Sidi Bel-Abbès et son université perdent un homme!

Toute mort est une perte, mais la mort de Mustapha Mechab est une tragédie.

Cet homme fut hors du commun. Un juste parmi les justes, a si bien dit l’autre grand homme qui le connais si bien, Monsieur Mohamed Mir.
Un fou amoureux de son pays qu’il voulait voir démocratique.
Un passionné de ses concitoyens qu’il voulait voir plus libres et plus heureux.
Un grand militant, profondément convaincu, qui ne se mettait jamais sous le feu de la rampe, car il ne cherchait jamais à se faire voir, car il n’attendait rien en retour, car il estimait qu’il avait tout, car il avait la sagesse et la foi en ce qu’il entreprend.
La vie de Mustapha Mechab fut une belle œuvre, une œuvre caritative, faite de dons (il donnait beaucoup) et de don de soi.

Il avait le choix: il aurait pu choisir, comme beaucoup de ses amis, moins qualifiés pourtant, d’embellir sa carrière, d’avoir les postes de responsabilité et les avantages qui les accompagnent, il lui aurait suffit d’être un peu soumis, un peu “pro” et un peu moins “anti. Mais il a fait le choix contraire, celui d’être l’ami des “petites gens”, “des sans-le-sous”, “des sans-dents” et “des sans-voix”, d’être leur “souffre-douleur” et leur “porte-joie”.

Quand il se mêlait à la foule, rien ne distinguait Mustapha Mechab, humble, naturel, sans fard. Sauf quand il criait plus fort que la foule la rage de la mal vie, ou quand on l’appelait Chikh, le seul Chikh parmi les chikhs à rester de bout en bout de la revendication, sans se fatiguer, sans fléchir, sans courber l’échine, jusqu’à ce que la maladie vienne et que la mort la sanctionne.

Beaucoup se rappelleront de ce mardi ou personne n’était venu au rendez-vous d’une marche estudiantine et où, lui, seul, comme un fou, avait pris sa pancarte et avait fait l’itinéraire classique de la fac centrale à la place Carnot, en scandant seul à la figure de ceux qui le filaient en catimini et qu’il reconnaissait: dawla madania.

Rien ne lui faisait peur quand il était convaincu de défendre une cause jute. Et il ne défendait que les causes justes. La première de ces causes était la défense des intérêts de ses collègues à l’université quand ceux-ci ne recevaient qu’un salaire de pitance. Il était l’épine qui collait à la gorge des responsables locaux. Il était craint. Mais il en a payé le prix quand un recteur zélé avait osé porter plainte contre lui pour entrave à la liberté de travail et pour profiter ensuite, quand il fut dégagé, des fruits de ses efforts conjugués avec ceux des ses amis du CNES historique dont il était l’un des fondateurs et certainement le dernier des mohicans.

La deuxième était son engagement à fond dans le hirak. Comme personne d’autre. Mieux que tous les marcheurs politicards d’Alger et d’ailleurs. Lui n’investissait pas, n’attendait rien, n’espérait jamais tirer des dividendes. Cette fois aussi, il en a payé le prix: il a subi des harcèlements, des poursuites et son lot de condamnations pénales.

Mustapha est mort avec ses galons reçus dans les champs de batailles qu’il n’a jamais fui, que ces batailles soient pédagogiques, sociales ou politiques. Il est parti avec ses titres d’honneur, son capital inépuisable d’amitié et d’amour et surtout avec la reconnaissance unanime de tous ceux qui l’ont connu et reconnu. Il est parti sans tache, fière, la tête haute, l’âme tranquille et immaculée. Il s’en est allé rejoindre les justes au paradis, sa place naturelle pour laquelle il a œuvré une vie durant et qu’il mérite tant. Mais, le connaissant, je crois qu’il aimerait bien passer de temps en temps de l’autre côté pour finir son œuvre et emmerder dans leur résidence perpétuelle Satan et ses suppôts qu’il a toujours combattu ici-bas.

