Meslem Seddik dit Mahi : Le conteur des temps modernes

Portrait  d’un conteur :

Meslem Seddik dit Mahi  Le conteur des temps modernes

âgé de 52 ans , Meslem Seddik dit Mahi, originaire de la région de Sidi Bel-Abbes, demeure l’un des gouals les plus appréciés à l’échelle nationale . Entre l’affection et la colère, l’enfance et l’adolescence sur les bords de la Mekkera ,et au pied des monts de Tessala , le mènent sur les planches du théâtre avant de se retrouver sur le chemin dans anciens troubadours à rapporter les contes et légende de sa terre natale et des peuples du monde.

Meslem, considéré par certains comme le dernier goual de la tribu des beni ameur , a déjà traduit deux comptes de Daniel Leduc « pierre de lune »illustration Edition Lekton, conte des 4 vents et l’homme qui regardait la nuit, la légende des mondes , aujourd’hui comme hier

Son début de carrière remonte à 1975 avec la troupe des 4 saisons jusqu’au début de l’année 1980, où il rejoint la troupe algéroise Debza, pour devenir ensuite animateur du ciné-club de la ville de Sidi Bel-Abbes

Mahi qui a été également assistant réalisateur de la pièce théâtrale de L’épopée d prisonnier 7046, et du film documentaire de 52 m n « Femme Taxi à Sidi Bel-Abbes, a effectué plusieurs tournées en Algérie, présentant entre autre Machaho de Mouloud Mameri, Machahou tellem chahou, le petit poisson d’or , tapis magique, ainsi que les contes de mekkera ou les contes de ma mère

Notre personnage a également travaillé   sur une nouvelle œuvre, »Si j’étais à Ghaza » inspiré d’un conte du patrimoine populaire palestinien, reflète l’histoire de deux colombes dont une portait du henné à la patte. Cette dernière a-t-il ajouté s’est déplumée suite aux forts vents, et qu’heureusement elle a été sauvé par un pêcheur qui décida de l’épouser, et voilà que ce volatile se transforme en une charmante femme.

Ce personnage qui a sillonné plusieurs pays,  enfonce le public dans un voyage plein de légende et de mystère. Il se déplace, de ville en ville et de village en village. Il transporte avec lui des mythes et légendes venues d’ailleurs. Il transmet la mémoire à travers les histoires qu’il met en scène et interprète lui-même.

Mahi, qui gagne son pain, par ces tournées à l’échelle nationale, est l’auteur de plusieurs ouvrages entre autre la pièce de lune (novembre 2005), l’homme qui regardait la nuit de 52 page (Avril 2007), l’édition bilingue ,le miroir de l’eau (septembre 2007) .

Ce personnage qui arpente le pays en contant des histoires, s’est associé a-t-il dit avec le conteur français  Daniel Leduc.  Mahi a participé à de multiples rencontres et festivals, à Oran, Tizi Ouzou, des tournées dans les écoles, ……..

Ses paroles sont pleines de sagesse. Son art est narratif, ancêtre de ce que nous appelons aujourd’hui le conte. Il interprète tout seul, tous les personnages nombreux et changeants de son récit. « Le goual possède un vaste répertoire de contes populaires, de romances, de légendes et d’épopées. Il interprète les personnages les plus illustres comme les plus simples en fonction du lieu et de l’auditoire. » Tient-il à préciser

Mahi demeure cet être mystérieux et professionnel avec son  art de la narration et de l’exécution du récit  qui dépend parfois du lien qui se crée entre lui et son public. « Le goual a recours à diverses imitations, improvisations et plaisanteries. Et il intègre souvent de subtils commentaires d’actualité. Sa mission est éducative mais également divertissante. Il véhicule des valeurs et des idées. » A-t-il souligné

L’artiste qui s’inspire plus des écrits de  Mouloud Mameri , du poète Bachir Hadj, Abdelakder Alloula, a également traduit « vache des orphelins » de marguerite Tawes Amirouche . transformé en un conte intitulé Roumaida, note-t-on


meslem seddik conteur by meslem

14 septembre 2014

le 14 septembre 2014


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
14 septembre 2014

Les commentaires sont fermés

Nombre de Visites :

  • 1 160
  • 4 930