Alors que le terrain était occupé par les restes des fêtes de l’élection présidentielle, de la Coupe d’Algérie et de la désignation du nouveau Gouvernement de SELLAL, aux confins du Sud, se passaient des évènements inhabituels et graves;
En effet, des opérations diligentées par le Groupe «Sa’ika» des forces spéciales d’élite de l’ANP ont permis d’abord d’intercepter un groupe de terroristes qui tentait une incursion dans le territoire Algérien à partir du Mali, au niveau de Tinzaouatine, au sud de Tamanrasset. Dix terroristes furent neutralisés, le reste du groupe dont le nombre demeure indéterminé, a replié. Des armes, des munitions et de la logistique ont été récupérées. Au vu de la qualité et la nature du butin, il était loisible de conclure qu’une opération d’envergure était planifiée. Des armes légères (des Kalachnikov avec 30 chargeurs chacune) et lourdes, des munitions de différents types des canons à roquettes anti-hélicoptères, des téléphones cellulaires, un PC portable, une plaque solaire (destinée surement pour le chargement des batteries) des véhicules tout terrain et des motocycles.
Simultanément, à quelques encablures au sud de Djanet, les forces spéciales découvrent une cache d’armes en plein désert. Le bilan de l’opération met en exergue la complémentarité des armes et munitions découvertes dans la cache et celles prélevées lors de l’opération de Tinzaouatine. En effet, il y avait notamment les roquettes de type C5KO, anti-hélicoptères destinées au canon saisi ainsi que des munitions destinées aux armes récupérées.
Enfin, selon des sources de certains médias, une autre tentative d’incursion de terroristes à partir de la Libye a été avortée par les forces spéciales et qui aurait permis l’arrestation de 7 terroristes.
L’ampleur des opérations, la simultanéité et le nombre impressionnant de moyens humains et matériels mobilisés indiquent qu’il ne s‘agit point d’une tentative de repli ou de transit, mais bel et bien d’une opération stratégique qui visait la réalisation d’une mission égale ou supérieure à celle de Tiguentourine.
Il faut dire que les services de sécurité et notamment la branche du renseignement ont retrouvé leur efficacité habituelle, n’en déplaise à SAIDANI. Car, sans le renseignement et surtout la célérité dans son traitement, ces opérations n’auraient jamais pu être réalisées avec autant de succès.
Alors, est-ce la leçon des évènements de Tiguentourine qui aura permis d’éviter un remake avec autant d’efficacité, est-ce plutôt la restructuration des services de renseignement initiée par le Président ou alors le résultat de la « requête » de BOUTEFLIKA à John KERRY lors de sa visite, où le Président avait demandé que l’Algérie attendait plus des USA sur le plan du renseignement ?
Il est clair donc que cette efficacité retrouvée est due au renseignement qu’il soit le fruit propre des services Algériens ou communiqué par les Américains qui disposent de plus de moyens sophistiqués, mais la célérité dans le traitement est due certainement à la restructuration qui aurait permis une réaction plus immédiate de l’État-major.
En tout état de cause, Tinguentourine 2 n’aura pas lieu. Les jours à venir, une fois les procédures liées à l’enquête terminées, le MDN fera certainement état d’autres révélations.

djillali@bel-abbes.info