VOILA 12 ANS QUE LES 200 FAMILLES ATTENDENT LEURS LOGEMENTS !

Douze ans, 4380 jours, plus d’un million trois cent quatorze milles heures. Y’a-t-il de grâce un autre moyen, une façon plus convaincante pour communiquer avec l’autre rive, présentant une douleur la plus atroce et la faire sentir aux autorités. Y a-t-il quelqu’un qui puisse m’éclairer s’il vous plait ?, où est le president de la république ?, où est le premier ministre, où est le ministre de l’habitat, où sont les présidents des partis qui n’apparaissent que durant les universités d’été,  où sont les élus qui ne sortent que pendant les fêtes des danses ou de la chanson, où sont les autorités locales, où est, par pitié, toute cette armada qui a pris la responsabilité et les engagements devant dieu, soi meme d’appliquer la loi et de protéger le citoyen, y-a-t-il d’abord vraiment une justice, peut-on la sentir en voyant des souscripteurs de logement ne savoir plus quoi faire, égarés, perdus, désespérés depuis douze longue années.

Il n’y a pas plus de torturant à mon avis que de se sentir incapable d’aider une personne dans le besoin, impuissant devant la force de l’injustice de lui fournir un petit réconfort qui le console, le sort de sa désespérance, le délivre de ses souffrances  qui l’emprisonnent d’un mal constamment à la tête et d’en avoir des vertiges. EL AINA MOHAMED, quand il se lève pour quitter la table en murmurant à peine “bon nuit”, il se balance d’abord à droite et dans tous les sens pour se retenir enfin, les mains sur la tête, signe de vieillesse  alors qu’il n’a que la quarantaine, les problèmes familiaux liés au logement en sont la cause, d’après ses amis. 

MOKADEM MAACHOU, son ami, semble plus fort, n’arrive pas à tenir aussi longtemps sa souffrance. « EL AINA  est totalement désespéré, comme nous tous ,d’ailleurs »lança avec beaucoup d’amertume. Il enchaina en frappant la table « désolé ! Je ne sais pas se qui m’arrive, je n’arrive plus à me retenir depuis que j’ai déposé ce misérable dossier de logement ».  Après un profond souffle de confusion et désolation, il ajoute « j’étais célibataire quand j’avais déposé ce dossier , aujourd’hui, je suis marié et père de deux enfant  à ma charge ,les plus grands problèmes du monde. Je vous jure, parfois devant la table avec une faim de loup, ma femme me rappelle ce logement de misère qui n’arrive pas à sortir des ténèbres, je me rassasie sans rien avaler et je sors sans rien dire pour ne pas enfoncer le clou encore d’avantage ». La patience à des limites, certains prennent des calmants pour pouvoir dormir et oublier.

ARRAR MAACHOU vole la parole, tout agité, comment vous vous appelez ? Djillali ! Eh ben mon cher djillali ! Je n’ai jamais vu un pays comme ça, une administration comme la notre, des responsables sans cœur, sans aucun sentiment ni remords, qui n’existe nulle part ailleurs. « Je suis malade aussi, je vais devenir fou, parfois je me demande étonné avec moi-même si on existe vraiment ?  J’avais déposé ma demande de logement en 2000, maintenant, j’ai trois beaux enfants qui grandissent dans des circonstances les plus affreuses, ça fait bien 12 ans ! Notre souffrance n’a pas l’air de prendre fin et elle n’a l’air d’inquiéter personne ».

L’état de ces trois personnes est le reflet de 200 autres souscripteurs de logements de BEN AOUDA  de “Dubaï” route d’Oran, 200 familles, un cumul à en construire une bombe atomique ou toute une ville neuve et dont la situation varie entre l’insupportable et l’incroyable. Ammi MILOUD avec sept enfants, avait 60 ans, maintenant, il en a 72, à l’entendre, il n’a plus envie de continuer une bataille avec des fantômes. Il disait « si c’était des êtres réel, de vrais musulmans, s’ils existent vraiment, ils auront honte de parler de vote et de représentations. Ils auraient certainement senti nos souffrances avec nos familles, des enfants à bas âge avec une situation qui perdure depuis plus de 11 ans ».

