Le ministre de la santé, de la population et de la reforme hospitalière en visite à sidi bel abbés

Mr BOUDIAF ABDELMALEK est descendu ce lundi 01 sept 2014 en compagnie d’une importante délégation ministérielle à sidi bel abbés. Sa visite qui s’est avérée longue et qui a durée toute la journée s’inscrit dans le cadre de la redynamisation de son secteur.

Vu l’importance du circuit et le programme qui comptait plusieurs escales jusqu’à la daïra de RAS EL MA à 90 KM à l’Ouest de la ville en passant par la commune de TABIA et un bon tours à la ville, la délégation était prévue rentrée tôt à sidi bel abbés pour entamer une série de visites à 09h, mais ce n’est qu’à 10h presque que le convoi a pris départ de la wilaya.

*Inauguration d’un EPH et d’une polyclinique*

Mr BOUDIAF avec sa délégation en compagnie de Mr le wali, du P/APW, des élus locaux, de la directrice et des autorités civiles et militaires a assisté à l’inauguration officielle d’un établissement public hospitalier d’une capacité de 120 lits sis à sidi djillali, déjà en service depuis 2011.

Cet établissement a été prévu dans le cadre du programme complémentaire de l’année 2006 pour l’aide au développement ; Avec une enveloppe de 1.919.000.000,00 dinars, la durée de sa réalisation était de 36 mois et compte dans son effectif 318 employés entre temporaires et permanents.

Cette œuvre s’ajoute bien sure aux autres établissements hospitaliers déjà fonctionnels reparties à travers la ville qui vont permettre de procurer au citoyen des soins hospitaliers nécessaires dans de bonnes conditions et alléger la pression sur l’hôpital universitaire HASSANI AEK ainsi que la maternité.

Le ministre a aussi inauguré une polyclinique à la cité BEN HAMOUDA dont les travaux ont commencé en 2012 et ont pris fin mars 2014 avec une enveloppe de 120.000.000, 00 dinars. Ici l’on apprend que le secteur de la santé de sidi bel abbés projette la réalisation de 05 autres polycliniques : une à sidi bel abbés encore en étude et dont le lieu est toujours inconnu, et les quatre autres sont prévues successivement au douar BELOULADI, à la daïra de BEN BADIS et à SFISEF (date de réception 11/2014) et enfin à la daïra de TESSALA (date de réception 08/2015, et tout cela dans l’objectif de rapprocher les soins de santé de proximité

 *Pose de la 1ere pierre*

Dans son escale à la commune de TABIA distante d’une vingtaine de KM de la ville, Mr BOUDIAF a posé la première pierre pour la réalisation d’un hôpital d’une capacité de 60 lits qui entre toujours dans le cadre du programme complémentaire de l’année 2006 pour l’aide au développement. Les travaux ont déjà commencé cette année 2014 enregistrant jusqu’à cette visite un taux d’avancement de 05 % et prendront fin le premier trimestre 2016

Cette œuvre hospitalière qui est estimé à un montant de 1.415.000.000,00 dinars va pouvoir prendre en charge cette population en matière de soins et service médical et créer un nombre considérable de postes d’emplois évalué selon les services de la santé approximativement à 250 emplois.

*Visite de projets de réalisation*

Le ministre de la santé, de la population et de la reforme hospitalière a dans son programme aussi visité des projets de réalisation d’un centre anti-cancer (CAC) d’une capacité de 120 lits sur la route prolongée menant à la commune de BOUKHANEFIS. L’avancement des travaux a enregistré un taux de 65 % depuis juillet 2008 et prendront fin le premier trimestre 2016.

En plus de procurer de l’emploi à 400 employés, ce centre d’une nécessité absolue à sidi bel abbés va pendant sa mise en service se charger des cas de cancer et réduire les souffrances des malades atteint, de se déplacer dans leurs états pour des analyses et soins de chimiothérapie dans les hôpitaux spécialisés. Il va aussi permettre un suivi de prés des malades ce qui permettra aussi à l’avenir le décèlement précoce de la maladie tout en incitant les gens à faire des dépistages.

