Les techniques des agressions se développent affreusement avec une absence de stratégie à l’horizon. L’état est désormais préoccupé par son grand siège attractif de première classe laissant la société livrée au destin.

Anarchie totale, la situation dégénère à l’insupportable. L’informelle qui se propage étouffant le cycle d’une vie tranquille, normale, plein d’espérance mais affaibli de plus en plus le pouvoir et entache son image.

Les autorités se livrent à cet échappatoire d’impuissance c’est un problème national. Comme, si le problème étant national  devient légitime, autorisé, même s’il est d’une grande gravité pour la structure sociale ou le pays en général. Mais dans ce cas, ça signifie une impotence. Le mis en cause attend tout simplement son extinction.

L’absence totale de l’état laisse libre cours à tout nouveau né social illégitime. Des comportements surgissent et s’adaptent aux nouvelles exigences de la subsistance. Mais dans l’absence d’un surveillant, un régulateur, ces comportements seront exploités dans ce vide par des sangsues qui détournent en leurs profits ce bazar effréné.

Tout le monde est témoin que la ville de sidi bel-abbés comme partout en Algérie grouille de panique, de désordre générale, ou rien ne semble emprunter le bon chemin. Cet usine a fabriqué des mentalités étranges, indescriptibles où la personne s’est retrouvé contraint de s’armer à sa guise pour se défendre à sa façon. Ceux qui n’arrivent pas, se sont ceux là qui tombent dans les filets des sangsues opportunistes.

Les transporteurs sans papiers se sont multipliés, leur croissance a été encouragée par l’impuissance d’une gestion ou plutôt par son absence bref, les mauvaises odeurs ne font pas que déranger, elles attirent des charognards. Certains sont vraiment dans le besoin et tiennent à leur dignité, ils ont déposé des dossiers et n’attendent qu’à être réglementer. Mais rien à faire, l’état est dépassé.

La solution ?  Avant, c’était fermer un œil et garder l’autre ouvert pour permettre une balance du  *mi figue mi raisin*, maintenant la décision est irrévocable et pour ne pas fermer les yeux et rester totalement infirme, il n’y a pas mieux que de garder un œil à moitié ouvert et fermer le reste.

Dans cette absence de vision pressentie. Les opportunistes développent une stratégie en se faufilant dans cette masse importante de clandestins, passant inaperçu dans ce nombre faramineux de sans papiers et font en toute tranquillité leurs sales besognes.

Deux groupes ont été arrêtés séparément par les services de sureté de sidi bel-abbés. L’un par les éléments de la 12 éme sureté. D’après les informations recueillies des victimes, ce clandestin généralement avec ses complices embarque dans son véhicule *accent*  sa victime cliente et l’agressent en la délestant de son portable et son argent. Le mis en cause a été appréhendé et présenté devant le procureur qui a ordonné sa détention pendant que les autres restent en fuite.

L’autre groupe opérait avec une 307 en procédant de la même façon, sauf qu’ils étaient d’après les témoignages des victimes, plus nombreux, 6. Ils faisaient quant à eux un circuit de façon à tomber sur le reste du groupe avec leur victime assise tranquillement qu’on la ramène à sa destination. Ils sortent des armes blanches et procèdent de la même façon pour délester leurs victimes de tous ce qu’ils possèdent. Deux, ont été arrêtés par les éléments de la 5 éme sureté urbaine et ont refusé de dénoncer le reste du groupe. Ils ont été présentés devant le procureur qui les a mis en détention provisoire.