expertise, des pseudo- chercheurs en sciences de l’éducation, en sciences humaines, et sociales que l’on oublie de les fustiger du débat d’idées inhérent à tout système éducatif dans un État  qui se construit depuis…..

Les agents publics sont amenés à faire passer coute que coute, les réformes venues d’en haut, au mépris même de leur conception éducative. Qui se forgent à la base.

« Tout labeur donne du profit, le bavardage ne produit que disette »citation

 Parfois, les discussions  byzantines dans les cafés   pour insinuer que c’est du bavardage, qui nous rajeuni par des éclats de rire , le quotidien des gens heureux retraités  passent leur quotidien parolier du sujet de l enseignement , a celui du développement du pays, exposant la liste des théories  engrangées dans leur mémoire, la discussion s’enchaine toujours vers le bien utopique,  et s’idéalise sachant  que, les contraintes de « mal vie » obligent les orateurs de mettre sur place le chemin du guide pédagogique.je m’arrête la pour ce qui est du développement du pays ,car les sujets sont diverses, et interminables ;  la seule réplique vient d’une lecture éclaire  du journal (ami du café press), et  emballe la discussion sur fond des choses. le sport, l’ environnement, la crise du logement la jeunesse, les emplois, le piston, la bureaucratie ,le népotisme, la ruée vers le pétrole du sud……..

Nous contemplons aussi, atterrés au quotidien, des mesures dites « pour la justice sociale »  la démocratisation, la liberté de la presse, la liberté d’expression, qui ne font qu’augmenter les inégalités sociales devant  un état, qui se construit douloureusement en dehors de critères de mesure pour faire la référence à la science et au droit telle est la balance que la justice devrait observer.

. Tout cela n’est que bavardage sur terrasse de café dit café pédagogique.

L’art de parler étant recommandé pour avoir sa place dans ce café pédagogique, L’art d’avoir toujours raison   est un autre guide de combat qui fait partie du cadre du café pédagogique ; c’est un combat rhétorique utilisant tous les vices de la raisons,  et les stratèges développés par Schopenhauer. Le temps matinal se consomme vite, et avant que midi n’arrive chacun des lambadas avec son petit panier de ménagère se précipice d’aller  faire ses emplette, car la bedaine  ne fait pas attendre comme disait un certain philosophe  « tafalssafa el himar…..fa matta jawaan »( l’âne se mit à philosopher , il est mort de faim)

BENALLAL MOHAMED.


le 12 août 2020


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
12 août 2020

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00

Nombre de Visites :

  • 5 605
  • 7 299