L’ANTHROPOLOGUE AHMED BENAOUM NOMMÉ CHERCHEUR RÉSIDENT

La diaspora de sidi-Bel-Abbès brille  souvent. Parmi eux, Ahmed BENAOUM est «un produit haut de gamme de Boukanefis» pour paraphraser mon ami SLIM. Anthropologue né à Sidi-Bel-Abbès (Boukanefis) Ahmed BENAOUM est Professeur de sociologie à l’Université de Perpignan depuis 1997. Auparavant, Chercheur à l’Université d’Alger de 1975 à 1989, il a été Directeur et refondateur du Centre National de Recherches Préhistoriques Anthropologiques et Historiques d’Alger (CNRPAH). Ses recherches portent sur l’anthropologie des territoires et des cultures, l’anthropologie des pratiques religieuses et l’épistémologie des sciences de l’Homme et de la société. Il prépare actuellement l’édition d’un ouvrage intitulé « Territoires nomades » (éd. CNRPAH, Alger) ainsi qu’un recueil de publications passées. A l’IEA de Nantes, il projette la rédaction d’un ouvrage intitulé «Comme la lune à son quatorzième jour, essai sur les représentations de la différence sexuelle».
Ahmed BENAOUM de par sa modestie légendaire et sa sagesse largement reconnue aura été un des premiers à saluer la naissance de BAI et à lui prodiguer ses félicitations et encouragements. Voilà ce qu’il nous a écrit en substance, le 16 janvier 2011 : « Je viens de prendre connaissance de l’existence de “SBA info” grâce au site de mon ami SLIM. Je suis un expatrié originaire de Boukanéfis et ayant fait une partie de mes études à SBA. Les miens (quelques dizaines de famille quand même !) y vivent toujours. Le lien devrait être connu et diffusé partout dans le monde : les Belabbésiens sont dispersés sur les cinq continents. Merci d’exister. Ce n’est qu’un début.»
Sa sagesse frôlant la naïveté a failli lui coûté la vie un certain 14 janvier 2010 où il fut lâchement agressé par un étudiant chinois psychotique. L’étudiant chinois auteur des coups de couteau assénés à une secrétaire de l’Université de Perpignan Via Domitia, Sylvie Brazès, décédée avant son arrivée à la Clinique Saint-Pierre de la ville, et au Maître de conférences en sociologie Ahmed Ben Naoum, sérieusement blessé au visage et aux jambes, a été jugé irresponsable et placé dans un hôpital psychiatrique.
C’est également lui qui a prononcé cette sentence à propos de feu BOUKHOBZA : « La sociologie a disparu pour laisser place à la seule statistique. L’université a brillé par son absence du domaine de la recherche, car la volonté politique n’existe pas. L’Etat se donne les instruments d’appui à sa politique. »
Voilà qu’il vient d’être retenu comme Chercheur Résident pour l’année 2011-2012 au sein de l’illustre « Instituts d’Études Avancées (IEA) de Nantes qui sont considérés comme des lieux d’innovation intellectuelle qui misent sur la liberté et la créativité des chercheurs. Venus de tous pays et de toutes disciplines, ces chercheurs résidents se trouvent ainsi temporairement libérés de leurs obligations professionnelles habituelles, et libres de mener les recherches fondamentales auxquelles ils souhaitent se consacrer à temps plein.
La particularité de l’IEA de Nantes est de tisser des relations d’un type nouveau entre les chercheurs occidentaux du “nord” et ceux du “sud”, en s’ouvrant largement à ces derniers. Est ainsi promue une réelle diversité d’approche des problèmes qui se posent aujourd’hui à tous dans le contexte de la mondialisation.

