SolarImpulse c’est le nom donné à cet avion solaire de fabrication suisse qui a décollé hier de Payerne (Suisse) à destination de Rabat en passant par l’Espagne où il est arrivé hier tard dans la soirée pour une escale technique, à l’aéroport de Barajas, à Madrid après avoir effectué plus de 2000 Km en 17 heures de vol et avait continué son périple sur une autre distance de 760 km  et arriver à  Rabat, cet après-midi.Il était  suivi depuis le centre de contrôle établi à l’aéroport militaire de Payerne (ouest de la Suisse) et une autre équipe se tenait prête à Toulouse à toute éventualité.L’avion dont les ailes avaient une superficie de 64 mètres carré de panneaux solaires photovoltaïques et d’un poids égale à une voiture (1600kg) effectua ce premier vol test avant le tour du monde qu’il envisage d’entreprendre en 2014.Notons que l’avion utilise uniquement l’énergie électrique  générée par les panneaux solaires pour alimenter ses quatre moteurs de puissance de 10 ch chacun qui le propulsent à une vitesse de croisière moyenne de 94km/h , durant le jour et charger en même temps ,les accumulateurs pour le vol de nuit.Selon son constructeur, l’avion pourrai voler éternellement si ce n’est la fatigue des pilotes.Notons enfin que si ce premier échantillon a été réalisé  en fibre de carbone pendant sept longues années et  une équipe de 70 personnes , le prochain avion qui sera destiné à faire le tour du monde sera plus spacieux et sera réalisé en moins d’une année.Parlant de panneaux solaires, cela nous fait évoquer pour l’histoire que le premier panneau solaire en Afrique a été fabriqué à Sidi Bel-abbes en 1983 dans les ateliers de semi-conducteurs de l’ENIE  et ce n’est pas un hasard que la capitale Marocaine a été choisie pour ce premier vol solaire,il faut souligner que cet avion survolera également la plus grande centrale solaire Marocaine en cours de réalisation à Ouarzazate au sud Est qui génère actuellement plus de 160 Méga watt des 500 MW que l’agence Masen du Maroc compte finaliser d’ici à 2015 et arriver finalement au niveau national à 2000 MW à l’horizon 2020 soit 40% de la puissance électrique existante. M. André Borschberg, un pilote professionnel de Solar impulse et directeur général de cette opération avec Bertrand Picard, seraient les hôtes dans cette centrale solaire qui devrait épargner aux Marocains  3,7 millions de tons de gaz à effet de serre que dégageraient les autres centrales ordinaires.