La presse électronique Algérienne met sur pied un plan d’urgence

Les directeurs de publication de plusieurs journaux électroniques algériens se sont rencontrés aujourd’hui, mercredi 2 mai à Alger, pour débattre de leurs préoccupations permanentes et ont fait ressortir des recommandations traduites en un plan d’urgence étalé sur cinq points qu’ils ont soumis au gouvernement.

En effet, l’une des principales revendications de la corporation s’articule autour de la normalisation de la situation de la presse électronique, qui ne cesse de subir “l’exclusion, le confinement et la censure directe” souligne le communiqué commun. Il est fait part que «Les médias électroniques et les professionnels de la presse en ligne sont maintenus arbitrairement en dehors de tout cadre légal », dénonce le syndicat. De ce fait, “les journalistes travaillant pour des sites d’information n’ont toujours pas droit à la carte de presse, ce qui les privent des droits primordiaux touchant la corporation.

D’un autre coté, les membres du Syndicat Algérien des éditeurs de la presse électronique (SAEPE) demandent à être considérés au même titre que les autres organes de presse nationaux et internationaux et à ce que « soient appliquées pour les journalistes professionnels des médias électroniques les dispositions légales en cours pour le reste de la presse, notamment celles qui excluent le recours à la détention dans les affaires de délit de presse ».

Pour rappel, l’initiative de créer un syndicat national des éditeurs de la presse électronique remonte à octobre 2017, lorsque plusieurs éditeurs de presse électronique se sont réunis pour réagir au blocage de TSA sur la toile par Algérie télécom et Mobilis, à cause de ses articles jugés trop “gênants” dit-on. TSA a été l’un des premiers site web national d’information qui a su dominer la scène politique nationale par ses scoops d’information avant même que les réseaux sociaux ne se développent en Algérie et ne prennent le relais aux médias lourds qu’on connaît aujourd’hui.

“C’est à partir de cette réunion que l’idée d’un syndicat regroupant les journaux électroniques d’Algérie a pris son chemin et s’est imposée comme une nécessité pour prendre en charge leurs doléances et requêtes.” La conférence organisée aujourd’hui à Alger en présence de plus d’une trentaine de journaux électronique, à la veille de la Journée mondiale de la liberté de la presse a été l’occasion pour les directeurs de publication de présenter un plan d’urgence en cinq points comportant les revendications, dont l’application de la loi 12-05 du 12 janvier 2012 qui encadre l’exercice de l’information en ligne en Algérie.”

Cette loi qui encadre notamment l’exercice des journaux électroniques n’est toujours pas appliquée par les autorités qui justifient la situation par l’absence de textes d’application. Des textes rédigés dans lesquels les représentants du SAEPE souhaitent être impliqués car, selon eux, « la pratique de l’édition électronique évolue rapidement et nécessite l’échange des législateurs et des régulateurs avec les professionnels pour éviter les impasses juridiques qui ont par ailleurs bloqué les médias audiovisuels en Algérie”.

Et pourtant, la presse en ligne s’est imposée en Algérie. « Depuis fin 2016, le premier moyen utilisé par les Algériens pour s’informer est internet », a affirmé Mehdi Dahak, directeur de publication de DzFoot qui s’étonne que les journaux électroniques algériens soient bloqués et entravés alors qu’ils sont «les garants du contenu web algérien ».

Si l’épanouissement des journaux électroniques continue à être entravé par les pouvoirs publics, « les Algériens continueront de consommer ailleurs les contenus qu’ils ne trouveront pas dans leur offre numérique domestique. C’est largement le cas aujourd’hui puisque 93% de la bande passante est occupé par la data produite à l’étranger », pointe le SAEPE.

Le Syndicat des éditeurs de la presse électronique qui tentent d’attirer l’attention de l’État sur l’importance de la production de contenu digital local, propose « un pacte stratégique d’avenir pour dynamiser cette production en permettant aux médias digitaux algériens de réaliser leur potentiel de marché ».

Article compilé avec l’Aide de TSA


le 02 mai 2018


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
02 mai 2018

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00