La période de résidence durera de Décembre 2011 à juin 2012 et portera sur le projet de recherche : « L’institution imaginaire de la société en Afrique du Nord-ouest : la parole des femmes et sur les femmes au cœur des systèmes symboliques instituant. »
La construction des objets de cette recherche concerne l’une des questions majeures de l’institution des sociétés d’islam depuis le Moyen Âge à nos jours : « au cœur des sociétés » (M. Sahlins), est le statut non de la femme ou des femmes mais bien des systèmes symboliques qui fondent, légitiment et instituent les relations entre les femmes et les hommes. Les sociétés structurées dans et par la différence, la domination et l’inégalité, inscrivent au principe même de leur existence et de leur reproduction le pouvoir et la puissance (P. Clastres et L. Marin), mais aussi la résistance, le contournement, l’évitement et le retournement de la puissance et du pouvoir contre leur source.
Les récits (mythes, contes, gestes et récits hagiographiques) qui font la matière première des travaux d’analyse, peuvent être travaillés de manière formaliste pour en dégager les logiques ou les cohérences internes. Ce travail se fera seulement comme étape vers l’analyse proprement socio-anthropologique. Cette dernière – dont la source est la vie même du chercheur et l’« immersion » dans les groupes sociaux qui le reçoivent périodiquement, mais de manière irrégulière et depuis au moins une trentaine d’années – est développée dans le souci constant de mettre en rapport permanent la parole vive des femmes et des hommes sur leurs relations réciproques.
C’est alors qu’apparaît l’insoupçonnable importance du rapport au corps propre et aux kinésiques, à l’appropriation de l’espace et au procès de territorialisation domestiques et sociétaux. La voix supposée inaudible des femmes est, au contraire, assourdissante : structurant l’espace et le temps, la reproduction de la société, comme les rituels et les rythmes économiques et politiques, elle ordonne les différences et les inégalités et maintient une tension symbolique constante entre, d’une part, les pouvoirs qui s’exercent sur les femmes et qui les soumettent et, d’autre part, les contre pouvoirs des femmes qui réduisent la domination ou la font imploser.
Le travail est à la fois une critique des théories de la domination unilatérale des femmes par les hommes et une construction de questionnements nouveaux sur la base de l’analyse de «textes » vocaux originaux de femmes et sur les femmes.
Liste des Chercheurs résidents de l’année 2011-2012
• Akhilesh, Peintre, Bhopal (Inde) – Invité du Directeur
• Alonso BARROS, Anthropologie, Université Catholique du Nord, San Pedro de Atacama (Chili)
• Upendra BAXI, Droit, Université de Delhi (Inde) ; Université de Warwick (Royaume-Uni) – Invité du directeur
• Ahmed BEN NAOUM, Sociologie, Université de Perpignan (France)
• Jean-Godefroy BIDIMA, Philosophie, Tulane University, Nouvelle-Orléans (USA) – Lauréat EURIAS
• Shailaja CHANDRA, Directrice du Fonds national de stabilisation de la population (Inde) – Invitée du Directeur
• Luca D’AMBROSIO, Droit, Collège de France, Paris (France)
• Wasifuddin DAGAR, Chanteur de Dhrupad (Inde) – Invité du Directeur
• Ota de LEONARDIS, Sociologie, Université de Milan Bicocca (Italie) – Invitée du Directeur
• Dany-Robert DUFOUR, Philosophie, Université Paris VIII (France)
• Philippe FORÊT, Études chinoises et géographie, Université de Stockholm (Suède) – Chaire Région Pays de la Loire
• Charles-Didier GONDOLA, Histoire, Indiana University – Purdue University Indianapolis (USA) – Lauréat EURIAS
• Sangeeta GUNDECHA, Théâtre traditionnel et dramaturgie (Sanskrit), Université Barkatullah, Bhopal (Inde) – Invitée du Directeur
• Huri ISLAMOGLU, Histoire, Université Bogazici, Istanbul (Turquie) – Chaire Région Pays de la Loire
• Cornelia ISLER-KERENYI, Archéologie classique
• Brian LANGILLE, Droit, Université de Toronto (Canada)
• Bin LI, Droit, Institut de Technologie de Harbin (Chine) – Chaire Région Pays de la Loire
• Pierre MARECHAUX, Littérature latine et néo-latine, Université de Nantes (France) – Chaire Université de Nantes
• Chihiro MINATO, Art et anthropologie, Université Tama Art, Tokyo (Japon)
• Jeseong PARK, Droit du travail, chercheur à l’Institut du Travail Coréen, Chaire “France-BIT”
• Robert SALAIS, Ecole Normale Supérieure de Cachan, Paris Centre Marc Bloch, Berlin (Allemagne) Economie, – Chaire de la Mutualité
• Suresh SHARMA, Histoire, anthropologie, Centre for the Study of Developing Societies (Delhi, Inde) – Résident associé
• Geetanjali SHREE, Ecrivain, New-Delhi (Inde) – Invitée du Directeur
• Pierre SONIGO, Médecine, biochimie, INSERM, Directeur adjoint Bio Intelligence Service (France)
• Gonzalo SOZZO, Droit, Université National du littoral, Santa Fe (Argentine) – Chaire Région Pays de la Loire
• Ibrahima THIOUB, Histoire moderne et contemporaine, Université Cheikh Anta Diop (Dakar, Sénégal) – Résident associé – Chaire Université de Nantes
• Salvador URRIETA GARCIA, Urbaniste, Fondation du Centre Historique de la Ville de Mexico, Institut Polytechnique National, Mexico (Mexique) – Chaire Suez Environnement
• Ashok VAJPEYI, Poète, critique littéraire, New Delhi (Inde) – Invité du Directeur
• Priyadarshini VIJAISRI, Histoire, Centre for the Study of Developing Societies (Delhi, Inde)
• Patrice YENGO, Anthropologie, santé publique, Université Marien Ngouabi, Brazzaville (Congo-Brazzaville)
• Ana-Maria ZAHARIADE, Architecture, Université d’Architecture et d’Urbanisme Ion Mincu, Bucarest (Roumanie) – Chaire Université de Nantes

