Panama Papers: Des responsables Africains à la “une” du New York Times

Dans un long papier publié hier, le 25 juillet, le Célèbre New York Times revient encore une fois pour révéler “des entrepreneurs et des fonctionnaires corrompus en Afrique ont eu recours à des sociétés fictives pour cacher les profits provenant de la vente des ressources naturelles et des pots de vin versés pour avoir accès, selon les dossiers divulgués par une société de cabinet de droit panaméen.”
“Le journal cite que “La liste des propriétaires des entreprises fictives comprend du seul Nigeria, trois ministres du pétrole, plusieurs cadres de la compagnie nationale de pétrole et deux anciens gouverneurs d’État qui ont été reconnus coupables de blanchiment d’argent mal acquis de l’industrie pétrolière, rapporte de nouveaux rapports citant le panama Papers sur l’Afrique . Les propriétaires de mines de diamants en Sierra Leone et des compagnies de safari au Kenya et au Zimbabwe ont également créé des sociétés fictives.”

“Certains actifs ayant été recyclés à travers les sociétés fictives ont servi à acheter des yachts, jets privés, des penthouses de Manhattan et maisons de luxe à Beverly Hills en Californie, signalent les documents du cabinet d’avocats.

“Les articles publiés lundi par le Consortium international des journalistes d’investigation, et des rapports publiés cette semaine par des organes de presse dans 17 pays africains, soulignent le rôle essentiel que les sociétés secrètes fictives ont pu jouer pour faciliter l’évasion fiscale, la corruption et d’autres crimes. En Afrique, la finance offshore sous-tend souvent l’exploitation des richesses minérales, avec les avantages de contourner l’état et concerne en grande partie les riches cadres et les fonctionnaires du gouvernement qu’ils paient.

Le document cite plus bas que “Plusieurs grandes personnalités examinées dans les nouveaux rapports du Panama Papers ont déjà été accusées d’actes répréhensibles et certains sont sous contrôle judiciaire ou ont été inculpés. Mais les détails de leur utilisation des sociétés fictives n’avaient pas été divulgués encore.”

“Le consortium a identifié 37 entreprises créées par le cabinet d’avocats qui ont été citées dans des actions judiciaires ou enquêtes gouvernementales, impliquant des ressources naturelles en Afrique. En tout cas , les dossiers de Mossack Fonseca ont révélé que les sociétés offshore créées pour posséder ou faire des affaires dans des transactions de pétrole, gaz naturel et des mines sont issues de 44 pays sur les 54 d’Afrique.

“Dans un important dossier de justice, Farid Bedjaoui, un neveu d’un ancien ministre algérien des Affaires étrangères, a été accusé par les procureurs italiens d’arranger 275 millions Dollars US en pots de vin pour aider Saipem, une société italienne de services pétroliers et gaziers, à décrocher des contrats de pipelines en Algérie d’une valeur de 10 milliards Dollars US . M. Bedjaoui, appelé «M. Trois pour cent » dans les rapports des médias d’information pour sa part présumée des gains, a nié les accusations.

“Le consortium des journalistes a constaté que Mossack Fonseca avait créé 12 des 17 sociétés fictives liées à M. Bedjaoui que les procureurs italiens étudient comme canaux possibles à des pots de vin de 2007 à 2010. L’une d’elles, Collingdale Consultants Inc., a été utilisée pour détourner ainsi plus de 15 millions Dollars US à des associés et à la famille de Chakib Khelil, ministre de l’énergie de l’Algérie 1999-2010, selon les charges.”

“M. Bedjaoui, qui est algérien et détenteur de la citoyenneté française et canadienne, est accusé de tisser une toile complexe pour cacher son argent, avec 16 comptes bancaires en Algérie, Dubaï, Hong Kong, le Liban, Londres, Singapour et la Suisse. Ses actifs ont été saisis au Canada et en France, où la police aurait saisi un yacht de 140 pieds et des peintures de Warhol, Miró et Dalí. Les responsables américains examinent trois propriétés de New York acheté par M. Bedjaoui, y compris un condominium de 28,5 millions Us dollars à la 5ème Avenue” indique les dossiers.

Bien que l’enquête sur M. Bedjaoui a d’abord fait les manchettes en Février 2013, les e-mails internes à Mossack Fonseca suggéraient que le cabinet d’avocats n’avait pas remarqué le problème que sept mois plus tard, alors qu’il menait une recherche sur Internet sur un autre client.

Pressé par les fonctionnaires dans les îles Vierges britanniques, où la plupart des sociétés fictives ont été enregistrées, Mossack Fonseca déclare qu’il était incapable de fournir des détails de contact pour les employés du cabinet d’avocats qui avaient servi à titre d’administrateurs nominaux pour certaines des entreprises visées par l’enquête.
Le directeur général du cabinet d’avocats aux îles Vierges britanniques a écrit dans un courriel interne que n’ayant pas “les informations de base sur les employés demeure totalement embarrassant,” et peut entraîner une amende.

Alors que Mossack Fonseca a signalé les activités de M. Bedjaoui aux autorités des îles Vierges britanniques en 2013, le cabinet d’avocats avait continué de travailler avec l’une de ses sociétés, Rayan Asset Management jusqu’à Novembre à 2015 au moins.
….
….
“Kola Aluko, un magnat du pétrole et de l’aviation et l’un des quatre prévenus accusés de participer à la fraude de 1,8 milliard Us Dollars tirés de la vente de pétrole au nigéria, était un autre usager des jet-set des services de Mossack Fonseca qui a été examiné par le consortium.

“Dans un autre volet, le consortium a trouvé 131 entreprises créées par Mossack Fonseca pour le compte du magnat minier israélien Benjamin Steinmetz et son groupe de holdings. (La société de portefeuille, BSG Resources, a déclaré au consortium des journalistes qu’elle n’avait «aucune familiarité» avec la plupart des entreprises.) Une société, Koidu Limited, de mines de diamants en Sierra Leone , est la cible de protestations et de plaintes de résidents locaux et défenseurs de l’environnement.”

“Plus surprenant, peut-être, est l’utilisation de sociétés fictives par les opérateurs de safari dans plusieurs pays africains – au moins 30 sociétés offshore mises en place par Mossack Fonseca, a relevé le consortium. Comme dans d’autres entreprises africaines, des opérations offshore permettent de dissimuler l’argent gagné dans les pays en développement, mais déménagé ailleurs loin des instances fiscales ou de l’état.”

Le consortium des journalistes a publié avec ses articles, un quiz en ligne pour tester les connaissances sur l’Afrique, ses ressources naturelles et la finance offshore.

Traduit A. Jabli


le 26 juillet 2016


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
26 juillet 2016

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00