LA PARTIE DE POKER MENTEUR CONTINUE

Extraterritorialisation du droit US.

Les opérations militaires contre le « terrorisme », votées par le Congrès américain, autorisent une interprétation sans limite d’un droit de violence exercée sur un tiers, membre de la communauté internationale et de l’ONU. Seul le droit américain -qui fait fi du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité – s’octroie compétence pour juger de la validité de cette interprétation.

En Syrie, les Etats-Unis ont déplacé leurs pions. Retiré leurs pions kurdes du long de la frontière turco-syrienne et fait ainsi plaisir à leur indocile allié Erdogan qui n’a jamais cessé de l’être, allié, aussi indocile veut-il le laisser croire.

Le pion turc s’occupe à la place des Kurdes de la mission qui leur avait été dévolue.

Mais l’étau se resserre…

Poutine ne joue pas au poker, mais aux échecs.

Trump n’est pas imprévisible. Seulement bavard. Abrité derrière armée dont il ne semble pas douter de sa puissante.

« Je vous pourrirai la guerre » lançait jadis Goebbels aux Anglais et aux Français dont les soldats jouaient aux cartes à l’abri illusoire de la Ligne Maginot. La « drôle de guerre » ne fut pas drôle du tout, comme chacun l’a su.

Trump est, à sa manière, un Goebbels en herbe, Twitter en plus. Mais une cacahuète en guise de néocortex. Dans l’ombre les stratèges s’occupent de l’essentiel (se fichent complètement de savoir si ce sont les démocrates ou les républicains qui sont sur scène et laissent croire au bon peuple américain que leurs bulletins de votes servent à quelque chose), lui refilent sa partition et un micro.

Il s’ensuit que tout cela n’était que de la com’ destinée à tromper l’ennemi et à effrayer les «grenouilles » qui se prennent pour des « alliés ».

Washington ne quitte ni la Syrie, ni la région et les supplétifs demeurent des supplétifs.

Le porte-parole du Pentagone J. Hoffman ne s’en cache d’ailleurs pas : « Il s’agit donc (…) de permettre aux Kurdes et aux FDS de contrôler » le pétrole. L’objectif est « d’accorder aux Kurdes de la région, les forces FDS, une source de revenus et la possibilité de monter en puissance dans leur campagne militaire contre l’EI ».

Il ajoute avec un cynisme de canaille s’imaginant hors de portée des coups de pieds au c… (Comme naguère ses prédécesseurs au Viêt-Nam) : « Ce n’est pas une nouvelle mission ». « Tout le monde semble penser que ça a changé. Ce n’est pas le cas. »

Évidemment, il ne dit pas que tout le monde semblait le penser parce que ses copains ont tout pour le laisser croire.

Ce n’est pas par acte foi aveugle et immature, ni par dévotion sacrale naïve que Djeha ajoute : tout finira par être soldé et sou par sou payé.

Djeha – V. 08 novembre 2019.

L’opération militaire en Syrie, une équation qui se complique pour Washington

AFP, V. 08/11/2019 à 17:23

 L’équation se complique pour l’armée américaine en Syrie, où son opération militaire est désormais limitée à une zone réduite et plus difficile à défendre, centrée sur la “protection” de champs de pétrole qui appartiennent légalement à l’Etat syrien.

Dénonçant des “guerres sans fin”, le président Donald Trump a annoncé le 6 octobre le retrait des 1.000 soldats américains déployés dans le nord-est de la Syrie pour lutter contre les jihadistes du groupe Etat islamique. 

Mais un mois plus tard, les effectifs américains dans le pays sont quasiment les mêmes, les forces spéciales qui se sont parties du nord ayant été remplacées par des unités de blindés dans la région de Deir Ezzor (est), où se trouvent les principaux champs pétroliers syriens.

– Un retrait qui n’en est pas un –

Le retrait des zones frontalières de la Turquie “se poursuit”, a assuré jeudi un responsable de l’état-major américain, le vice-amiral William Byrne, au cours d’une conférence de presse au Pentagone. “La plupart des équipements et des hommes se sont retirés de cette zone”.

Les combattants kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui se sont d’abord sentis trahis par les Etats-Unis, ont recommencé à coopérer avec les forces américaines, a assuré le vice-amiral Byrne. Le Pentagone continue à leur fournir des armes, a-t-il précisé. 

Lire l’article en entier ICI


le 09 novembre 2019


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
09 novembre 2019

Les commentaires sont fermés

Nombre de Visites :

  • 2 256
  • 6 033

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h35 - 08h58 (*)
12h50 - 14h05 (*)
16h30 - 17h50 (*)
17h15 - 18h38
19h40 - 21h15 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
06h15 - 07h31
06h50 - 08h09
11h30 - 12h49
16h30 - 18h57
ORAN ALGER
06h25 - 11h30
08h00 - 12h00 (*)
12h30 - 17h36
15h00 - 19h00 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h25 11h30
08h00 12h00(*)
12h30 17h36
15h00 19h00(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h15 08h14
09h30 10h34
15h05 16h05
ORAN - CHLEF
16h40 19h13
CHLEF - ORAN
04h30 07h15
ORAN - BECHAR
19h40 05h10
BECHAR - ORAN
20h25 16h16
aez