En arrivant à la daïra de RAS EL MA, le ministre a instruit que les travaux doivent être fini décembre 2014 et que l’hôpital devrait être mis en service au plus tard après 4 mois. La fiche technique qui annonce une enveloppe de 1.377.713.000,00 dinars comme montant pour la réalisation fait état d’avancement d’un taux de 80%, mais les travaux depuis qu’ils ont commencé en 2008 ont du s’interrompre depuis un bon bout temps selon les témoignages récoltés des habitant sur place.

*Satisfaction du ministre*

Convaincu que son secteur se porte bien, Mr le ministre était totalement à son aise pendant qu’il se déplaçait d’un coin à un autre. Il n’a émis aucune insatisfaction devant les cadres désignés pour lui donner les explications nécessaire concernant les services, l’avancement des projets, les problèmes rencontrés dont il émettait des solutions rapide.

 D’ailleurs dans sa rencontre avec les cadres de son secteur, Mr BOUDIAF insistait sur le fait que rien ne manque dans son secteur pour subvenir aux attentes du citoyen notamment aux malades mettant en évidence le matériel de soins et surtout les médicaments, « si on voit que ça ne va pas c’est que la gestion est mauvaise » concluait-il. Il instruit par ailleurs les cadres de son secteurs de faciliter l’accès à l’information pour tenir au courant le citoyen de ce qu’il l’intéresse en la matière.

*Des entraves à l’information*

Les journalistes et correspondants des différents organes notamment ceux de la télévision et la radio n’arrivent pas à s’approcher du wali ou d’un ministre durant les visites. Pendant que l’autorité reçoit les explications d’un de ses cadres, au moment de son contact avec son personnel ou encore avec un simple citoyen, il y’a énormément d’informations clés à prendre pour les véhiculer au citoyen pour l’objectif de le mettre au courant des détailles sur les intentions du gouvernement dans les différents projets qu’il envisage de réaliser soient de constructions ou d’ordre culturel, social ou politique en bref à intérêt général.

Dans de telles conditions, l’information est réduite à ce qui est exclusivement communiqué sur papier, malheureusement succin d’ordre très technique pas à la portée de tout lecteur. Des gardes du corps, des agents de sécurités et trop d’élus comme s’il y’a une compagne électorale. Certains disent que les visites manquent affreusement d’organisation et que le moyen de transport mis à la disposition de la presse n’arrange pas le convoi qui roule à très grande vitesse et se détache du bus affectant de la sorte l’arrivée de l’autorité sur les lieux en même temps avec la presse. De nombreuses fois les journalistes arrivent pendant que l’autorité aurait terminé sa visite.

Djillali T


le 02 septembre 2014


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
02 septembre 2014

20 Commentaires pour “Le ministre de la santé, de la population et de la reforme hospitalière en visite à sidi bel abbés”

  1. Boualem

    Pourquoi demander plus c’est tout ce que méritent les indigènes .

  2. Incorruptible

    et boudiaf l’a su à ses dépens ( commentaire sous la chronique)
    Merci

  3. OULED BOUL

    C’est tout de meme stupefiant de lire quelqu’un entamer un proces sans quiconque a accuser, crier au meurtre sans meurtier.Pourtant le regime politique et l’oligarchie sont seuls responsables de la déconfiture tragique de nos institutions et l’anarchie qui y prévaut.Et l’histoire des réformes qu’on nous serine ad vitaem éternum, et bien elles sont en passe de devenir plus proverbiales que le boniment d’arracheur de dents , simplement des fadaises.
    On n’est pas sorti des gesticulations d’un systeme politique déspotique dont l’exercise de la polique se résume a des ritualités visant d’abord a vendre l’illusion et rien de substantiels.
    Dire que tout va bien dans un hopital cochonisé et corrompu fait retourner Florence Nightingal dans sa tombe et indique que le systeme refuse de réfléchir aux problemes qui nous assaillent de tout bords et que son modus opérandi demeure sans évolution particuliere .D’ailleurs tous les nantis du régime ignorent tous sur nos hopitaux et connaissent touts sur Val de Grace, Cochin ,Salpetriére etc..

