Boukhanefis : des trottoirs, des ruelles et des espaces public consommés au nom de la loi 15/08 !

Etrangement, la loi 15/08 a été détournée de sa vocation réelle. Elle ne devient plus nécessaire à l’achèvement et la mise en conformité des constructions. Cette loi a été promulguée en juillet 2008, afin de tenter d’apporter une amélioration à la qualité urbanistique, architecturale et technique du cadre bâti, qui a tant souffert de certaines insuffisances, mettant en péril le paysage urbain. Cependant, il s’avère impératif, de rappeler que cette même loi a exclu dans son article 16 certaines constructions (souvent illicites) de la régularisation, par souci de protéger la vie des citoyens et leurs biens des dangers auxquels ils sont confrontés en raison de ces constructions et extensions opérés sur des espaces public (trottoirs et ruelles), censé offrir de la sécurité, de la tranquillité et permettre une fluidité dans le transport des gens et des voitures.

Plusieurs quartiers à la commune de Boukhanefis, notamment à chabriere, à ouled ben dida à la maison blanche, sans oublier le chef lieu de la commune, ont été totalement défigurés par l’usage incommode de cette loi. Des trottoirs consommés, des ruelles complètement disparues et des constructions et extensions qui ont fait des rues de simples passages exigus permettant à une seule voiture de passer ou de stationner. L’image est plus que désolante, elle frôle la répugnance. Comment peut-on permettre toutes ces violations et pourquoi ? Impossible de penser que juste pour rendre service ou faire plaisir, car il n’y a ni service ni plaisir dans la violation des lois, mais bien certain de crime.

Les camions, à l’image de celle des pompiers, pour divers incidents ou incendies, ne peuvent plus passer et accéder au milieu des quartiers. L’utilisation anarchique de la loi 15/08 a sérieusement pénalisé le paysage urbain et mit en danger le citoyen et ses biens. Si jamais un simple feu se déclenche dans certains quartiers, la catastrophe serait inévitable, pour ne parler que de cela.

Pour des prévisions avenir de création d’espaces vert, de rue ou de passerelles, de trottoirs ou autres commodités urbanistique ou développementale, cela relève de l’impossible. Les logements sont collés les unes aux autres. Certaines rues ne pourront même pas disposer de trottoirs de quoi sécuriser les piétons et les enfants des écoles. Une situation des plus déplorables, que l’impunité a désolément forgés à travers les temps et les échéances électorales sur le comportement des responsables concernés.

Les lectures sont légions mais une seule et unique question se dresse devant cet état de fait. A quel « prix !» peut-on accepter tout ce gâchis ? De rendre légale l’informel. Car c’est l’unique probabilité qui nourri les multiples rumeurs, jusqu’à lors non confirmées, mais qui reste la seule réponse logique. Plusieurs enquêtes ont été déclenchées auparavant à la suite de requêtes de citoyens, mais, curieusement, toutes tombées mystérieusement dans l’oubliette ! Le faut a vraiment la peau dur. Les faussaires arrivent toujours à sortir indemnes malgré tout ! Il n’est point difficile d’observer aisément ces dépassement dans tous les quartiers de la commune de Boukhanefis. D’ailleurs ces pratiques sont loin d’être l’apanage de ce seul patelin. La ville de sidi bel abbés regorge de ces exemples, si Boukhanefis en fait l’exception.

L’usage contraire de la loi, pour des raisons qui restent suspectes, ont laissé depuis tout un temps, des stigmates néfastes, visibles sur le terrain, à travers le paysage urbain négativement impacté par la multiplication de ces agressions impunies sur le tissu urbain et sur des propriétés publiques. Cette loi, au-delà de ses biens faits dans le cadre du respect de son application, elle devient un souci réel.

L’environnement, la santé, la sécurité, les projets de planifications urbains avenir sont devenus sérieusement pénalisés par cette application détournée de la loi 15/08. Si ces agissements font plaisir aux bénéficiaires, ils sont un véritable handicape à toute vision, à toute manœuvre, de développement. Les trottoirs, les rues, les aires de jeux et les espaces verts sont des droits publics, nécessaires, autant pour la santé que la sécurité. Plusieurs lettres ont été adressées à qui de droit par des citoyens pour dénoncer ces agissements criminels, mais comme si, une barrière de protection est mystérieusement dressée devant, pour encourager cette folie urbanistique.

Djillali Toumi


on 15 March 2022


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
15 March 2022

Comments are closed

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
15h20 - 16h25 ()
15h50 - 17h01 (*)
17h10 - 18h21 ()
17h00 - 18h22 (+)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
05h40 - 06h58
06h58 - 08h18
09h20 - 10h22
10h34 - 11h42
12h06 - 13h10
ORAN - ALGER (Agha)
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07 (*)
12h30 - 17h54 (*)
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER(Agha)- ORAN
06h10 - 11h25
08h00 13h15 (*)
10h35 - 15h10
12h30 - 17h54
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
TLEMCEN- GHAZOUET
GHAZOUET- TLEMCEN
ORAN - TÉMOUCHENT
TÉMOUCHENT - ORAN
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
08h00 10h19
10h00 12h00
12h30 14h53
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
06h50 09h15
10h44 13h15
12h13 14h09
15h12 17h54
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h00 Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h00 05h00 Diesel

Nombre de Visites :

  • 966
  • 5,727