Le temps passent et les habitudes récidivent. Ben Bella a marqué son époque  par les descentes inopinées dans les hammams, les cafés maures et chez les cireurs de chaussures. Plus près Zitouni – le Ministre à la canne – aimer faire des visites inopinées où il privilégiait son ego sur l’honneur des autres en les sermonnant en direct à la télévision, et souvent en mettant fin à leurs fonctions. Guidoum l’ a fait aussi. Localement, l’ex-wali, Y. Fehim l’a fait à l’hôpital où il fut rabroué par une infirmière de garde. La suite, les résultats?  Rien!

Comme les habitudes sont tenaces et les personnalités différentes, on vient d’apprendre que le Wali de Sidi-Bel-Abbès a effectué une visite inopinée hier après-midi (le 7/04) au service de l’état civil de la mairie du Chef-lieu.

Le Wali a été choqué par l’anarchie qui y régnait. Le Secrétaire Général – probablement le seul responsable à son poste en ce moment –  accourt. Mal lui en prit, car il fut tancé par les décisions prises par le “Gouverneur” et qui se résument à:

– Enlever les vitres qui séparent les citoyens des agents,

– Humaniser les lieux et notamment la salle d’attente en procédant au changement des sièges dont la forme rappelle les parloirs de prison.

Au-delà de la nécessité ou pas de pareilles démarches  qui – à notre avis ne sont destinées qu’à la consommation grand public et à soigner son image de marque par le biais  de méthodes plutôt démagogiques et populistes – le Wali a commis deux erreurs de casting au niveau de l’horaire et du lieu.

En effet, la visite aurait du avoir lieu la matinée temps de grande affluence. Là, le Wali aurait certainement été plus choqué dans le traitement réservé à ces administrés par ses employés;

Par ailleurs, le Wali aurait pu s’enquérir en allant juste un peu plus bas, de l’état dans lequel se trouvent les registres d’état-civil. Il aurait pu tout aussi constater les effets de l’arnaque du siècle dans l’informatisation de ce service et dont BAI n’a cessé de dénoncer, en vain.

Il pourrait peut-être aussi élucider le mystère d’une certaine “madame Dalila” qui ferait la pluie et le beau temps au sein de l’APC. Cette dame dont toute la ville en parle demeure une énigme de par les pouvoirs qu’elle détient!….. On y reviendra.

Enfin, le Wali  devrait plutôt – s’il privilégie ce mode de gouvernance – se rendre au parc de l’APC situé sur la route de Tenira. Si le Wali de Mascara qui a fait pareil “chez lui” a piqué une colère  noire, son confrère de Sidi-Bel-Abbès, se tirera les cheveux, en constatant le cimetière des véhicules désossés et dont les pièces sont revendues……