LAURENT MUCHIELLI,SOCIOLOGUE ET VIGILE SOCIAL

Ce chercheur qu travaille depuis une douzaine d’années sur les questions de sécurité se démarque du troupeau en refusant la dictature de l’Emotion et le discours ambiant visant à accréditer la thèse que nous vivons dans une société très violente. Et de nous proposer de porter le regard sur l’Autre, le bouc-émissaire commode, l’étranger,le jeune, le musulman, le noir et de nous pousser à entonner la rengaine du “c’était mieux avant!” Mucchieli dynamite cette perception en prouvant que la société française, pour ne citer que cette dernière,est globalement moins violente qu’autrefois et que la fameuse ‘explosion de violence’ est un mythe produit par une société amnésique et une instrumentalisation idéologique implacable.
Travaillant à flancs renversés, ce directeur de recherches au prestigieux CNRS entend montrer les vrais victimes de l’ordre social injuste ainsi que les coupables. Là où on ne veut voir que bandes ethniques et immigrés, ce
chercheur débusque trois variables:
-lieu de résidence;
-résultats scolaires;
et taille des fratries pour appréhender et analyser les processus psycho-sociaux qui déterminent un parcours de délinquance et met en lumière la conjonction des facteurs dans les quartiers populaires. Ce scénario, quasiment déterministe et psychanalytique programme sans surprise violence et parcours délinquant. Et perceptions négatives chez le “bien-pensant”.
Contrairement à la présentation médiatique qui en est faite, il n’y voit aucune spécificité maghrébine ou africaine mais la résultante des handicaps de classe et des mécanismes d’exclusion. Essentialiser la violence, lui donner un contenu biologique, c’est être raciste, ouvertement ou honteusement.
Ce qui me semble particulièrement original dans la démarche du chercheur est la mise en exergue des trois fragilités chez les jeunes issus de l’immigration et qui alimentent la perception populaire du ‘jeune étranger dangereux’.
La première étant économique. La crise la plus grave de l’ère industrielle ne permet plus l’insertion par le travail; la crise du mouvement ouvrier a fragilisé l’autorité du père devenu chômeur longue durée le disqualifiant aux yeux de ses enfants; au plan local,on assiste à des tentatives d’instrumentalisation et
d’embrigadement de jeunes leaders issus des quartiers populaires, mais
qui s’inscrivent toutes dans le court terme.

LES BANLIEUES ET L’ISLAM: Création d’une peur rhétorique:

L’auteur aborde clairement la profondeur du racisme à l’égard des populations issues des anciennes colonies et l’imaginaire colonial qui vise les populations issues du Maghreb et de l’Afrique surtout sub-saharienne dont la migration a coïncidé avec une période traumatique pour la France,celle de la guerre d’Algérie, aussi terrible qu’euphémisée par les vocables ‘Évènements d’Algérie.’ Les bataillons électoraux qui votaient communiste ou gauche victime du chômage endémique et de l’abandon par une gauche devenue managériale ont migré vers le Front National et alimenté la perception: Etranger-insécurité, et Etranger-chomage. Le virage politico-idéologique de la gauche n’a pas fini de laisser se propager des ondes de choc. Coco un jour, facho un autre! La ghettoîsation et la concentration des mêmes populations semblaient condamner les habitants au silence et à l’invisibilité politique après l’échec de la marche des Beurs, récupérée par des apparatchiks qui se sont mis en selle pour accéder au pouvoir. Les immigrés ont servi de marche-pied à ces Rastignac politiques qui sévissent encore! trop nombreux pour être cités!
La guerre du Golfe de 1991 marque un tournant et répand dans la société française la peur ” de l’arabo-musulman” que l’on s’évertue paradoxalement à rendre visible. Tenues afghanes, burquas et échoppes vendant livres de Rokia et cassettes de prêche feront leur apparition à ce moment,dans une collaboration entre ‘islamistes’ et manipulateurs au pouvoir, chacun pouvant compter l’un sur l’autre, chacun accompagnant la partition de l’autre. En faisant Dieu à part, bien sur.
Le Cola Hallal aurait même fait une fugitive apparition à cette époque pour tenter de faire échapper le palais du croyant de la tentation de la boisson iconique maléfique. Plus tard viendront les Malboro du Diable mondo Belmondo, garanties pur djihad en provenance de ce qui n’était pas encore le Sahelistan. Collaboration étonnante et détonante entre forces de police et
trafiquants à la sauvette très visibles et absolument pas paniqués!!!!
Une coexistence pacifique comme rarement vue du côté des manifestants et de la vraie contestation sociale. Les discours sur les zones de non-droit, de territoires perdus de la république vont aider à entretenir la suspicion et le rejet programmé des jeunes issus de l’immigration, discriminés par le monde du travail quatre à cinq fois plus que leurs camarades autochtones. Les bandes se forment alors au bas des immeubles avec comme premier socle le lieu de résidence , le terreau de l’échec scolaire et le réflexe communautaire pour agir en réaction contre une société qui exclut. Je transgresse donc je suis!
NTM est devenu un groupe de rap faisant semblant d’afficher l’envie d’en découdre d’une jeunesse déclassée quand elle ne demandait que de la tune pour consommer et imiter. Le jeune arabe beur-à-casquette-et polo-Lacoste était né, plus nature que sa caricature dans les média ravis. La sociologie invite à comprendre que le rejet que manifeste la société française à l’égad de sa population d’origine maghrébine et africaine fonctionne comme un ‘wisshful thinking’ ou prédiction auto-réalisatrice. La presse aura alors le beau rôle en amplifiant et en diffusant l’image de L’ARABE DÉLINQUANT stigmatisante et qui fait par réaction huer la marseillaise ou s’envelopper dans le drapeau algérien par bravade du style: Je t’aime, moi non plus: L’érection de la barrière mentale, du racisme ordinaire, d’un refoulé qui ne l’est plus renforcent la cohésion identitaire négative faute de mieux, au sein d’une famille “choisie”, la bande.

