Le ciel gris accompagné d’une pluie très fine qui tombait ce matin du 20 mai,augurait un sentiment de satisfaction totale chez nos agriculteurs qui, il y a à peine quelques mois allaient abandonner ou laisser le bétail brouter dans  les immenses champs de blé ou d’orge par manque d’une pluviométrie conséquente.L’abondance de la pluie et parfois même de la neige a vite fait changer leurs intentions et le constat aujourd’hui  montre  que l’année s’annonce plus que satisfaisante et les estimations des services agricoles de la Wilaya et même au niveau national à cause de cette pluviométrie importante ,indiquent que la récolte prévue pour cette  saison 2012 et qui sera lancé incessamment avec le moisson-battage de l’orge et avoine, battra un autre record de production et probablement dépassera celle de 2009 où il a été enregistré une production de 60 millions de quintaux toutes espèces confondues. Dans la wilaya de Sidi Bel-Abbes même si la production a été à la même période, très faible à cause d’une faible pluviométrie par rapport aux autres saisons et wilayas,  rappelons-le,n’a pas trouvé preneur par manque de capacité de stockage adéquats qui devaient contenir toute la production estimée à 1/3 de ce que la Mékerra fournit en temps de pluviométrie importante et ce qui a entrainé un retard immense à la réception de ces céréales et pénalisant du coup ,les agriculteurs qui étaient obligés d’attendre jusqu’au mois de septembre et octobre pour voir leur marchandise enfin prise en charge .En 2010 idem, les mêmes erreurs ont été observées sans que l’on corrige ce déficit.Pour cette saison qui s’annonce aussi meilleure, les  moyens de stockage et les mêmes dock silos de Mostefa Ben brahim, Sidi Hamadouche, Sidi Brahim,Sfisef,de SBA et les autres n’ont subi aucune extension à notre connaissance et sont restés tels quels alors que le pays cherche à  « atteindre l’objectif de la sécurité alimentaire du pays et, du coup, réduire la facture des importations de produits céréaliers »  estimée à 4 millions de quintaux annuellement et s’en passer de cette dépendance de ce produit stratégique.Pourquoi pousse-t-on les agriculteurs  à attendre jusqu’au début de l’automne pour écouler leurs marchandises et recevoir leurs dus. On signale qu’une réunion regroupant les principaux concernés des docks silos de la wilaya et des responsables de l’office inter céréalier a été tenue la semaine écoulée en vue de faire face à cet épineux  problème de stockage et que des solutions semblent avoir été retenues pour rémédier à la longue file d’attente des agriculteurs devant les dock-silos.  Notons enfin que les besoins de l’Algérie en céréales sont estimés à 90 millions environs de quintaux par an pour une consommation moyenne de 200 kilos par habitant annuellement signale-t-on et que le plus gros de l’importation céréalière concerne le blé (tendre et dur).