 

djillali@bel-abbes.info


le 18 janvier 2012


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
18 janvier 2012

1 Commentaire pour “L’ANTHROPOLOGUE AHMED BENAOUM NOMMÉ CHERCHEUR RÉSIDENT”

  1. Dr youcef FEHAM

    BONJOUR BROTHER HMIDA
    je suis le docteur youcef FEHAM….ton ami du lycée “el djala”…ou nous formions une équipe formidable avec Abdeslam MERIOUA ( maintenant à amiens ou il enseigna la parasitologie)…
    faut dire que nos chemins se sont séparés ,vieux briscard !
    on t’a laissé prof ,je crois d’histoire ,juste pour t’occuper ,avant d’embrasser une authentique histoire universitaire…
    dis-moi si tu viens à bel-abbès ,berceau de tes premiers émois ( pour nous aussi ,du reste…avec nadjia..khalida…et tout le toutim ! ).
    now ,je me trouve dans le nord de la france ,à supporter les rigueurs de mister hiver…
    j’ai assez donné après 20 ans de cabinet ,à saida ,puis wahrane…
    il va falloir nous retrouver ,gus!
    ya aek AMROUN qui est venu gaillardement par 2 fois nous visiter ,mon frère et moi…
    as-tu des news about mohamed MRABET…?
    il s’est fait opérer à oran suite à une affection des plus sérieuses!…hamdoullah..tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…comme dirait un panglos bien de chez les voltairiens…
    hassol ,si tu veux mon mail ,demande-le à djillali de SBA INFO (ou BAI…pour les initiés…) ,journal pour lequel tu devrais écrire un petit chwya…!
    j’ai hâte de te voir donner signe de vie….et 1000 bravos pour cette promotion dans le domaine de l’anthropologie…
    ça nous met du baume dans et sur le coeur…
    ton ami et frère ,doc youcef FEHAM

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00

Nombre de Visites :

  • 1 835
  • 6 829