ÉMERGENCE DE LA FIGURE DU ROM

A ma grande surprise et je me dois d’ajouter à mon dégoût profond, des humoristes d’origine maghrébine utile la veine raciste du Rom pour faire rire toute la France. Cela est bien connu et le bouc-émissaire sert toujours de principe de fausse explication: Tous semblent souffrir d’amnésie et se croire ‘lavés’ du bain identificatoire et entendent donner des gages à l’humour raciste qui s’attaquent toujours au plus faible. Et pourtant on serait bien inspirés de rappeler la violence bien blanche, bien hexagonale des “Apaches” et des “blousons noirs” qui posaient les mêmes problèmes de délinquance et sollicitaient les mêmes discours moralisateurs et catastrophistes. Plus ça change plus c’est la même chose!

QUID DE LA VIOLENCE POLITIQUE?

Octobre 1961 à Paris et le massacre impuni et non poursuivi à ce jour, d’algériens, femmes , enfants et hommes molestés et jetés dans la Seine au bon vieux temps où le bougnoule baissait les yeux! Légitimation politico-juridique qui a donné au boucher Papon le droit de terroriser des groupes non-armés et manifestant pacifiquement. Terrorisme d’état qui n’absout rien.  Si seulement chez nous on pouvait tuer les idéologies tueuses, pouvant conduire des gens ordinaires à se muer en assassins. Plutôt que d’évoquer à tout bout de champ le “terrorisme” je préférerai parler de pratiques de TERRORISATION pour qualifier des actes indignes sans présumer de la nature de leurs auteurs.
Plutôt que de croire à la génération spontanée et que les souris naissent du fromage, je crois aux solutions profanes pour des problèmes profanes.
Balayer c’est bien, mais balayer devant sa porte c’est mieux.


le 21 février 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
21 février 2013

4 Commentaires pour “LAURENT MUCHIELLI,SOCIOLOGUE ET VIGILE SOCIAL”

  1. Smiley

    Salam Messieurs Driss et Karim!

    Je suis honoré de voir cette modeste contribution être scrutée avec la sagacité de deux “autres vigiles”!
    J’entendais effectivement proposer des pistes de reflexion et encourager à l’examen sociologique de notre propre société.
    Elle ne présente aucune immunité contre la manifestation de “racismes”, discriminations, de sentiment d’injustice ou de défiance envers les institutions. Plutôt caractérisée par la désaffiliation, c’est -à-dire le refus de s’inscrire dans le champ socio-politique en décrétant une auto-exclusion du style: Ma yamenhich ya kho!
    Les teneurs de murs, la tchi tchi,les habitants de bidonvilles ou de quartiers résidentiels composent une société mue par une psychologie collective qui détermine ses rapports avec le reste de la société. Ces représentations peuvent à l’évidence favoriser toutes les transgressions chez les jeunes (ou moins jeunes) et marquer pour nombre d’entre eux un point d’entrée dans la délinquence.
    Le statut économique et le déclassement colorent la vie dans toute cité et irriguent la vie sociale et demandent un examen sérieux quand l’option du “tout répressif” a montré ses limites.
    Il conviendrait également de s’interroger sur la culture de l’émeute qui dénote l’absence et/ou l’inefficience des corps intermédiaires.
    Pour rester dans le concret, il y a en Belgique des élus en charge de La Concertation, Prévention et tranquillité des Citoyens qui organisent des réunions de quartiers selon un calendrier communiqué à tous à l’avance.
    Il suffirait d’assister à une seule réunion pour que vous soyez destinataire de tous les PV de Conseil de Quartier dans les langues flamande et française.
    Cette démocratie participative, également prônée par des maires nordistes donne de très bons résultats et constitue une école de l’apprentissage à la démocratie.
    L’ordre du jour est publié à l’avance et aucune question n’est taboue.
    Une info qui ferait plaisir au docteur Reffas: j’ai accepté de travailler en qualité de résident sur le projet:
    “Plus d’arbres, plus de vie”, porté par par la Fondation pour l’Education à L’Environnement en Europe.
    Moi qui ai planté des arbres pour le reboîsement en Algérie, je suis ravi de mon inscription dans la citoyenneté mondiale de défense de l’environnement.
    Amicalement et bonne journée.

