RIEN NE VA PLUS.

On évite d’évoquer les problèmes sociaux qui rongent notre société. On préfère les mettre sous le tapis pour ne pas les voir et ainsi on tourne le dos à un vent violent qui donne des signes qui ne trempent pas et que seuls les sourds et les aveugles n’entendent pas son souffle et ne le voient pas venir.

Les aveugles, ce sont nous tous. Surtout ceux qui ont la charge de réfléchir, d’expliquer et d’avertir. Ni dans la presse, ni sur les réseaux sociaux, on ne parle du chômage endémique qui compromet la vie présente de la jeunesse et son avenir. On ne parle pas non plus de la cherté de la vie et de la paupérisation accrue qui jettent dans les bras grands ouverts de la débauche, de la délinquance et d’une justice aveugle mais répressive, des hommes et des femmes qui, dans d’autres conditions, auraient été les meilleurs d’entre-nous, les serviteurs les plus dévoués de la collectivité.

Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde, disait Camus. Nous ne parlons pas de nos maux et nous croyons qu’ainsi nous leur échapperons ou nous les vaincrons. Sots nous sommes. Pourtant nous savons tous qu’un cancer s’il n’est pas traité à temps, tue. Il nous échappe que les sociétés comme les individus ont elles aussi leurs cancers, plus graves et plus ravageurs.

C’est, a cet instant même, dans un taxi, que je viens d’entendre une vérité que je n’entends pas généralement dans le milieu de ma classe moyenne-supérieure qui, jusqu’ici supporte plus ou moins bien le choc de la crise économique qui fait rage. Il n’y a que des pauvres et des riches, on vient de dire, et, au milieu, rien. Que la misère a atteint des niveaux tels que le souci majeur de tout père de famille est comment lui assure son pain quotidien. Si rien ne change, il viendra un jour ou les pauvres finiront pas manger les riches, on vient de dire encore.

Les intellectuels, cette classe de clercs qui ne savent que trahir dans ce pays, ne s’intéressent à la rue, la foule, la plebe, que pour s’en servir comme monture quand ils voient un pouvoir vaciller et qu’ils espèrent prendre sa place pour ravir ses privilèges. On les a vus à la tête de pelotons, sillonner les rues, usant de leurs boucliers humains. Maintenant qu’ils ont perdu tout espoir de réaliser leur rêve, ils se taisent et reviennent à leurs petites affaires. Les problèmes économiques de tous les jours, les soucis du quotidien des pauvres gens ne les intéressent pas. Quel profit peuvent-ils tirer de la misère ?


le 16 septembre 2022


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
16 septembre 2022

Répondre

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
15h20 - 16h25 ()
15h50 - 17h01 (*)
17h10 - 18h21 ()
17h00 - 18h22 (+)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
05h40 - 06h58
06h58 - 08h18
09h20 - 10h22
10h34 - 11h42
12h06 - 13h10
ORAN - ALGER (Agha)
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07 (*)
12h30 - 17h54 (*)
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER(Agha)- ORAN
06h10 - 11h25
08h00 13h15 (*)
10h35 - 15h10
12h30 - 17h54
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
TLEMCEN- GHAZOUET
GHAZOUET- TLEMCEN
ORAN - TÉMOUCHENT
TÉMOUCHENT - ORAN
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
08h00 10h19
10h00 12h00
12h30 14h53
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
06h50 09h15
10h44 13h15
12h13 14h09
15h12 17h54
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h00 Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h00 05h00 Diesel

Accès et contact