  4. karim

    ,lpLebellabesien

    Le sujet de la recherche a été abordé des milliers de fois par les specialiste.
    Deja il faut faire phylosophie pour maitriser ces conceptes. Ici sur ce site on parle deja de plusieurs conceptes, il ya l’inveetigation, il l’exploration , il ya le developement.
    Permetez moi de le dire mais il ya des gens qui ignorent ces conceptes comment voulez qu’ils puissent établir une politique de recherche. Si le medecin fait de l’investigation qui fait l’exploration et qui fait le developpement? Si vous posez ces questions rares sont ceux qui peuvent répondre..
    D’un coté le developpement d’un pays comme l’algerie a facile a entreprendre. Sauf que le probléme ne reside pas chez les intelectuel mais chez les politiques. Un gouvernement lorsqu’il décide sa decision n’est appliqué sur le terrain..la situation ressemble a un pere de famille qui des enfants. Il des biens pour devenir, les specialistes lui montre comment y proceder, mais lui est incapable de démarer. Quant tu vois les moyens disponible en algerie tu te dis on peut devenir riche du jour au lendemain’ mais rien ne bouge….les gens pensent au liberalisme, j’ouvre mon hopitale et j’applique ma politique, j’ouvre une université et j’applique ma politique..le pere dira je divorce et j’applique ce qu’on me dit..est ce une bonne solution? Non..
    Il y’a une autre solution , un jeune militaire s’intalle au gouvernement ou tu applique a la base ou je saute la cervelle..c’est tout….et qu’on finisse de rabacher le meme sujet, le journal le quotidien d’oran a été usé par les articles de specialiste..chaque semaine 8 pages pleines d’analyses dans tous les domaine et maintenant le site de belabbes info va s’user lui aussi.
    Salutation a tout le monde et un peu d’etude en phylo ça fera vachement bien

  5. y.bouterfas

    le sujet de l’enseignement et de la recherche a été bien décortiqué par le passé. actuellement le probléme de la recherche et enseignement est d’ordre politique et non académique. il faut une volonté une politique, nous n’avons pas besoin de cours académique. les gens ne différencient pas entre les différentes forme de recherche. il y a l’Investigation il y a l’Exploration et il ya le Développement. chaque secteur nécessite sa propre recherche
    Je ne veux pas étaler la définition des concepts ce n’est pas l’espace recommandé. je laisse seulemnt une idée de développement a chacun d’analyser et de proposer la sienne
    voici en quelques points la politique la plus aproprié pour l’algerie
    Le programme de développement peut donc se résumer ainsi sans donner de détail

    1.Obliger l’Institut Pasteur d’abandonner la production et se consacrer qu’à l’épidémiologie
    2. Stopper tous les recherches en sciences fondamentale et Transférer tout le budget recherche vers l’Institut Pasteur
    3. Accorder des prêts remboursables ou augmenter les salaires du personnel paramédical , Selon leurs choix
    4. Augmenter les salaires ou accorder des prêts remboursables des maitres assistants et maitre de conférences selon leurs choix et multiplier par 4 leurs volume horaire de travail
    5. Obliger le patronat publique et privés d’ouvrir un fond commun de recherche développement

    Pour voir la recherche fondamentale en médecine voir ce lien

    http://www.unige.ch/medecine/RECHERCHE/fondamentale.html

  6. LeBelAbesien

    Bonjour Les amis,

    Écoutez Mr Y.Bouterfas , lorsque j’ai dit que la recherche en Algérie, et ce dans n’importe quel domaine que ce soit, ne doit pas être un débat d’actualité. J’en suis convaincu et très conscient de ce que j’étale comme réflexion sur ce forum ‘Commentaire’ de BAI. On n’est pas sorti de l’auberge, juste pour accueillir nos malades et les servir convenablement dans nos hôpitaux et autres services sanitaires. Donc il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs, et puis sincèrement, la santé, la justice et l’éducation sont une catastrophe chez nous. Pour les mettre juste sur les rails, il faut tout un travail titanesque, tout un remue-ménage.

    Je vous conseille d’aller se connectez sur Youtube pour visualiser des vidéos cauchemardesques de nos hôpitaux. Donc, dites-moi par où doit-on commencer la recherche. Pour moi la meilleure réflexion, c’est de voir la recherche du côté organisationnel. Il est peut être intéressant d’établir une coopération ou un semblant de jumelage avec des hôpitaux étrangers qui offrent des formations aux personnels tous confondus de nos hôpitaux pour acquérir cette façon organisationnelle, cette méthodologie routinière qui permet une bonne prise en charge de nos patients depuis leur admission jusqu’à leur sortie, un service à la clientèle adéquat. C’est dans cette optique où l’état devra injecter son argent et pas des budgets et des bourses jetés à tort et à travers.