  2. Karim10

    Bonjour Si Driss.
    Au fait, C’était un plaisir de lire et de relire ton texte sur la vente de l’espèce animale menacée. Rien de surprenant pour un « infatigable militant des droits de l’Homme ». Remarquable ! Il est inconcevable aussi que nous ne soyons pas prévenus par les journaux et par les associations. Encore merci pour votre parti pris digne d’une ligne de conduite intellectuelle connue et reconnue.
    A.S du débat. Je pensais pourtant qu’il avait déjà commencé. Une approche ! En sociologie,une étude sur un cas de société (dans le présent) est en permanence basée sur l’histoire (le passé de cette société). Mucchielli est un sociologue a part (C’est aussi un Historien des sciences sociales). C’est un spécialiste des questions de violence des populations immigrées (Notamment Maghrébines, surtout Algériennes).Il est souvent critiqué par « l’ADM » au sujet de ses positions. Selon Mucchielli l’Islamophobie est une myopie intellectuelle. Voilà pourquoi ses positions dérangent le débat franco-français. Pour une grande majorité de français « la jeunesse « d’origine » maghrébine est porteuse d’un nouvel antisémitisme en France ! Pourtant le siège de l’unesco se trouve bel est bien à Paris !

  3. Dr D. Reffas

    Bonjour si Karim.

    Ce chercheur du CNRS a développé un sujet qui s’apparente à une société qui l’intéresse.L’exposé rédigé par notre ami Smiley est une source à travers laquelle on s’alimente pour cadrer nos appréciations et tirer le nécessaire pour calmer notre soif vis à vis du savoir quotidien.J’aurais aimé avoir votre approche vis à vis de notre société en tant qu’enseignant universitaire (au même titre que L.Muchielli)pour ouvrir un débat qui nous intéresse.Amicalement.

  4. Karim10

    Salam.
    Aujourd’hui j’ai l’impression que tout est appelé « violence ». Surtout en France ou déjà l’école de jules ferry avait marqué la société française par son fameux écriteau : « La belle époque ». (Une fameuse période Historique dans la mémoire collective française et coloniale !).
    Plusieurs chercheurs en sociologie urbaine travaillent actuellement sur le rapport entre ville, culture, violence, et économie et j’avoue que Laurent MUCCHIELLI est un chercheur « qui fait preuve de fermeté».J’ai appris de ce texte que Laurent MUCCHIELLI, Aborde la profondeur du racisme. C’est très intéressent.
    La Sociologie urbaine «devient plus que nécessaire ».Les « enquêteurs sociaux » depuis plus d’un siècle envisageait déjà une urbanisation totale de la planète. Cette hypothèse se vérifie de plus en plus par des recherches prouvées et par des Compréhensibilités étonnantes de tout les « phénomènes urbains ».
    Les études « monographiques » de sociétés dites fermées, réalisées par des ethnologues ou des historiens, sont (souvent) très utiles par leur caractère d’approche globale de l’ensemble d’une société avec tous ses groupes et sous-groupes au complet. J’ai énormément apprécié les études descriptives de Carl Scmitt sur Le « Supermarché » et les problèmes posés par les formes architecturales et la disparition du « centre ville » et la marginalisation de la place public.
    A mon avis, la société n’est pas plus violente qu’avant : Aujourd’hui les faits de violences sont instantanément médiatisés et utilisés par les discours politiques .Il faut dire aussi que la télévision surtout joue bcp dans l’émotionnel !
    C’était pour moi une opportunité de lire ce texte et écrire un petit commentaire. Pour ne rien vous cacher ! Ces dernières années je me suis intéressé aux « sorties fracassantes de ces films Historiques comme : Braveheart : Nomad : Centurion :Prince Persia : 10000 BC ……..et même Légions… et autres. Ces films justement posent une question simple : Comment étaient les occidentaux (européens) avant de devenir civilisés ? On connaissait déjà l’histoire avec« l’éternelle ROME »et avec « l’antique Grèce » mais avant ? Bien avant ????? Comment était la vie quotidienne de cet « homme blanc » avant l’ère civilisationel ? L’Histoire avant le début de l’histoire !!!
    Oui ! Ces films me passionnent ! Ils creusent « l’Histoire » tout au fond ! La Barbarie des Barbares et du « peuples Celtes ». C’est vrai il y’a bien un début ! Alors. Ces films étalent une démonstration extravagante de la violence de l’Homme blanc. Ces films nous révèlent finalement que la violence fait partie intégrante de la culture « européenne » des origines jusqu’à « Now » c’est-à-dire at present time en passant par SPARTA,ROME,Bizance ….Phillipe II ….et.. Charles dix ,et… SARKO.
    C’est vrai aussi que : Pour la majorité ; La sociologie c’est bien, la sécurité, c’est encore mieux ! Ce qui explique qu’ALGER est aujourd’hui « quadrillée » par les caméras de surveillances « à l’anglaise » Laurent MUCCHIELLI dira surement que c’est une stupidité.
    Smiley. Stop. Merci pour l’article proposé. Stop et fin.

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00