L’Association Lassouli Abdelkader lance son cri de désespoir«Notre cité est celle de la désolation » Les 760 Logements de Benhamouda »


Mon constat est que notre  ville, semble engouffrer davantage les opinons de ces observateurs au point de les fausser, avec des cités préconisées, pour dérouter de la réalité. Cette fois encore, j’ai découvert qu’une population algérienne vivait, en plein  xxi siècles  dans le marasme et l’immobilisme, notamment  ceux  des quartiers, tel que celui  que j’ai cette visité avec grande peine et beaucoup de tristesse, pour ces grand chantiers qui ont leurré tout le monde en temps réel..

J’aurais bien aimé, évoquer le cadre de vie de nos cités, comme exemple  pour faire blêmir, les attentions dans  envieux des  autres horizons qui nous observent, en tant qu’extension du « Petit Paris » que nous étions, ors notre  ville, avec ces bâtiments de cité dortoir, nous ramène au sentiment de la « honte », que l’on pensait disparue, de notre lexique, mais qui nous revient en mercenaire, à chaque coin de rue ou pullulent les rats.

J’aurais aimé vous faire promener dans un récit ou dans une  cité merveilleusement bâtie où vivent des familles heureuses. Où l’on serait rafraichie par l’ombrage verdoyant d’arbres  nous offrant en guise de bienvenue des bols d’oxygénation. Où des senteurs enivrantes  provenant de  mélanges de parfum  se dégageant d’un festival de fleurs que des jardins  sauraient nous  réserver. Où des balcons se bousculeraient les uns après les autres pour nous confirmer  par leurs plantes suspendues  que la beauté des « arcs en ciel » prenait naissance dans cette cité.

Cependant ce que mes yeux ont vu et ce que mes oreilles ont entendu me confirme, une fois de plus, que notre ville est loin de ressembler à certain villages de wilayas  limitrophes dont les responsables conscient prennent à cœur  le suivit des projets  réalisés de leur localités.

 « Notre ville  semble être malheureusement sans gouvernants ou alors, si ces derniers existent, ils doivent sans aucun doute vouloir  être sourd-muet et aveugles volontaires, quand leur agenda est « vidé »  de l’intérêt de leur concitoyens mais « rempli » de projet individuel ou  voyages extras frontaliers qui ne sont réservés qu’à ce monde dont nous sommes marginalisés », me lance avec désespoir le vice président de cette association Mr Hassani.

La cité  des 760 logements livrée en 2002 dans le cadre du social est réputée comme  étant une simple cité dortoir qui s’étend sur la plus grande partie du territoire de Sidi Djilali. Elle offre l’apparence d’un immense bourg mal entretenu avec des routes dégradées, dépourvu d’espaces verts  ainsi qu’un manque flagrant de travaux d’embellissement. En  termes de commodités et d’entretien, tout fait sérieusement défaut. Les ordures ménagères auxquelles  se cramponnent toutes autres insalubrité, s’étalent dans chaque coin de rue et également  dans des espaces vides (lot) elles jonchent  effrayamment comme pour défier le passager observateur, elles se surnomment « Désolation » et demeurent démoralisantes, mais surtout blâmables. A quand le ramassage des ordures ?

Un constat qui ne manque pas de susciter des interrogations parmi les citoyens habitant ce quartier. L’éclairage, est un autre déficit, qui attent également d’être résorbés, un jour peut-être, d’autant plus que cet état de fait favorise l’insécurité  nocturne, qui est devenue maitresse de ce quartier.

La prolifération de maladies en toute période de l’année et particulièrement pendant les chaleurs, est plus que certaine et les enfants n’y prêtent pas attention. Les moustiques pullulent.

Nous avons pénétré chez un échantillon de locataire du 4 eme étage, et avions constaté que l’ensemble de leurs pièces étaient sujettes à des infiltrations d’eau du à l’inexistence de plate-forme de protection de la terrasse. Le dégoulinement de l’eau sur les murs a affaibli  ce dernier qui s’effrite progressivement, causant de l’insécurité  envers les passants. L’eau qui ayant laissée des traces d’humidité et de moisissures offre un spectacle  « désolant »  dans la totalité des pièces qu’une vieille dame handicapée a tenu à me montrer. Nous constations un sévère dysfonctionnement.

Les locataires du quatrième étage subissent les conséquences des infiltrations d’eau, émanant de la qualité de la mauvaise dalle, constituant le plafond. Ils deviennent en raison de cette situation des logés non privilégiés. Ces infiltrations d’eau ont occasionnée le décollage de grande plaque de mauvais cimentage des murs dans les parties proche de la terrasse

Les murs  des façades de certains  immeubles s’effritent au niveau du dernier étage dont la cause est la mauvaise  étanchéité mal faite, ou nullement faite, devenant un danger pour les passants, de part les gros fragments qui en tombent. L’humidité causée par ces infiltrations a fait son effet depuis 10 années.

Les locataires  dans leur inquiétude et leur désarroi ont effectué plusieurs relances auprès de l’APC et des services concernés sans qu’aucune suite ne leur était réservée-Ils ont lancé un appel par le truchement de la radio et ils sont arrivés à comprendre qu’ils font partie des habitants à marginaliser.

Les espaces verts et aires de jeu sont pour ainsi dire inexistants. Les multiples besoins de la population locale composée surtout de jeunes en plus de ceux des étudiants dont le nombre est important se font de plus pressants. En face, les structures et commodités nécessaires sont insuffisantes. Les responsables locaux  qui devraient  mettre en place une stratégie efficiente pour faire face à ces énormes besoins et permettre à cette cité et  de sortir enfin de sa léthargie et de sa décrépitude, sont loin, très loin des préoccupations des citoyens.

Comment expliquer, ces immeubles qui  n’ayant que 10 années d’âge, tombent en lambeaux, s’effritent  de par et d’autre, quant à la moisissure habillant ces murs d’humidité,  des caves submergées d’eau, font le bonheur des rats d’égouts qui empoisonnent la vie des locataires.

Progressivement  et surement la cité est en déclin et personne ne s’en soucis, créant l’affolement des habitants .Cette cité donne l’impression d’être  considérée comme un  quartier étranger à la ville, réputé  d’accès difficile.

Je me sens sortir carrément d’une dimension que j’ai cité dans l’un de mes reportages passés et qui m’a valu « des belles et des pas mures » auprès de certains comités de quartiers pour avoir fait l’éloge  d’un espace que l’APC affectionne.

Je ne suis nullement le robin des bois des cités en pleine crise de « désolation » mais ce que mes yeux ont vu et ce que mes oreilles ont entendues me plonge dans  de triste état.


le 29 janvier 2012


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
29 janvier 2012

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00