    Vous parlez de laboratoires et de centre de recherche pourtant le cas frappant est la transformation du centre de formation dit CFTE qui était sous l’égide de l’ENIE en soit disant centre de recherche au profit de l’université de SBA. Dites-moi sincèrement, qu’est- ce que ce centre de recherche a généré ou a pu apporter à l’université et aux domaines qui y sont traités. Pourtant, ce centre était un pôle des techniques électroniques et avait généré pas mal d’emploi.

    Merci de m’avoir lu!

  7. y.bouterfas

    c’est vrai ce que vous dites Mr Reffas En dehors des contributions, il est à noter le niveau élevé du débat à travers les commentaires, car depuis plusieurs décennies le débat n’était que autour des salaires et du logement. Je crois qu’on dépassé ce stade.
    Concernant l’intervention de Mr LeBelAbesien , c’est vrai on n’arrive pas a ce qui se fait ailleurs outre mère. Dans la forme c’est vrai, mais dans le fond on n’est pas loin de leurs positions. On fait le même le travail dans le fond mais on ne le présente pas bien dans la forme. Par exemple concernant la recherche je n’ai pas voulu trop développé laissant l’occasion aux médecins de traiter leur domaine, la médecine ce n’est mon domaine. Concernant la Recherche en science médicale tu peux la définir comme tu voudras. Un législateur lorsqu’il voudra libérer un budget il essaye de lui trouver des justificatifs d’accès.
    La première chose a faire c’est définir la recherche.
    La recherche est un processus d’investigation qui aboutie a la découverte de la causalité.
    Ça c’est une définition académique toute naturelle qui découle du bon sens.
    Il y a une autre définition plus simple et qui englobe tout le monde c’est
    La recherche est tout travail qui aboutira à une publication académique.
    On peut la rendre plus vaste en la formulant ainsi
    La recherche est tout travail partiel ou totale qui aboutit a une publication académique.
    Dans la troisième définition l’éditeur peut publier un fragment d’une recherche qui s’étale sur plusieurs années. Dans la deuxième définition, l’éditeur exige le travail final.
    Maintenant revenant a la recherche en médecine. D’après la première définition le médecin est un chercheur par principe car il fait de l’investigation quotidienne. En cherchant l’origine de la maladie ou du problème c’est en somme un travail de recherche par excellence.
    Dans le deuxième cas, un médecin est tenue de faire des rapports a la tutelle surtout dans le secteur de l’épidémiologie. Ce rapport peut être modifié en publication académique. .
    Donc chaque service en médecine peut redevenir un laboratoire un laboratoire de recherche il suffit de modifier le rapport en article publiable selon la troisième définition.
    Normalement ce sont les médecins spécialistes qui doivent débattre de leurs secteurs, moi je suis dans un autre domaine, tout proche mais différent. On n’a pas les mêmes objectifs. J’espère que notre collègue LeBelAbesien soit réconforté et qu’il a pleinement le droit d’exiger un laboratoire de recherche et avoir le statut de chercheur..
    Salutation
    exemple dans ce centre les informations sont transmis sous forme d’un rapport pas publier sous forme d’article..!!!!!!
    http://www.centre-paul-strauss.fr/les-equipes/epidemiologie-et-biostatistique

  8. moh22

    bonjour ,
    BELABBES est un pole de graduation par excellence pour les BARANIA a cause des chiata , c normal que toute est bon a belabbes monsieur le ministre vient pour une mission bien particulière ( continue la graduation d’un EPH A UN CHU A UN DSP ) en espace de 8 mois au détriment du pauvre malade belabbesien qui continue a se soigné a ORAN et TLEMCEN pour des soins banals (implanté un pacemaker , radiothérapie , chirurgie vasculaire , chirurgie maxillaire …….)
    – EPH DE RASELMA est un rêve pour la population de la région depuis plusieurs années (atout politique de la région )
    – CAC DE BELABBES EN ARRET a cause shab chkara
    – EPH A TABIA DE 60 LIT a 15 Km du CHU , ou est l intérêt
    – un bloc de cardiologie interventionnel pris en otage et que les responsable ne cesse pas de mettre les battons dans les roues pour qu il ne se concrétise pas
    j’ai beaucoup de chose a dire mais … a qui tu parle
    citoyen belabbesien qui aime sa ville

