La presse : spéculation sur le ciment.

70 personnes ont été confondues comme étant impliquées dans la spéculation sur le ciment.

Des huissiers de justice, des transporteurs, des cadres de la cimenterie de Béni-Saf (SCIBS), des fabricants de matériaux de construction (parpaing, hourdi, buses…), soit plus de 70 personnes, ont été confondues comme étant impliquées dans la spéculation sur le ciment, un produit fabriqué localement mais sur lequel une sévère pénurie existait à travers la wilaya depuis les années 2008. C’est la relance d’une enquête ayant concerné cette période qui a permi de mettre à jour les ramifications de cette affaire. Le chef de la sûreté de wilaya a également annoncé, à la faveur de la présentation du bilan annuel de la police, l’éradiction de la spéculation sur le ciment. De la sorte, la disponibilté de ce matériau est de retour.

Les investigations complémentaires qui ont été menées ont été déployées hors wilaya pour identifier les entreprises et sociétés auxquelles profitaient les enlèvements de ciment à partir de SCIBS. Ainsi, 12 sociétés étaient fictives. Elles n’avaient d’exitence que sur le papier. Certaines se permettaient même le luxe d’afficher de fausses adresses. Un registre de commerce était établi à Sidi Bel Abbès au nom d’une femme presque centenaire. Ce sont ses deux enfants qui l’utilisaient comme prête-nom.

Commerce illicite

Un «fabriquant» d’Adrar achetait son ciment à Béni-Saf, ce qui est impensable au regard des coûts de transport. Il l’écoulait finalement à Oran, Tlemcen ou Sidi Bel Abbès. Par ailleurs, la cimenterie ne s’assurait pas de l’existence réelle des entreprises grosses consommatrices de ciment. Enfin, le ciment destiné à la vente aux particuliers pour de petites quantités était détourné. C’est ce qui avait renchéri exagément le prix du sac de ciment. Cette affaire récemment découverte minait la SODMAC, une unité de vente liée à SCIBS. En cette dernière, il a été constaté la disparition de 40 tonnes de Clinker, un constituant du ciment.

Concernant le bilan d’activité de la police, le trafic sur les neuroleptiques a connu une réduction notable en raison d’une opération ayant ciblé les sources pourvoyeuses de ce commerce illicite. De la sorte, les médecins, les ordonnateurs et les pharmaciens ont été approchés pour se conformer strictement à la règlementation. De même, tous les malades ont été recensés et leurs parents ont été invités à les accompagner lors de l’achat de leurs médicaments. Cette procédure, en responsabilisant les proches, élimine les cas de revente ou de vol.

Mohamed Kali (El Watan)

*******************************************************

Sidi Bel Abbès : Leurs fermes sont dépourvues d’électricité et d’eau potable
Des familles de Ras El-Ma interpellent le ministre de l’Energie
Une dizaine de familles occupant deux fermes situées à 2,5 km de la commune de Radjem Demmouche, relevant de la daïra de Ras El-Ma, continue de vivre sans électricité et sans eau potable depuis des années.
Pourtant, estiment les chefs de ces familles, moult démarches ont été entreprises auprès du président de l’APC de Ras El-Ma, mais en vain. «Toutes nos doléances sont restées sans suite. Nous n’avons reçu comme réponse que des promesses malheureusement non tenues», indique le porte-parole de ces familles.
Cette situation, selon les membres de ces familles, n’a que trop duré. Face à la persistance de ce problème qui dure depuis des années, les chefs de familles viennent d’adresser cette fois-ci, une pétition au ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, ainsi qu’au ministre de l’Energie et des Mines.
Une pétition à travers laquelle ils sollicitent l’intervention des deux ministres pour bénéficier de l’électricité et de l’eau potable, comme tous les autres citoyens, et mettre fin au calvaire qu’ils endurent.
Les pétitionnaires indiquent que leurs fermes datant de l’ère coloniale, n’ont pas été jusqu’à l’heure actuelle raccordées au réseau électrique et, par conséquent, ajoutent-ils, aucune activité agricole ne peut être réalisée. Ainsi, déplorent –ils, les jeunes, les plus ambitieux, continuent à raser les murs puisque aucun projet d’élevage ne peut être lancé sans énergie électrique. «Nous utilisons des groupes électrogènes qui nous reviennent trop chers», affirment-ils dans leur pétition.
Les plaignants signalent que les autres fermes de la localité ont été branchées à l’énergie électrique dans le cadre du programme de l’électrification rurale ou dans le cadre du programme communal.
Concernant l’alimentation en eau potable, les pétitionnaires soutiennent qu’ils continuent d’utiliser l’eau des puits pour les tâches domestiques et qu’ils achètent de l’eau potable pour la cuisson de leurs aliments.
Fatima A.

***************************************************************

Les pétards sont de retour sur les trottoirs de Sidi Bel-Abbès

En parallèle aux diverses manifestations religieuses programmées dans les mosquées à travers la wilaya de Sidi-Bel-Abbès, à l’ occasion de la fête de Maouled  El Nabaoui et assorties  de concours   des meilleurs récitants du coran, aussi remarque-t-on, que le rituel Maouled el Nabaoui et comme tant d’autres fêtes sont jalousement incrustées et conservées par les familles algériennes. La preuve depuis quelques jours  l’avènement s’annonce avec l’odeur des pétards et les couleurs des bougies à travers les cités. Dans ce sillage, la grèba quartier mémoire et embryon de Sidi-Bel-Abbès  qui ressemble à la médina jdida  d’Oran est gagné par la frénésie des achats, des tables garnis de bougies  de toutes les couleurs et de différentes tailles, des pots de miel, du henné, des confiseries, d’où des familles ne s’en privent  pas malgré la cherté de ces ingrédients. Aussi de nombreuses familles nous ont confié, que Sidna doit être commémoré avec éclat. Le boulevard Didouche Mourad situé au centre ville est envahi par les vendeurs de pyrotechniques en provenance de pays asiatiques, malgré leur interdiction. La commercialisation de ces pétards dans les étals représente un réel danger pour les écoliers, et la vente se déroule au su et vu de tous. Et sur un autre registre, on crie de vive voix que la vie est chère, mais on achète. Allez y comprendre quelque chose ! Et du côté des enfants en s’en donne à cœur joie dans les cités.

 Daouadji.M
*********************************************************

le 01 février 2012


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
01 février 2012

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00