L’ÉMERSION DE LA SOCIALITÉ DANS LA CITÉ

“Le consentement des hommes réunis en société est le fondement du pouvoir. Celui qui ne s’est établi que par la force ne peut subsister que par la force.”
Denis Diderot

Devant les circonstances du cadre socio-économique et environnemental de la cité , la ville se jauge par la santé (tempérament-prospérité-équilibre-forces-complexion..) De l’école, de la famille, des groupes professionnels, de la politique, de l’administration, des moyens de communication de masse, de la mosquée, qui agissent à l’échelle de la cité. À cet effet, pour mesurer, quantifier, analyser, justifier et expliquer les habitudes et les conduites collectives, l’opinion, et les processus de socialisation de la cité et leur transformation à commencer par la relation inter- personnelle à travers l’espace géographique et le temps.

Ce phénomène social se base en général sur la relation entre deux ou plusieurs personnes qui se manifestent par diverses actions : de disputes, de ventes, d’achats, de mariages, de conversations, de diverses sortes de jeux de divertissements, de circulation …. . C’est ce que l’on ’appellent « des faits sociaux » qui font partie de la vie et de la socialité de la cité en générale.

Ces faits sociaux sont régis par des règles qui corrèlent les diverses relations (socialité) et commandent l’organisation de la société d’une cité donnée. Cette organisation secondée par des institutions républicaines à assurer un ordre social par le biais du respect strict de règles codifiées contenues dans le : – code de commerce- code pénal- code électoral- code de l’information- code civil- code de la route- code de l’urbanisme –code de l’environnement, code de la famille- code de la douane- code des investissements- code des marchés- code de la commune …….

Cependant, lorsque ces relations ou plus exactement rapports sociaux présentent un caractère de permanence et d’habitude sinon de coutume, elles sont agencées selon une structure c’est-à-dire des groupes se constituent et les relations se cristallisent (associations-organisations-structures nouvelles…..)-. Ces interactions se forment selon des normes de conduites que l’on appelle des comportements sociétales. La façon de se comporter est une action d’agir et de parler d’une certaine façon c’est-à-dire adopter ou accepter sinon les deux à la fois.

La société dans une cité donnée en générale impose des modèles de conduite auxquelles on se conforme, se sont les « habitudes collectives » c’est-à-dire des idées que l’on se fait et on se fixe collectivement, l’individu porte la marque de son environnement social, la famille lui impose selon ses moyens un mode de vie, des habitudes, des traditions et un niveau de vie. C’est tout un processus de recomposition de la société, prenant une forme par des mouvements de transformations sociales ou l’autorité, l’éducation, la communication, l’art produisent une nouvelle conscience sociale qu’elle soit positive ou négative.
La recherche de nouvelles valeurs telles les valeurs hédonistes ( recherche du plaisir), les valeurs qui affichent les nouvelles altérités( marquer les différences), et les virtualités amenées par la T.I.C (technologie de l’information et de la communication) s’imposent devant la négation, l’incompétence et le laxisme de l’autorité de la cité. L’absence de dialogue social, du savoir, de l’art, de la culture et de la pensée qui force la société contenue dans la cité sous diverses contraintes à un nouveau modèle sociétal négatif auquel il s’adaptera ( habitudes collectives) ce que nous constatons dans nos villes ou la corruption, le non droit , la saleté , le mensonge, le laxisme, « el hogra » ,le passe-droit, le clientélisme, la médiocrité, « el kafza t’rabah ! », les nuisances, le mal….. .