  9. LeBelAbesien

    Bonjour,

    Rassurez-vous, beaucoup de lecteurs lisent pratiquement tous les quotidiens et lisent entre les lignes. Chaque lecteur lira principalement le journal spécifique à sa région. Et personnellement, comme je suis natif de Bel-Abbes je lis beaucoup BAI sans oublier de jeter un coup d’œil sur Les échos de Sidi Bel-Abbes et La voix de Sidi Bel-Abbes et pour vous dire je participe et je commente certains articles lorsque j’ai de la disponibilité.

    Cela, c’est juste comme introduction mais ce qui me tient à cœur c’est ce semblant d’ignorance d’un ministre qui a en charge la responsabilité sur la santé d’une population de toute une Wilaya. Avant de discuter de recherche en génétique, en biologie, en microbiologie et les autres domaines qui ne sont pas encore une compétence acquise par nos professionnels, n’est-il pas sage de dire plutôt maitriser les choses de base LE BON SERVICE AUX PATIENTS, LA BONNE POLITESSE AUX USAGERS DE NOS ORGANISMES SANITAIRES.

    S’il y a vraiment des concitoyens qui lisent entre les lignes, il n y a pas longtemps et je crois que c’était juste la semaine passée, un Monsieur en détresse a lancé un message à qui veut l’entendre et sur BAI, Messieurs et je crois que cela est passé inaperçu. Le Monsieur a été pratiquement agressé par une femme chirurgien pédiatre, par la suite, ce chirurgien a agressé la femme du Monsieur. Donc Messieurs, pour arriver à la recherche, il faut juste avoir une bonne organisation de nos hôpitaux. LA RECHERCHE, IL Y EN A DES PERSONNALITÉS TRÈS COMPÉTENTE QUI S’EN OCCUPENT EN OUTRE MER. C’est exactement dire, qu’il n’a pas plu chez nous, mais l’essentiel qu’il pleuvra au pays de l’oncle SAM. Donc, je crois qu’il faut laisser les compétences de l’oncle SAM faire la recherche dans ces domaines car ceux -là sont leurs domaines.

    Messieurs, j’ai envie de dégueuler ‘HACHAKOUM’ quand je lis entre les lignes du présent article que nous sommes en train de commenter que le ministre (avec un ‘m’ minuscule) a dit qu’il a été approché par des citoyens pour lui rapporter que tout va bien à l’hôpital AEK HASSANI, alors qu’il y a pratiquement une ou deux années, le plafond du bloc opératoire est tombé sur la tête de l’équipe médicale et du patient en pleine opération de chirurgie.

    Un pays, où les deux institutions LA SANTÉ et LA JUSTICE manque de compétence c’est un pays qui est à refaire et à rebâtir de fond en comble.

    Bonne soirée ou bonjour!

    • karim

      En dehors des règles de la régle, cité en dessous dans le cas ou il faudrais parler de recherches si on la relis a la medecine fondamentale. C’est vrai nous sommes pas a ce niveau, mais coté politique de la chose je vois que nos collégues medecins sont désavantagés finacierement par rapport aux autres. Pourquoi donner un budget de recherche pour l’ecologie la chimie la physique etc et ne pas accordé le meme avantage pour nos confreres. Tout le monde sait qu’il n ya pas de recherches disant ”prioritaires” et tout le monde sait et ce n’est un secret pour personne ”la recherche” est un alibis pour faire un peu d’argent en plus s’acheter une nouvelle voiture etc..dans le cas politique de la choses tout le monde a droit d’ouvrire un labos et profiter de la manne…
      Maintenant si vous voulez parler du coté fondamentale de la chose c’est a dire poser la question ”est ce que nous sommes dans une étapes de développement pour faire de la recherche? Non et mille non bien sure..
      Tant que nous restons dans le coté politique de la choses faisant le en totalité et Pour tout le monde. Ils sortent le titre de prof pour ouvrir un labo? C’est faux la fac centrale avec son conseille scientifique délivraient des dérogations pour les amis Cette dérogation est appelé politiquement ”abilitation”..
      Si vous vous voulez qu’on discute sur la vrai medecine et science en dehors des cercles politique faisant le …chiche
      Salutation

  10. Lamine

    Dr D Reffas, j ai lu votre article et je crois que vous avez très bien résumé sur la question de la santé.

