l’Etat va consacrer plus de 300 milliards de DA pour la lutte contre les inondations des villes à risques

ALGER – Une enveloppe de plus de 300 milliards de DA sera dégagée par l’Etat pour lutter et prévenir les inondations dans les villes et les zones à risque, a indiqué lundi à Alger le directeur de l’assainissement et de la protection de l’environnement au ministère des Ressources en eau, Ahcène Ait Ammara.

“L’Etat va mettre en place une cagnotte qui dépasse les 300 milliards de DA pour faire face à la problématique inondation, notamment pour la protection des 600 communes sujettes à ce phénomène, mais aussi pour la protection des infrastructures de base, particulièrement les infrastructures des travaux publics”, a-t-il déclaré sur les ondes de la Radio nationale.

“Les besoins sont chiffrés et nécessitent plus de 300 milliards de DA pour lutter efficacement contre les inondations”, a-t-il ajouté, prévenant que les pouvoirs publics procèderont “par priorité” en fonction de la récurrence de l’évènement dans la mesure où l’Etat “ne peut pas dégager les 300 milliards de DA à la fois”.

Selon Ait Ammara, la problématique des inondations est une “priorité” du gouvernement à laquelle il faut faire face, soulignant, toutefois, que cette question “n’est pas uniquement du ressort du ministère des Ressources en eau”.

Il a rappelé, ainsi, qu’un comité interministériel a été installé en octobre 2011 sur instruction du Premier ministre, pour prendre en charge la problématique des inondations en mettant en place un dispositif de lutte et de prévention.

Le comité, a-t-il poursuivi, a élaboré une cartographie des zones inondables, réalisé un inventaire et chiffrer toutes les actions prioritaires qui seront entreprises pour lutter contre ce phénomène.

“Une cartographie des zones inondables à l’échelle nationale est en cours d’élaboration par l’Agence nationale des ressources hydrauliques. Cette cartographie sera un outil d’aide à la décision et sera mise à la disposition de tous les utilisateurs. Elle va nous permettre de connaître avec précision les zones où nous devons agir en priorité”, a-t-il indiqué.

Plusieurs projets, inscrits au titre d’un programme d’urgence, sont lancés dans le cadre de la protection des zones à risque contre ce problème cyclique.

De nombreuses actions ont été engagées pour la protection de la ville d’El Tarf, touchée par d’importantes inondations en février 2012.

Ces actions consistent en la réalisation d’un canal de plus de 5 km, en voie d’achèvement, d’une étude d’aménagement d’Oued Mefragh, et de trois autres barrages pour retenir l’eau en cas de crue. La réalisation de ces barrages “va régler définitivement le problème des inondations au niveau de la vallée d’El Tarf”, a-t-il estimé.

Au sud, des actions ont été déjà entreprises, a-t-il fait savoir, relevant qu’une “priorité capitale” est accordée à l’aménagement des Oueds et au reprofilage ainsi qu’à la stabilité des berges.

A Ghardaïa, le renforcement des digues a été finalisé.”Nous pouvons dire que la vallée du M’zab est sécurisée définitivement avec les aménagements que nous avons réalisés. Ces travaux vont permettre de réguler toutes les crues même milléniales en cas de pluviométrie exceptionnelle”, a-t-il assuré.

A Béchar, le grand oued a fait l’objet d’aménagement dont les travaux sont achevés et la ville est protégée en cas de crue, a avancé M. Ait Ammara.

Pour sécuriser les villes d’Annaba et de Sidi Bel Abbès, ce responsable a affirmé qu’un grand projet de réalisation d’un barrage sera lancé incessamment en vue protéger la première ville, alors qu’un nouveau barrage “Tabia” pouvant retenir plus de 20 millions de m3 d’eau, est déjà opérationnel à Sidi Bel Abbès.

“Des travaux d’aménagement du Oued Mekerra ont été lancés pour lutter contre les inondations dans cette ville”, a-t-il ajouté.

Concernant l’opération de dépollution d’Oued El Harrach à laquelle plus de 38 milliards de DA ont été consacrés, M. Ait Ammara a fait savoir que des aménagements ont été réalisés pour protéger toute la partie centre-est d’Alger contre les inondations.

“Ce projet va changer toute la physionomie de la capitale. Il va devenir le centre de gravité d’Alger”, a-t-il soutenu.


le 09 octobre 2012


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
09 octobre 2012

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00