L’argent n’a pas d’odeur pour des toilettes payantes

“Un service public qui n’a pas de sens pour une utilité publique, ça existe bien chez nous”

L’appareil sanitaire, feuillées ou gogues au niveau des grands centres urbains, représente un lieu plus que sacré que l’on qualifie par le mot « toilettes » « vespasiennes »ou « fosses d’aisance » qu’ils soient particuliers ou bien publics. En arabe, on les surnomme le plus souvent par « la salle d’aisance »( Beit erraha) qui représente un lieu de bien être, d’aisance et même de confort physiologique. Les vespasiennes sont utilisées d’une part pour recevoir et d’autre part pour évacuer tous les coprolithes .Les toilettes publiques, biens publics pour utilité publique sont en général, tenues par les mairies ou des organismes privés sous la formule réglementaire de la concession. A cet effet, dans les lieux publics, leur usage est selon les cas libres ou réglementés. Dans ce dernier cas, une redevance peut être perçue soit par une personne préposée à cet effet, soit par un système d’encaissement automatique qui se fait ailleurs. Des toilettes pour une clientèle spécifique; café, restaurants, mosquées et dans certains transports en commun, trains, avions et bateaux de même que dans les écoles les universités, les hôpitaux, les mosquées , l’utilité est bien certaine pour toute cité….

Les toilettes publiques font partie intégrante de la société citadine et ont connu de nombreuses évolutions et ce depuis l’antiquité. Cette utilité publique faisait partie intégrante de la cité bien av. J-C la civilisation (harappéenne – la Mésopotamie-la civilisation grecque – la civilisation pharaonique-Rome antique…..),et ce service public existait et était mis à la disposition de la piétaille et dire qu’aujourd’hui et plus particulièrement sinon plus spécialement, au niveau même d’un site balnéaire, un site touristique, un site de renommé; ce site est nommé : Plage du puits de BENISAF, le constat allant au vu et au su de tout le monde( population –responsables locaux-société civile-visiteurs…) un lieu pareil dont les anciennes latrines ont été détruites sans aucune raison sociale, seulement pour une vision diabolique, matérielle et mesquine, des injonctions utiles et civilisés de la société civile pour le bien des habitants du quartier, mais aussi pour le bien être des visiteurs de tout bord , si par impudicité on avance cette culture comparatiste d’une belle ou une simple maison dans le sens du chez soi (bien être) ou des toilettes ou water-closet  sont inexistantes ce cas la ne peut être envisagé même pas dans un esprit dérangé alors comment peut-on accepter une cité ,un quartier ou l’ afflux de visiteurs, de touristes venant de tout les coins de la planète ne trouvent point un équipement public sacré et intime pour un besoin utile et urgent de l’ être humain c’est tout un risque pour un touriste.
C’est un acte humain naturel et nécessaire , il est quotidiennement utilisé ; en dehors des toilettes publiques ce sont des endroits insalubres et inadaptés, les habitants fixes de la plage du puits en souffrent de ces odeurs nauséabondes et pestilences en période d’ été hantent les espaces et les murailles utiles pour déverser leur urines, les petites cachettes regorgent de déjections humaines c’est déjà une crise sanitaire que les responsables locaux ressentent par un «cachez moi cela que je ne saurais voir » en raison des conséquences non seulement sur la santé publique, mais aussi pour la dignité, une femme de passage au niveau de la gare routière de la plage du puits s’est vue faire son besoin urgent dans une in- intimité la plus irrespectueuse et l’état des personnes affectées. Ailleurs, une grande variété de systèmes existent, et le choix est permis, dont les latrines ventilées, les toilettes à compost et autres fosses d’aisance écologiques, les urinoirs, les toilettes à la turque, les gogues etc.
L’Association de quartier « EL-WIAM » a pesé de tout son poids moral et civique pour que l’APC de Benisaf puisse inscrire cet équipement social dans son programme d’autofinancement, malheureusement la mesquinerie cachée dans une drôle de manigance futuriste, est bien plus forte que la volonté de bien faire.
Le projet toilette publique inscrit sans la participation réelle de la société civile pour mieux renforcer l’avis de la qualité d’utilité publique , de l’amélioration du service public ainsi que le cadre de vie de la population . Ce projet était revu pour contenir des toilettes et des douches en même temps et en même lieu comme si des bains maures et douches n’existaient pas dans la ville de Benisaf et les douches représentent certes, un service mais la priorité ne peut devancer ni égaler l’utilité des toilettes publiques .L’agissement pour le proche avenir pour ce projet était de contourner par des mics macs règlementaires et des combines monstrueuses, afin qu’une fois achevé , ensuite suivit d’une adjudication préétablie, pour une figure amicale ayant des visions autres que celles de l’adjudicataire pour enfin de compte, la cession du bien soit avaliser et le terrain serait utile pour une autre destination. Car en face de ces toilettes, l’histoire se répète de nouveau et de plus beau, il y avait naguères, des toilettes, ils ont été déracinées pour devenir, intérêt oblige par les saligauds, une gigantesque habitation avec commerce inclus ; ce refrain ne devrait point être chanté de nouveau. Les toilettes adjugées n’ont jamais fonctionné selon leur objet, le locataire pendant l’été 2012 les a utilisés comme crémerie, se moquant de la puissance publique et de la morale publique, puis il a procédé aux modifications au vu et au su des responsables de l’APC de Benisaf. Madame le wali a dégagé pour une fois, une commission d’enquête, qui a aboutie en fin de compte de la remise en l’état initial de ces équipements, la résiliation de contrat n’a pas eu lieu même si l’infraction est de taille, vision d’intérêt en jeu probablement, mais depuis les watercloset sont fermées et le PAPC refuse de résilier le contrat le pourquoi chacun des mortels le sait et le sait si bien car confondre le service public avec le payement du bail est une aberration qui est en contradiction de l’utilité publique, cette incohérence ne peut engendrer que des préjudices à la société. De nos jours vous pouvez aller dans n’importe quelle station service commerciale, vous trouveriez la caisse ouverte mais les toilettes fermées. Tout le monde pense que l’eau et le papier toilette valent plus que les Dinars recommandés.


