Le Pr AHMED MAHIOU dans une conférence-débat « l’Algérie consomme des constitutions »

Dans une conférence-débat organisée ce lundi 13 avril 2015 par le laboratoire « services publics et développement » en collaboration avec la faculté de droit et de sciences politiques de sidi bel abbés, le Pr AHMED MAHIOU agrée des facultés des droits, directeur de la recherche émérite au NNRS, ancien doyen de la faculté de droit d’Alger, ancien directeur de l’IREMAM, ancien président de la commission de droit international, juge ad hoc à la cour internationale, a conclu lors de son allocution sur le thème ‘’révision de la constitution’’ que l’Algérie ne fait désormais que consommé les constitutions.

Mr MAHIOU explique devant l’assistance, Mr BOUCENDA doyen de la faculté de droit et le Dr KHERRADJI MOSTEFA président du labo, que si les lois ne sont pas appliquées, la révision ne servira à rien. Elle élargit par contre le fossé entre l’autorité et le citoyen. L’instabilité va persister et la demande de révision sera toujours d’actualité mais sans aucune efficacité.

Après 50 ans, l’Algérie cherche toujours une identité, une stabilité à travers des révisions de constitutions qui sont en fait misent par la suite en ‘’quarantaines’’ au détriment de tout objectif ou prétention.

La révision constitutionnelle n’est plus une nouvelle, depuis 1965 jusqu’à 2014, c’est comme une chanson imposée à l’ouïe que le public ne veut plus revivre ou entendre. Les expériences vécues en sont certainement la cause. Les constitutions proposées à la révision, ne le sont pas pour être appliquées dans le développement de la démocratie et corrigées en faveur des motivations de la société, mais pour être soumise à une infinie révision.

Ce refrain a repoussé la confiance du citoyen qui, aujourd’hui n’en donne plus importance à cet outil indispensable à tout développement politique, social, culturel ou économique.

La conférence devait de traiter séparément dans le même contexte, sur une durée de 03 jours, jusqu’au mercredi, trois sujets différents d’une grande importance : la révision de la constitution, un-demi  siècle de droit en Algérie et l’indépendance de la justice (pour débattre l’erreur judiciaire).

L’orateur explique d’un air critique avec éloquence que la démocratie ne se réalise pas seulement par le respect de la majorité mais aussi par le respect des autres (minorité et opposition), « aller vers la démocratie n’est pas arrivé à elle », explique le Pr Mahiou. « Dés lors qu’on veut arriver à une constitution fondamentale, il faut qu’elle soit acceptée par tout le monde, qu’elle soit soumise à un referendum », conclu pour finir le PR MAHIOU.

Djillali T


le 14 avril 2015


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
14 avril 2015

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
15h20 - 16h25 ()
15h50 - 17h01 (*)
17h10 - 18h21 ()
17h00 - 18h22 (+)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
05h40 - 06h58
06h58 - 08h18
09h20 - 10h22
10h34 - 11h42
12h06 - 13h10
ORAN ALGER
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07 (*)
12h30 - 17h54 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
08h00 13h15(*)
10h00 - 14h09
12h30 - 17h54
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
TLEMCEN- GHAZOUET
GHAZOUET- TLEMCEN
ORAN - TÉMOUCHENT
TÉMOUCHENT - ORAN
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
08h00 10h19
10h00 12h00
12h30 14h53
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
06h50 09h15
10h44 13h15
12h13 14h09
15h12 17h54
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia

Nombre de Visites :

  • 3 068
  • 5 978