Ce matin , les travailleurs  du complexe électronique de Sidi Bel-Abbes ENIE  ont été à un doigt de déclencher une grève générale dictée par la situation sociale qu’ils endurent au sein du complexe si ce n’est l’intervention énergétique des agents de sécurité interne. L’absence du DG et autres représentants, qui dit-on, sont à l’étranger n’a pas permis de calmer le mouvement. Cependant une récidive n’est pas à écarter dans les prochains jours en vue de satisfaire toute une  plateforme de revendications qui a été préparée par une dizaine de travailleurs. Ces derniers mettent  à l’index, la gestion catastrophique de leur représentant actuel voilà presque une décennie où clientélisme et piston se confondent avec la médiocrité.D’autant plus que le mandat de ce s représentants a tiré à sa fin depuis bellurette.En effet, ils dénoncent leur manque de représentativité associé un laxisme envers la direction générale et le Holding d’Alger.Nos interlocuteurs ajoutent que malgré l’effacement globale de la dette de l’entreprise, la réduction drastique des travailleurs à moins d’un millier et des ventes importantes annoncées d’ailleurs par la direction générale elle-même,aucune promesse quant à l’augmentation ou revalorisation des postes  n’a été tenue.Des 7000 travailleurs , il n’en reste que 700 environ et des vacataires de plus quatre ans de travail sans discontinuité qui n’ont jamais été permanisés en dépit de la teneur de la loi qui interdit tout dépassement  en ce sens.L’inspection de travail compétente est aussi évoquée et qui laisse faire dit-on.

Comments are closed.