La propreté du balayeur et la saleté du rentier

« Ce sont les métiers dits « sales » comme éboueurs, égoutiers, balayeurs…. Qui contribuent le plus à la propreté et donc à l’hygiène, paradoxalement ce sont dans les professions de prestige comme politiques, financiers, administrateurs, libérales, hauts responsables, commerciales… qu’on trouve le plus d’ordures » citation
Il était une fois, un balayeur faisant partie de notre quartier,
Heureux de bien faire son boulot.
Se levait tôt le matin.
Son balai et son petit tombereau à la main.
Il ne rêvait pas mais souhaitait la propreté de proximité,
Du quartier dont il était chargé.
La propreté c’est grâce à lui
La saleté s’est à cause de lui
Telle était sa vision
Il bossait bien et dur, avec ardeur.
Accomplissait son œuvre avec hardiesse.
Il percevait une gratification communale misérable.
Ce n’est pas un salaire juste un « filet social ».
Il était satisfait et loin d’être acrimonieux.
Il survivait quand même très parcimonieusement.
Il était utile, nécessaire et salutaire.
Sans que personne ne le voie.
Les saletés suivantes : papiers, mégots, débris, déchets kleenex, cannettes, sachets, couches bébés, emballages cartonnés, crottes de chiens, Et même crottes d’hommes… Rien n’échappait à Monsieur ce bon factotum du quartier.
Tout finissait dans son petit tombereau genre petit chariot.
Le « filet social » était sa couverture sociale,
Bien misérable pour Monsieur, Ce brave factotum.
Percevait une gratification de misère,
Sans échelon, et sans grille de salaire.
Un jour que le Bon Dieu avait fait
Un « quelqu’un », bien vu, bien vêtu, bien nourri, et bien égoïste
Prit une décision, a-sociale, fatale et comateuse
Ce « quelqu’un » eut la bonne idée chauvine
De se laisser emporter en premier « chi-yatt »
Pour d’éventuelles prébendes à venir.
Il secrétait à partir d’une philosophie économique,
D’éventuels gains et coupes budgétaires, Austérité oblige !!
Tant que ce « quelqu’un » et sa camarilla,
Club des oligarchiques ou rentiers.
Sachant très bien et impunément,
Gaspiller frauduleusement les impôts des besogneux.
Se statuant en grand et gros Monsieur.
Ce « quelqu’un », faisant la loi,
Puis la piétinant pour se faire valoir comme Monsieur.
Vivant en maitre incontesté dans ce quartier, cette ville, ce pays.
Ce « quelqu’un », ce Monsieur, ce…..
vit avec vingt fois ou plus le Smig de la plèbe.
Le déficit budgétaire devrait laisser place à l’orthodoxie budgétaire.
Pour mieux se faire valoir.
Décida que le balayeur ne doit plus faire partie du « filet social ».
Car ce balayeur consommait une partie du déficit budgétaire communal.
Sa proposition émanant d’une abduction narcissique.
Suggère au parlement, au sénat, au gouvernement, au président, au wali, au….
De remplacer le balayeur communal,
Par un chômeur à « l’Algérie blanche » ou « Blanche Algérie ».
Mettant en branle ses élucubrations.
Tout en exposant avec force et conviction ses arguments,
Au soutien de ses élucubrations,
Pour insinuer que le « filet social » soit privatisé
Pour féconder « l’Algérie blanche » ou « Blanche Algérie »
Le balayeur pourrait se reposer alors,
Sans charge pour le budget de la localité.
Une aubaine et économie pour la commune.
Les « beni amistes » et « beni oui-oui » seraient les premiers bénéficiaires.
Le balayeur ne trouvera plus de place dans « l’Algérie blanche »ou « Blanche Algérie ».
Qui aimer tant, tôt le matin et l’avait autrement dans son cœur.
Dégommé, il laissera l’Algérie au noir.
Son balai le pleurera et son tombereau le manquera.
Ce « quelqu’un » élu, technocrate, « Chi yat »….
Fier de sa détection
Et de sa prestesse
S’est félicité financièrement pour son génie.
Que les travaux d’intérêt public
Sont plus économiques via la rente
Ça diminuerait les chômeurs fictifs,
Sans leur verser le moindre revenu communal.
La rente étant la solution sans le moindre effort.
Ce Grand prébendier de la république bananière
Est décoré d’une médaille en chocolat pour son despotisme,
Pour son savoir d’avoir,
Il inventa la recette pour piller autrement
Les caisses de l’état
Nos balayeurs rêvent de « Blanche Algérie »
« L’Algérie blanche » est faite pour les rentiers.
Ce « quelqu’un », ce Monsieur a trouvé mieux dans une Algérie pas du tout blanche.

BENALLAL Mohamed


le 28 mai 2016


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
28 mai 2016

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00