La majorité a versé la totalité de l’argent, 70 million de centimes chacun. L’aide de la CNL a été à son tour complètement  dégagé pour les besoin du projet mais vainement. Le projet a été lancé depuis 2000, « bientôt 2012 et « nous sommes toujours sans maison ». réplique MAACHOU.

Le projet des 200 logements sociaux participatifs (LSP) de DUBAI ROUTE D’ORAN, à sidi bel-abbes, a été attribué à l’entreprise BEN AOUDA KOUIDER qui est décédé en 2006, les bénéficiaires attendent depuis plus de onze ans de voir leur rêve se réaliser. En effet, les retards dans la réalisation de ces logements n’ont pas été sans soulever les protestations des bénéficiaires qui nous ont contacté pour dénoncer cette situation. Selon eux, «les travaux ont été lancés en 2000, mais ce projet n’a pas été achevé ni réceptionné dans les délais et meme délaissé. Certains blocs sont toujours en fondation. D’autres à demi-achevés aux deuxièmes étages.

 « Notre patience a des limites», lancent les bénéficiaires. Les plaignants ajoutent avoir été obligés de vivre au cours de cette longue période dans l’instabilité, en louant des appartements avec de très forts loyers chez les privés. Certains ont divorcé. Par conséquent, les mêmes plaignants, après avoir frappé à toutes les portes sans exceptions d’organismes liés de prêt ou de loin à ce projet, ils sollicitent l’intervention du premier responsable de la wilaya dont ils pensent , est animé de bonne volonté et beaucoup de bien, est seul à pouvoir  les délivrer de ce châtiment.

Sur place, dans cette espace encore en chantier, avec des tortures morales et physique  à quelques dizaines de mètres du cœur de la ville de sidi bel-abbes, devant le jet d’eau de “DUBAI”, inauguré par le president BOUTEFLIKA, un lieu de distraction, vous êtes tout de suite frappé par l’absence totale de l’état conjuguée à un laxisme. Les écoliers, encore fragiles et innocents font des cascades dans ces terrains de tous les risques pour arriver à l’école.Comment les éduquer,  d’ailleurs comment leurs apprendre  le respect,à aimer leur pays s’ils concluent en etre  délaissés et  à grandir dans ce milieu dégradé, qui vous privent des droits les plus élémentaires, l’été, la poussière et l’hiver, la boue qui  vous empêchent de sortir ou de revenir, sans parler des conséquences : saleté, hygiène, maladie…..

En d’autre terme, une bombe à retardement. Le president de l’association du quartier ZOUGAR AHMED a réussi jusque là, selon lui à retenir ces souscripteurs et tempéré leur colère mais il déclare ne rien promettre après que les autorités seront avertis. Les souscripteurs voulant se justifier par leur longue patience et leur respect aux procédures pendant toute cette longue durée et dont la responsabilité incombe aux fautifs, aux vrais fauteurs de trouble.


le 23 juillet 2011


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
23 juillet 2011

2 Commentaires pour “VOILA 12 ANS QUE LES 200 FAMILLES ATTENDENT LEURS LOGEMENTS !”

  1. kadi

    c’est une situation qui a trop dure il devrait y avoir une législation qui prevoit la solution des cas de figure d’heritage lié apres la mort de l’entrepreneur les souscripteurs ne doivent pas etre les otages des heritages geles quitte à ce que cette propriete tombe sous la loi de habous

  2. akkou

    Et voilà un problème qui vient de prendre place qui n’ pas été traité depuis plus d’une décennie plutot mourir que de souffrir c’est la devise d’un désespéré jeune algerien prétent d’etre couvert par la loi.Ce dossier épineux et suspect laisse supposer qu’il y a une grande part de responsabilité des services concernés tels que DLEP, CNL et autres, l’engagement de deux 02 enquètes administratives et financières prouveront qu’il y a quelque chose qui cloche il est d’urgence d’étudier le cas de ces citoyens dont je suis solidaire avac eux .

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00