On aurait tous souhaité que Mustapha vive plus longtemps, que sa mèche reste allumée, il est irremplaçable. Mais Dieu a décidé autrement et on ne peut que s’incliner devant sa volonté.

À Dieu si Mustapha, à Dieu grand homme, à mon frère, à Dieu l’ami.


le 08 septembre 2021


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
08 septembre 2021

2 Commentaires pour “Sidi Bel-Abbès et son université perdent un homme!”

  1. Azzedine A/W

    Ce vibrant et poignant témoignage envers le défunt dont on célèbre cette semaine Mme 40 jour de sa disparition a suscité la réaction suivante venue de très loin d’un compatriote, poussé à l’exil, qui lui aussi partageait le même rêve.

    Je viens de lire le témoignage rendu
    au défunt Mustapha Mechab. Le témoignage dans sa totalité dit tout le respect pour l’intransigeance de cet enseignant et citoyen qui a démontré le courage de ses convictions. Quelques lignes ont retenu mon attention et celles-ci ont valeur d’épitaphe:

    “Il est parti avec ses titres d’honneur, son capital inépuisable d’amitié et d’amour et surtout avec la reconnaissance unanime de tous ceux qui l’ont connu et reconnu. Il est parti sans tache, fière, la tête haute, l’âme tranquille…”

    On peut ne l’avoir jamais rencontré mais on le reconnaîtrait en lisant ces quelques lignes…Quand l’on sait que la mort est notre destin commun, comment ne pas concevoir l’existence comme le fit cet homme?

    On ne désespère pas que le pays qu’il a voulu pour tous ses enfants devienne réalité. Mais c’est avec beaucoup d’amertume que l’on voit tant de courage et de décence humaine partir sans avoir enfin pu voir ce pays. Elle aura été bien moindre cette amertume si le combat engageait un occupant venu d’ailleurs. Car tant d’infamie et de déni de liberté et progrès sont inconcevables.

    Puissent les siens et tous ceux qui l’ont connu et accompagné dans ses combats pour les humbles célébrer sa vie. Elle n’aura pas été vaine.

  2. Anonyme

    A Dieu le collègue, A Dieu le compagnon , A Dieu l’Ami;

    Combien fut triste cette après-midi du 8 septembre 2021 quand j’ai appris avec stupeur la nouvelle de ton décès.

    Tu as quitté ce monde, ici-bas, pour rejoindre l’Éternel. Repose toi , Toi le juste parmi les justes. Ta vie a été consacrée à l’éducation de notre jeunesse et à la défense des causes légitimes. Ta droiture, ton engagement permanent, ta disponibilité légendaire resteront à jamais gravées dans ma mémoire.
    Toi l’humble, Toi le serviable, Toi l’aimable, Toi le bienveillant, Toi l’ami de tous ; ton départ marquera une absence qui ne peut être comblée pour la communauté universitaire nationale.

    A Dieu le militant,Toi le modeste, tu es mort en grand homme.

    A Dieu nous sommes et à Dieu nous revenons

    Ton Ami Nouré

Répondre

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
15h20 - 16h25 ()
15h50 - 17h01 (*)
17h10 - 18h21 ()
17h00 - 18h22 (+)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
05h40 - 06h58
06h58 - 08h18
09h20 - 10h22
10h34 - 11h42
12h06 - 13h10
ORAN ALGER
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07 (*)
12h30 - 17h54 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
08h00 13h15(*)
10h00 - 14h09
12h30 - 17h54
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
TLEMCEN- GHAZOUET
GHAZOUET- TLEMCEN
ORAN - TÉMOUCHENT
TÉMOUCHENT - ORAN
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
08h00 10h19
10h00 12h00
12h30 14h53
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
06h50 09h15
10h44 13h15
12h13 14h09
15h12 17h54
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia

Nombre de Visites :

  • 5 512
  • 6 189