    J aimerais vous poser deux questions.

    Combien de belabbesiens lisent bel– abbes info?

    Combien parmi ces lecteurs peuvent lire entre les lignes?

    • Dr D. Reffas

      Bonjour si Lamine

      Vous avez lu mon commentaire, car l’article ayant trait à la visite de monsieur le ministre ne m’appartiens pas(heureusement). Monsieur Lamine, les réseaux sociaux ont révolutionné le domaine de l’information. Il suffit simplement de faire le tri judicieux. Quant à BAI, il reste un journal électronique qui est bien classé à l’échelle nationale.Et pourtant, il est géré que par des bénévoles. Je pense que vous vous êtes rendu compte du niveau appréciable des contributions signées par Benalal, Mekideche, Al Mecharfi, et la chronique du jeudi de C. Djilali sans oublier l’apport amical sur l’histoire du foot-ball de notre région de notre aîné et respecté monsieur Belaid Lacarne. En dehors des contributions, il est à noter le niveau élevé du débat à travers les commentaires dans le strict respect de l’intégrité intellectuelle.Peu de commentaires, mais beaucoup d’enseignements.
      J’ai commenté une réunion de travail où j’étais invité (miraculeusement) en tant que représentant d’une institution ordinale. Les responsables savent lire entre les lignes, parce que tout ce qu’ils font est flou.

  11. Incorruptible

    “Des entraves à l’information” mais pourquoi vous avez couvert l’événement ?
    A votre place, j’aurai écrit seulement ce paragraphe…

  12. y.bouterfas

    Pour parler de recherche dans le domaine médical, il faut tout d’abords parler de médecin fondamentaliste ou médecine fondamentale. Justement on a discuté sur la recherche en biochimie médicale dans les années 88, mais les laboratoires de biochimie à l’époque, était trop chargé dans le diagnostique. Les professionnels des laboratoires n’avaient pas, une seul minute en plus a consacrer à la recherche, surtout que les automates programmables n’étaient pas encore connus
    En médecine fondamentale, si on veut aborder l’être humain comme étant un ‘’objet d’investigation’’ il faut obligatoirement créer un laboratoire de Génétique humaine, avec un laboratoire de Physiologie qui chapeaute tous les domaines de recherches. Je pense qu’en Algérie, les hôpitaux peuvent aborder tous les domaines de recherche sous le chapitre ‘’l’investigation’’s’ils sont parrainés par l’Institut Pasteur.
    Donc avant de créer des laboratoires de recherches en médecine, il faut commencer par créer une antenne de l’Institut Pasteur ici à bel abbes. Qui renferme les Départements de Physiologie de Génétique et de la Microbiologie. Sans cela je ne vois pas une issue raisonnable.

    Sidi bel abbes est en mesure de créer cette année même, une antenne de l’Institut Pasteur sous le patronage du laboratoire de biochimie et de microbiologie. Au niveau de la faculté de Biologie, il ya en ce moment beaucoup d’espace qui peuvent abriter le futur Institut Pasteur bel abbes, en attendant qu’on lui réalise son propre centre et opérer son déménagement.
    SALUTATION

  13. said91

    Feu le Général de Gaulle en son temps a dit : “des chercheurs j’en trouve, mais des Trouveurs j’en cherche…”

  14. Dr D. Reffas

    Bonjour.