La cité devient à force de circonstances nouvelles négatives et irrégulières ou des dépassements se font ressentir au niveau de toutes les normes régissant les relations contenues dans les dispositions des codes su-cités sans aucune manifestation de remise à l’ordre par sanctions interposées. L’école, la famille, les groupes professionnelles, les associations, les organisations, les partis politiques, l’administration locale et tous les moyens de communication de masse ont cessé d’avoir une relation directe avec la vie du quartier préférant plus le virtuel( réseaux sociaux) et de la cité .Les conduites sociales sont devenues individualistes à l’extrême, il n’existe pas d’opinion public, le processus de dissociation qui se produit entre les différentes générations qui est incapable de participer soit à la vie du groupe de la première génération soit à la seconde. La formation de bandes( El M’Harga( baltajya)) , de désordre et des conduites sociales considérées comme délinquante par la communauté, la désintégration de la communauté va de paire avec la formation de bande et la progression de la délinquance .

cet état de fait social provoque manifestement ce que R. Descartes appelle le « cogito » un raisonnement philosophique par lequel «R. Descartes » déduit l’être et l’existence à partir de la pensée du lambda : « je pense, donc je suis »).Ce dont « je suis » avant même de penser, c’est bien notre habitude sociale qui existe au niveau des nos cités. Le « je suis »du lambda emporte le mauvais usage de la raison (ne dit-on pas que chaque citadin algérien a son propre Etat dans sa tête !) et rend les choses de la cité anormales c’est-à-dire on devient incapable pour diverses raisons d’ordonner les choses de la cité selon des règles sociales bien établies.
Le désordre dans une cité est un phénomène humain temporaire, c’est aussi un dysfonctionnement de la raison sociale que les algériens trouvent que c’est tout à fait normal on le dit souvent que « c’est normal » .
La raison ordonne méthodiquement les choses pour quelle deviennent normale au sens juste du mot en Algérie l’irraisonnable est devenu « normal ».
Par ailleurs, Il est donc question de méthode de travail pour résoudre les confusions, les erreurs, les anomalies, les incohérences et les irrégularités constatées dans la vie sociétale. Ceci nous amène à la nature de la raison dont le rôle (autorité-société civile-politique..) est de leur donner un arrangement pour rendre à la cité sa « propre identité » et sa « propre entité » sans aucune confusion ; c’est une évidence qui devient mesurable et calculable permettant de sanctionner tout écart positif ( formel) par le mérite (valeurs morales-sens du devoir…) et négative( informelle) par une punition selon des normes préétablies dans les dispositions des codes précités ; en quelque sorte chasser le mal sociétal pour établir le bien être .
La cité devrait être encadrée par des statuts fonctionnels et des contrats opérationnels dont le suivit soit juteux et permanents pour que la société vivant dans la cité se consolide en communauté et la solidarité mécanique surpasse la solidarité organique pour enfin lutter contre la désorganisation sociale.
Pour une illustration sommaire ,La cité Benisafienne présente comme toutes les autres cités algériennes un constat écœurant à force de situations arbitraires ou la maffia urbaine naissante fait sa propre loi de spoliation des lieux publics ( trottoirs-kiosques et tablettes p/commerce illicites-….) , de violation flagrante de lois urbanistiques (constructions illicites et illégales ,aménagements de façades au gré du vent … ), circulation et stationnement anarchique( violation du plan de circulation), grande délinquance par la constitution de réseaux divers( prostitution-trafic de drogue- et de psychotrope….),utilisation de la voie routière pour les activités commerciales…..
Cette désorganisation de la cité faite par la société de façon destructive empêchant toute instauration d’état ou la vie publique ajouter un travail communal mal fait , un immobilier et mobilier public mal entretenus montre que l’incompétence , la médiocrité font le paysage des décideurs de la cité et nous amène forcement vers un calvaire indéfinissable.
La paix sociale s’instaure en principe en collaboration avec la société civile qui s’harmonise au rythme de la réglementation avec le pouvoir politique et agissent ensemble efficacement dans le cadre bien défini du contrat social pour mieux harmoniser la société et chasser le mal par le bien et non par le laisser faire !
La négation de tous ces actes précités entraine un climat bizarre ou l’anormal est devenu « normal » pour le lambda algérien qui a bien appris la théorie de « machiavel » qui dit : « il ne suffit pas d’être fort comme un lion mais rusée comme le renard » et on voit que la cité est envahis par des renards.
BENALLAL MOHAMED


le 11 juillet 2016


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
11 juillet 2016

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00