Les élections des membres du bureau ainsi que l’élection du président se poursuivent  dans un climat empreint de sérénité  au centre BENGHAZI CHEICH du centre ville. Hier matin , lors de notre passage, nous avons appris par le bais de deux filles dont leur mission consistait à  inscrire, suivre et contrôler  ce  scrutin.Ce scrutin qui se déroulait, contrairement  aux années précédentes à TLEMCEN ,dont la direction  mère qui  chapeautait  toujours   trois wilaya dont Sidi-Bel-Abbès  Tlemcen TEMOUCHENT  et Saida revêt une portée particulière . En fait, malgré l’enjeu d’un scrutin dont ses membres élus vont représenter pour quatre ans  les quatre wilayas ,  les élections qui  étaient, tout compte fait , ouvertes  à tous les artisans de la wilaya, se déroulait  par rapport aux autres chambres  d’agriculture ,commerce entre autres dans une transparence des grands jours . Fait rare, les organisateurs,  comme pour signifier leur bonne volonté et inspirés apparemment du modèle tunisiens en vogue, préfèrent laisser le verdict final aux urnes. Selon, l’un des représentant, il serait plus judicieux de laisser les urnes trancher dans ses cas de figures car tout holdup, démotive  les membres, freine tout élan de mobilisation et aura de graves conséquences sur un secteur,  faute de  choix des hommes  toujours inexploités. Une prise de conscience partielle  semble avoir pris son petit bonhomme de chemin au sein d’une organisation dont le découpage précédant est revue  de fond en comble par le ministère de tutelle dans un souci évident de rester fort justement  à l’écoute des pulsations des artisans, nous dit-on . Apprécié à sa juste valeur par un ancien artisan qui se dit très satisfait d’un tel  revirement qui ne pourrait être que bénéfique à plus d’un titre pour l’avenir de artisanat à sidi bel abbés. Précisons  que plusieurs activités ne font plus aujourd’hui partie de ce  monde du fait d’une politique marquée des années durant par le replâtrage , l’improvisation et aussi la fraude des élections. Il va sans dire que  l’artisanat qui se  confond  généralement avec le tourisme  donc  l’emploi a de beaux jours  devant lui  pour peu que les responsables  sortent de leur tour d’ivoire et  prêtent  main forte aux petits artisans  sans distinction