    Monsieur le ministre de la santé et de la réforme hospitalière, lors de son allocution devant les “cadres” de la santé de la wilaya de Sidi Bel Abbès, il était satisfait de l’état de “santé” du secteur de la santé au niveau de notre wilaya. Il ne cessait de répeter qu’il a été accosté par “des citoyens” au niveau du CHU pour lui dire qu’is sont bien pris en charge. Tout au long de son discours, il ne cessait de revenir sur les personnes qui l’ont approchées. Il ne cachait pas son étonnement imbibé de “satisfaction”Monsieur le ministre au cours de sa visite qui a pris peur-être vingt minutes pour chaque halte a conclu de facto que la situation était reluisante dans notre wilaya. Il a rappelé que l’année 2015 sera réservée pour l’hygiène au niveau des établissements de santé. Cerise sur le gâteau, il a exhorté l’ex directrice du CHU qui vient de nommer à la tête du département de la santé de la wilaya, d’ouvrir des laboratoires de recherche au niveau des structures, sans préciser les domaines ciblés. C’est bien, c’est une bonne initiative, il ne manquait que la recherche. El hamdoulilah. Il a levé la séance sous les applaudissements de ses subordonnées. Et la “vie” continue pour le citoyen.

    • le cygne

      Salam Mr Reffas…!!! Alors, il paraît que tout baigne dans le sérum côté santé à SBA, puisque Mr le ministre a été “accosté par des citoyens ” au niveau de CHU…??? Sûrement, il n’a pas rencontré les familles des victimes des erreurs médicales, de la médiocrité , de l’incompétence, du laisser-aller, de la panne des appareils et des pénuries de médicaments (détournées à d’autres fins) au niveau des différents établissements de santé….!!!

      La situation était reluisante…??? Oui sûrement, il n’a pas vu les déchets toxiques et radioactifs rejetés en pleine nature sans traitement au préalable….!!!! Ni la cuisine et la qualité de la nourriture présentée aux malades….!!! Ni l’état des sanitaires…!!! Ni le personnel paramédical qui dort la nuit ou fait la fête pendant que les malades souffrent et appellent à l’aide…!!! ni, ni, ni ………!!!! Ô combien de Ni….!!!

      Quant à la recherche, c’est une autre histoire, espérant que tout cela va aboutir, il y a un début à tout…!!! RDV à la prochaine visite…..!!!!

      Mes amitiés

      • karim

        Mr boulte
        Coté recherche dans le sens investigation épidémiologique ou tous les services
        De specialité se transforment en laboratoire d’épidémiologies afin de benficier du budget recherche. Regardez l’exemple qu’avait fournis MR Bouterfas, en france le cenfre strauss c’est transformé en centre d’epidémiologie malgré qu’il travaille en cancerologie qui n’est pas encore du domaine d’une épidémie bien que chez le cancer du sein a prie ces derniére une allure statistique d’une épedemie. Vaux meiux lire et analysé ce centre strauss pour voir comment le ministére peine a lui trouver des ressoirces financiéres alors qu’il fallait tout simplement transformer les rapports semestriel d’activité en article scientifique pour que le centre se transforme en laboratoire de recherche. A moins qu’il ya des dessous que le site ne cite pas sur sa page d’accueil…
        Mr Bouterfas fait allusion a l’epedimiologie en reference sur la secheresse qui semble s’installer durablement vers l’ouest d’algerie. Le manque d’eau c’est le manque d’hygienne, avec de forte chaleur annuelle il y aura un double phénoméne multiplication et invasion..
        L’instalation d’une antenne Institut Pasteur qui chapote tous les service est urgente…je laisse les specialiste en medecine developpé leur avis et idée..et un peu de phylo fait vachement bien a tout le monde..car le discours du syndicalisme est toujours present et qui consiste a tirer tout le temps pour se maintenir….on doit se détacher de ce discours, a moins que celui qui le produit se démarque comme syndicaliste, y’aucun probléme c’est son travail..laissez nous affronter les épedemies svp..merci c’est gentil
        Salutation

      • Dr D. Reffas

        Bonjour madame le Cygne

        Plaisir de vous lire. En ce qui concerne monsieur le ministre de la santé, je considère son discours comme du mépris à l’égard de la population de Sidi Bel Abbès, surtout lorsqu’il a évoqué l’ouverture de laboratoires de recherche au niveau des structures qui n’arrivent même pas à gérer convenablement les déchets biomédicaux.Quant aux personnes qui l’ont accosté, c’est un scénario qui ressemble aux élections avec le bourrage des urnes.
        Mes amitiés

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00