UNIVERSITÉ DJILALI LYABES Séminaire national sur le développement local et la bonne gouvernance

Plusieurs universités ont assisté à ce séminaire national, organisé au sein de la bibliothèque de la wilaya. L’événement qui s’étale sur 02 jours du 13 au 14 novembre 2018, a été organisé conjointement par la faculté des sciences humaines et sociales, filière de sociologie et le laboratoire d’Alger de l’histoire et la société contemporaine en collaboration avec la chambre de commerce de Sidi Bel Abbés, pour d’ébattre autour du développement local Et la bonne Gouvernance.
 Durant toute la période post indépendance, l’Algérie a connu deux phases distinctes de développement local. Ce processus a été marqué, tant au plan institutionnel qu’économique par plusieurs modèles et expériences de développement, caractérisés  par un système de planification centralise durant la période (1962- 1980), qui a connu la mise en œuvre d’un certains nombres de programmes d’intérêt local, destinés a réduire les disparités régionales.
La seconde phase de 1980 à nos jours a été marquée par de nouvelles orientations économiques et institutionnelles, favorisant le désengagement graduel de l’Etat des entreprises publiques, mais aussi des collectivités locales. La vocation de ce séminaire n’est pas d’évaluer ces programmes de développement local, font savoir les intervenant, mais plutôt de dresser l’inventaire des politiques en matière de moyens techniques opératoires pour ajuster les destins de I ‘individu et de la collectivité, comme l’a si bien dit le sociologue français R. Caillois: une critique de la pédagogie destinée à I‘enfant, protégée par l’Etat et séparée de la vie collective.
Nombreux sont les sociologues qui, à propos de l’évolution de société contemporaine, abandonnent I‘appellation de société postmoderne pour parler désormais de société cognitive, de société de savoir. Le Dr Bouanani Brahim, explique dans une intervention consistance, qu’il faut d’abord comprendre ce que l’on veut dire par ‘’local’’ ! Se posant les questions : veut-on désigner les collectivités locales ?… parle-t-on de zones géographiques ? Parce que ni l’une ni l’autre ne devrait être à priori prise en considération, mais plutôt la société, ses caractéristiques, ses penchées, car elle constitue, dit-il, une force, si on arrive à la déterminer, on saura quelles solutions lui adapter pour créer en elle une dynamique, une valorisation et une mobilisation qui vont en faveur de l’acte, car « le développement c’est l’acte », a-t–il ajouté, pour conclure qu’il faut faire participer tout le monde, y compris les notables et les nobles. Le but du développement n’est pas seulement de construire des infrastructures, mais plutôt de créer une dynamique sociale.
L’analyse de l’expérience algérienne en matière de développement local et bonne gouvernance montre combien est encore grand I‘effort qui reste à faire en la matière. L’interactivité est totalement absente. La société n’éprouve aucun envie. Elle n’engage aucun effort. Il suffit de contempler des multiples tentatives de sensibilisations dans tous les domaines qui ne trouvent aucune satisfaction, au contraire le citoyen agit comme par vengeance à des degrés différents contre toute tentative de développement ou de progrès. Cette stagnation et ce recul sont loin d’être un simple hasard. L’investissement dans l’être est donc devenu une priorité. Pour guérir une maladie, il faut d’abords opéré à un diagnostique et pour éteindre un feu, il ne faut surtout pas perdre son temps à courir derrière celui qui l’a déclenché !
Désormais, le temps est arrivé de passer de la centralisation à la décentralisation ou a la régionalisation comme l’a affirmé le vice-président du CNIES Mustapha Mekideche ou de réhabilitation des territoires, en dépit de la réalité historique, sociologique et économique du pays ? Peu importe I ‘appellation, estiment les intervenants, il suffit de redynamiser nos territoires pour se compléter sur le plan économique, social et culturel afin de mutualiser leurs moyens et leurs potentialités.
Djillali Toumi
13 novembre 2018

le 13 novembre 2018


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
13 novembre 2018

1 Commentaire pour “UNIVERSITÉ DJILALI LYABES Séminaire national sur le développement local et la bonne gouvernance”

  1. b200

    je crois d’un point de vue développement il faut aborder le sujet du messianisme et de l’imamat qui ont envahi l’Algérie après la chute de baghdade. ce sont des gens imprégné par l’homme providence Imam chez les chi3ite fatimide ou catholique et juif du Messie. c’est l’imam qui fait tout c’est le messie qui aplanie toutes les confrontations. beaucoup d’homme politique et de partis sont imprégnés de l’un de l’autre d’où l’absence du travail en groupe , le retour au débat publique, et revenir au principe de la Choura introduite par les musulmans arabes partout dans leurs empires. le principe serait une démocratie qui était établi avant même que l’Europe l’adopte ou le Roi c’est lui le tout et les autres dans l’exécutif, même la détention de la bible était interdite. le Roi l’interprète pour tout le monde..Dans la formation de nos dirigeant il faut des cours sur l’histoire du messianisme et l’imamat chi3ite sur l’Algérie moderne. chez nous tu trouves les traces de la démocratie chez nos grandes mères qui n’avaient pas appris ni a lire ni a écrire donc elles n’avaient pas accés aux livres français ou turques, elle disent machawra ou elle ordonne a son marie ”chaware” va prendre un avis de ton frère ”rouh chaware khouk etc
    donc notre culture était basé sur Choura prendre l’avis de l’ensemble d’un groupe ou d’un expert ou d’un voisin..

Les commentaires sont fermés

Nombre de Visites :

  • 1 121
  • 4 930