Rachid Boudjedra :”Je ressens une sorte d’échec total” *

…..

Comment avez-vous vécu cette fameuse « caméra cachée » ? Comment qualifiez-vous ce qui vous est arrivé ?

C’est un acte terroriste. L’un des « animateurs » de cette chaîne m’a appelé pour m’inviter à une nouvelle émission littéraire prévue pour le ramadan. J’ai donné mon accord de principe, mais il m’a dit qu’il fallait faire l’émission le jour même. Or, j’avais d’autres obligations. Trois jours plus tard alors qu’on était, avec ma femme et un couple d’amis, dans un restaurant, j’ai recontacté l’animateur et lui ai dit qu’on pouvait se voir après ce déjeuner. Mais lui et son équipe sont venus à l’avance au restaurant, insistant pour me voir de suite. Par politesse, j’ai laissé mon plat et je les ai rencontrés. Ils voulaient me parler seul à seul, et quand mon ami a voulu me rejoindre, ils lui ont assez brutalement demandé de nous laisser seuls ! J’ai trouvé leur comportement un peu violent, mais j’ai pensé qu’ils étaient simplement mal éduqués, sans trop y prêter attention. Ensuite, les deux gars de la télé m’ont dit : « Tu viens avec nous pour tourner l’émission, et on va raccompagner ta femme chez elle. » J’ai accepté, bien que, lorsque j’ai vu comment la voiture qui emportait mon épouse démarrait en trombe comme dans les films d’action, j’ai commencé à m’inquiéter. J’ai relativisé en me disant que c’était juste une émission de télé.

Vous les avez suivis dans le hall d’un hôtel à Bab El Oued, El Kittani, dont une petite partie a été transformée en « studio » avec des caméras qui vous filmaient, dissimulées derrière un rideau…

Oui. Ils ont commencé à me poser des questions sur Ahlam Mostghanemi (autre figure de la littérature algérienne), sur son succès, ses records de ventes de livres. J’ai simplement répondu que c’est une amie et collègue écrivaine. Tout de suite après, deux « policiers » sont entrés dans le faux studio, en blouson sombre, avec de faux revolvers à la ceinture et des badges de policier. Et là, les intimidations ont commencé, les cris pour me demander de dire « Dieu est grand » (Allahou Akbar), de proclamer la profession de foi… En fait, au tout début, avant que les « policiers » n’arrivent, je croyais que les animateurs déconnaient avant de démarrer la véritable émission, mais après…

Après, j’ai eu vraiment peur. Je pensais que les faux policiers étaient en fait des terroristes, et qu’il s’agissait d’un guet-apens pour me tuer et tuer ma femme qu’ils avaient kidnappée. C’est pour cela que j’ai obéi et que j’ai répété tout ce qu’ils voulaient que je dise. Dans ma tête, je jouais ma vie ! Je me demandais juste quand est-ce qu’ils allaient m’égorger ou me tirer une balle dans la tête ! Je préférais cette seconde option. Et puis, au bout d’un moment, j’ai réagi en disant aux faux policiers: « Allons au commissariat ! » (Pendant ce temps, les « policiers » contrôlaient les papiers d’identité de l’écrivain, l’accusant d’« intelligence avec l’ennemi », lui demandant de prouver qu’il est musulman encore et encore, NDLR).

Qu’est ce que cet épisode horrible dit de l’état actuel de la société algérienne ? Cette violence banalisée, ces inquisitions ?

Cela reflète une grave dégradation de l’état moral de notre société, une déliquescence. Je pense que, même si la société est opposée à l’islamisme armé, elle est submergée par l’islamisme. L’islamisme est très vivace. En plus, quand on voit le chômage, les injustices sociales, il est évident que beaucoup de jeunes restent fascinés par l’islamisme, et parfois par le terrorisme islamiste. Je plains notre société, car elle vit dans la peur, dans l’échec. Mais quand je parle de détérioration, la situation est assez généralisée. On peut aussi évoquer le cas de l’Europe, de la France, avec une situation sociale de plus en plus difficile et le désagrément des villes, leur insalubrité. Et là, je voudrais rappeler les choix des politiciens occidentaux : ces guerres de Syrie et d’Irak, qu’ils ont eux-mêmes provoquées, ont contribué à encourager le terrorisme qui maintenant frappe partout, y compris en Europe. Il faut rappeler que l’issue du Printemps arabe a été de remplacer Ben Ali par son ancien ministre des Finances, et Moubarak par Al-Sissi ! Qu’ont gagné les centaines de jeunes morts en Tunisie ou en Égypte ? Je ne parle même pas de la Libye où c’est le chaos absolu !

Au début des années 2000, vous étiez plus optimiste quant à l’après-décennie noire des années 1990. Comment ressentez-vous le climat actuel ?

Je ressens une sorte d’échec total. Ce que j’ai dit à l’époque était de l’optimisme idiot. Je pensais sincèrement qu’on allait passer à autre chose après cette crise qui a duré quand même 18 ans. Il faut se rappeler surtout la manière avec laquelle on a imposé la réconciliation nationale à travers un processus d’amnistie des groupes armés en échange de reddition. On a tout pardonné aux terroristes ; on leur a tout donné ; on a libéré des gens condamnés à mort ; on a offert des milliards à leurs chefs, ces tueurs, etc.
….

Le frère du président Bouteflika, Saïd, qui est aussi son conseiller, est venu au sit-in de protestation pour vous dire que vous aviez subi une « ignominie ». Avez-vous été étonné de ce soutien ?

Oui, ça m’a surpris sur le moment, mais j’ai tout de suite accepté ce témoignage de solidarité. Pour moi, ce n’était pas le pouvoir qui est venu témoigner sa solidarité, mais l’État, l’État algérien. Ce même État qui m’a protégé contre les menaces des islamistes armés en me donnant un pistolet et en me logeant dans des appartements sécuritaires avec une garde ! De plus, Saïd est connu pour son engagement de gauche, car il avait des responsabilités dans le syndicat des professeurs de l’université de Bab Ezzouar (USTHB, une des plus grandes universités d’Algérie).

Finalement, la question centrale qui pose problème chez nous reste le vivre ensemble…

Oui, accepter l’Algérien athée, juif, bouddhiste… Mais on est encore loin de régler cette question. Il existe heureusement cette minorité, dans notre propre société, qui croit à cette valeur du vivre ensemble. Même chez certains islamistes éclairés qui sont contre la violence, contre l’exclusion. C’est important de le souligner.

*   LIRE L’ENTRETIEN DE RACHID BOUDJEDRA DANS SON INTÉGRALITÉ À SA SOURCE  : ICI


le 16 juin 2017


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
16 juin 2017

1 Commentaire pour “Rachid Boudjedra :”Je ressens une sorte d’échec total” *”

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00