le 07 novembre 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
07 novembre 2013

1 Commentaire pour “L’argent n’a pas d’odeur pour des toilettes payantes”

  1. le cygne

    Bravo, Mr Benallal, je trouve que c’est un très bon sujet……..sauf pour les ingénus !!!

    Alors, puisque c’est ainsi, les ‘odeurs’, on va sûrement les sentir ailleurs, et ça ne semble déranger personne……!!!! Une autre nuisance qui s’additionne aux multiples nuisances que le citoyen est entrain de subir sans même réagir, soit par ignorance, négligence, insouciance, incivisme, soit par manque d’éducation, alors que les Musulmans sont censés être les plus propres sur terre…. !! Ajoutez à cela la ‘Fhama’, l’éducation, la culture et la compétence de nos surdoués de responsables locaux…!!! L’environnement est tellement propre qu’un peu d’odeur et d’urée ne feraient pas de mal…et puis ce n’est pas une priorité……n’est ce pas…??? Wa ‘Mossébateh’…. !

    Au moment où on se chamaille encore pour des sanitaires publics, ailleurs, rien ne se perd…!! Ils font tout pour utiliser les spécificités de l’urine pour produire de l’énergie, à l’heure où les énergies renouvelables semblent devenir une nécessité absolue dans notre contexte énergétique !!! Eh oui; Ne Riez Pas, ce n’est pas drôle du tout, puisque des chercheurs Britanniques de l’université de Bristol Robotics Laboratory ont réalisé un procédé permettant d’utiliser l’urine comme nouvelle source d’énergie….! Ils ont découvert une méthode pour recharger leurs téléphones grâce à leurs urines! En effet, cette substance associée à des piles à combustibles microbiennes va permettre la production de l’électricité grâce au processus de putréfaction. L’urine comporte deux composés pouvant être une source d’hydrogène: l’ammoniac et l’urée. La multiplication des microbes est ainsi accélérée pour générer plus d’électricité. Ce procédé était déjà faisable avec de l’eau. Néanmoins, l’innovation ici demeure dans le fait que les atomes d’hydrogène dans une molécule d’urée sont moins fortement liés que dans une molécule d’eau, donc plus faciles à désunir.

    Pour le moment, le procédé n’est pas assez développé, il permet seulement de passer quelques appels. Mais avec le temps, les scientifiques y entrevoient le futur moyen d’alimentation de nos salles de bain. Le potentiel de cette technique est bien sûr accru dans des endroits à forte fréquentation.
    Le festival Afro-Reggae au Brésil a déjà expérimenté l’idée. En effet, les organisateurs ont placé des urinoirs un peu partout dans les rues de Rio de Janeiro. Étant relié à des turbines et une dynamo, l’urine s’est écoulé dans les tuyaux. Avec un peu de pression, de l’énergie a été créé et stocké dans des batteries pour ensuite alimenter le son du festival. Ajouté aux économies d’énergie, ce procédé a aussi permis d’inciter les festivaliers à uriner dans le total respect de l’hygiène publique !
    Pour des installations dans des lieux isolés tels que les déserts et les îles, cette technique semble être très utiles. D’ailleurs, l’armée américaine est entrain d’expérimenter ce nouveau procédé pour ainsi permettre à ses soldats d’avoir accès à une source d’énergie là où ils se trouvent et à n’importe quand ça permettra aussi d’alléger le poids de leurs équipements… !!! Avis aux concernés…, ils courront plus vite… !

    Merci Mr Benallal d’avoir pensé à cet autre volet qui rentre aussi dans le cadre de la protection de l’environnement, de la santé humaine et du développement durable……Je n’oserais pas parler du bien-être et du savoir vivre, car ça, c’est une autre histoire…!! Demandons à Mr Ibn Khaldoun ce qu’il en pense, dans sa ‘Mo9adima’…. !!??

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00