Les balises de l’affront et la discorde

DSCF1292Le trottoir n’a pas cessé de nous épater chaque jour d’avantage. Les labos sociétaux éparpillés partout où le laxisme bat son plein, le génie peut sortir de nul part sans suivre forcement des études ou des formations. La nécessité et l’impunité en se croisant, résonnent étonnamment dans l’étrange assonance. L’anarchie est primée sur la raison ouvrant grande la porte aux dégringolades sans limites.

Ainsi, après l’informel, le trottoir devient squatté par des concepts qui se concrétisent dans le berceau du vide et l’absence de l’autorité publique pour rivaliser toute honte bue le civisme et plus tard éliminer la règle conciliatrice du droit et respect mutuel pour enfin adopter comme logique l’indécence. L’exemple vers la dérive même aboli dans l’absurde résignation, timidement chuchoté dans le ras-le-bol des plus audacieux n’est pas courageusement contrecarré par la fermeté qui symbolise le respect des propriétés de l’état et des libertés citoyennes.

Il n’est pas permis d’être abondamment narcissique ni délibérément anarchique au point de se prendre le centre des priorités et ne voir que soi et ses siens dans une fange inextricable vantée étrangement de démocratie……….. Dans l’abus, il y’a le trop, dans lequel sévissent des comportements qui pestent toutes sortes de stupidités suffocantes.

Les trottoirs et tout l’extérieur de chaque cité deviennent une proie d’un terreau fertile à des agissements néfastes produit de l’extrême impunité du dogme apprivoisé du ‘‘je m’en foutisme jargonné en Takhti Rassi Wat Fout ’’, d’un sens un peu plus ironiquement indigène pour transmettre le foutu message pour que cesse l’imbécilité de se pencher en logique dans nos mœurs.

L’existence ainsi devient complexe et lourde à supporter d’un fardeau exégèse, l’anarchie aura fait son plein emphatique en libertinage, ou chacun croit posséder la raison quand la rigueur de la vraie raison qui préserve les droits n’est pas branchée, ne s’implique pas ou opte tout bonnement pour une absence indescriptible.

Pour stationner sa voiture, le citoyen a d’abord besoin d’un espace. Le parc automobile, l’absence totale de parking et l’incapacité de planification résolvante conjugués à l’esquive de l’autorité publique d’épouser l’évolution progressive du parc automobile poussent ce citoyen à l’affront à entreprendre ses propres mesures. Sans seul souci devient de trouver une solution à son problème en constante évolution asymétrique. Malheureusement il ne sera pas le seul à raisonner de la sorte. Ainsi, on aura plusieurs raisonnements individuels qui en produiront une sincère mésentente citoyenne.

Chacun mettra son idée en exécution qui ne serait pas acceptée par l’autre. Ceux qui confectionnent des balises avec des gentes et les font joindre avec une chaine pour marquer la place, d’autre creusent et plantent sans crainte des balises pour qu’elles ne soient ni volées ni délogées, pendant que d’autre optent pour les querelles quotidiennes ne trouvant aucun gène à brandir des couteaux, des haches et même de longues épées pour défendre leurs places. Ainsi, l’espace public devient privé, ou, chacun en fait à sa guise et selon ses nécessités. Le gardien des lieux décore ce désordre en pratiquant sa règle ‘’ l’argent ou le gourdin’’. Les menaces sont alors sincères et peuvent surgir de nulle part. Pour cela il faut être constamment aux aguets de crainte d’être surpris par un coup fatal suite à une altercation qui vous épie à chaque manœuvre de stationnement.

De véritables arènes sont transformées ces parking chaque jour qu’un imprévu surgit. Les rues et les différentes citées de la ville notamment la cité EL FOURSSEN ou, l’on assiste chaque jour à de sérieuses altercations impliquant parfois des familles complètes armées comme des gladiateurs, leur bruit fait échos jusqu’aux éléments de la police de la 5éme sureté urbaine de Sidi Djillali qui interviennent et font dispersé difficilement les foules. Seulement ces disputes deviennent quotidienne et source d’une haine qui se propage entre les voisins et ceux qui n’ont plus ou stationné. Le parc automobile prend une ampleur sauvage. L’importation des véhicules semble n’être freinée par aucune mesure entreprise par l’état. Le crédit véhicule qu’on croyait seul souci et ultime solution de stopper cette fusion résume l’impuissance des autorités à s’adapter aux exigences qu’impose le développement en général.

Djillali Toumi


le 08 janvier 2014


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
08 janvier 2014

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00