Chronique du jeudi : «GHAZA: LA MÉCRÉANCE POLITIQUE TEND VERS UNE NOUVELLE GUERRE DE 30 ANS.»

Jusqu’à aujourd’hui, nous restons esclaves de nos sentiments de compassion et de peine par rapport à ce qui se déroule à Ghaza. Les larmes, les pleurs constituent nos armes les plus redoutables, bien que souvent et partout ils ne sont qu’hypocrisie générée par des «crocodiles» plutôt dociles à souhait. Cela nous fait constamment oublier qu’il existe des Juifs qui sont fondamentalement contre la boucherie et des Palestiniens enrôlés volontaires dans l’armée du Tsahal. Cela nous fait oublier aussi que des Pays «frères» contribuent au carnage. Cela nous fait oublier aussi que de l’aveu même de Netanyahu, l’accord de certains Pays arabes à l’agression mettant en relief la parfaite mécréance politique. Bref, cela nous fait oublier la genèse et les conséquences possibles…
Les Pays qui ne sont pas astreints à cette contrainte douloureuse prennent le temps d’analyser, de manipuler et de planifier à long terme.
C’est notamment le cas des officines américaines relayées par leur presse qui font apparaitre une relation à double dimensions dans ce qui se produit actuellement au Moyen Orient de manière particulière et dans le monde arabo-musulman de manière générale.
La première dimension est introduite notamment par David BROOKS chroniqueur du New York Times, qui pense que notre perception du conflit israélo-palestinien est totalement faussée par le fait que nous sommes restés à une vision des années 1970.
«Elle est fondée sur la supposition que le conflit israélo-palestinien est un combat mené par les deux camps l’un contre l’autre. Elle est fondée sur la supposition que l’horreur peut se terminer seulement si des négociateurs habiles peuvent parvenir à une «percée» et à un chemin menant à un accord sur la coexistence de deux États. Mais nous ne sommes pas en 1979…
Ce qui s’est passé, bien sûr, c’est que le Moyen-Orient est entré dans ce que Richard Haass du Council on Foreign Relations a appelé une nouvelle guerre de 30 ans – une série de conflits et de guerres menées par procuration qui peuvent durer des décennies et totalement transformer, les identités, les cartes et les contours politiques de la région».
La guerre de trente ans a déchiré l’Europe de 1618 à 1648. Elle a été marquée par l’affrontement entre protestantisme et catholicisme et entre féodalité et absolutisme.
«C’est une région détruite par les affrontements religieux entre différentes fois. Le conflit est aussi entre extrémistes et modérés alimenté par les gouvernants voulant défendre leurs intérêts et accroître leur influence. Les conflits sont entre États et à l’intérieur des États, les guerres civiles et les guerres par procuration deviennent impossibles à distinguer. Les gouvernements souvent abandonnent le contrôle à des milices qui opèrent à travers plusieurs frontières. Les pertes en vie sont dévastatrices et des millions sont sans-abris».
Ce texte de Richard Haass pourrait être une description du Moyen-Orient actuellement. En fait c’est celui de l’Europe dans la première moitié du 17ème siècle. La similitude est de taille!
L’affrontement entre chiites et sunnites, en Irak, en Syrie, au Liban atteint un niveau sans précédent. Celui entre les régimes arabes autoritaires et islamistes est également d’une ampleur jamais vue. Près de 200 000 syriens ont été tués dans une guerre civile atroce, alors que la Libye est déjà dans le chaos.
L’Arabie Saoudite, le Qatar, la Turquie, l’Égypte vivent un affrontement intense interne au monde sunnite. L’affrontement entre l’Arabie Saoudite et l’Iran pour l’hégémonie régionale et dans une course à l’armement va crescendo.
Le pouvoir autoritaire et les islamistes ont mené depuis trois ans une bataille acharnée et meurtrière pour le contrôle de l’Égypte. Après le printemps arabe, les Islamistes (les Frères Musulmans) ont pour un temps pris le dessus, mais quand l’armée a repris le pouvoir la répression a été sanglante et 95% des tunnels entre Gaza, dirigée par le Hamas issu des Frères Musulmans égyptiens, et l’Égypte ont été fermés. Une décision qui a mis le Hamas dans une situation impossible et a conduit à la guerre avec Israël.
Pour Richard Brooks, «La décision égyptienne était volontairement économiquement dévastatrice pour le Hamas qui retirait 40% de ses revenus des taxes sur les biens qui passaient dans ces tunnels. Un économiste a évalué les pertes à 460 millions de dollars par an, un cinquième du Pib de Gaza. Le Hamas avait donc besoin de mettre fin au blocus, mais il ne pouvait attaquer l’Égypte et a donc attaqué Israël. Si le Hamas peut en sortir comme le combattant héroïque dans un défi à mort contre l’État hébreu, si les télévisions mettent en exergue le nombre impressionnant de civils palestiniens tués, alors l’outrage public sera tel qu’il contraindra l’Égypte à lever le blocus. Moussa Abou Marzouk, chef-adjoint de l’aile politique du Hamas, a donné les clés en rejetant une offre de cessez-le-feu il y a quelques jours en posant cette question : «que sont 200 martyrs en comparaison de faire lever le siège?».
Cette guerre est aussi un affrontement par procuration. La Turquie et le Qatar soutiennent le Hamas et espèrent ainsi marquer des points contre leurs rivaux égyptien et saoudien qui souhaitent eux une défaite du camp islamiste. Le conflit israélo-palestinien est devenu un autre élément non pas d’un choc des civilisations, mais d’un combat au sein même de la civilisation arabo-musulmane sur son avenir.

Dans le Monde Arabe en 2011, le changement est entamé après qu’un vendeur de fruits Tunisien de Sidi-Boussaid, humilié par une policière, s’est immolé par le feu en signe de protestation. En quelques jours, le pays était en feu.
En Europe du XVIIe siècle, un soulèvement religieux local par des Bohèmes protestants contre les catholiques Habsbourg de l’empereur Ferdinand II,  a déclenché l’embrasement de l’Europe de cette époque.

Le résultat a été la guerre de Trente Ans, l’épisode le plus violent et destructeur de l’histoire européenne jusqu’aux deux guerres mondiales du XXe siècle.

Les similitudes entre les événements de 1618-1648 en Europe et ceux de 2011-2014 dans le Moyen-Orient sont nombreuses et donnent à réfléchir. Trois ans et demi après le début des «printemps arabes», il existe une réelle possibilité que nous assistons à la première phase d’une lutte prolongée, coûteuse et meurtrière.

La configuration du monde arabe contemporain est plutôt anachronique de par les écarts croissants relevés. Des pays comme l’Irak, la Libye et la Syrie, qui ont du mal à éviter le piège terrible de devenir des États voués à la disparition pure et simple et côtoient à l’extrême opposé des pays qui vont de succès en succès. Aidés par les revenus du pétrole, des pays comme les Émirats arabes unis vont de l’avant avec des programmes multi-facettes de diversifier leurs moteurs de croissance, à renforcer davantage leur capital humain et physique, et mis de côté encore de plus importante des ressources financières pour les générations futures.

En cherchant à réaliser leur potentiel inexploité, des pays comme l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, doivent surmonter de nombreux défis ; auxquels s’ajoute l’Égypte, un pays dont l’expérience met en évidence ce qui est en jeu pour la région.
Beaucoup dépendra de savoir si des pays comme l’Égypte et l’Algérie, embrassant des réformes durables économiques, financières, institutionnelles, politiques et sociales – et si elles le font dans le contexte des progrès vers une plus grande démocratisation, la justice sociale et le respect des droits de l’homme; leurs populations étant parmi les plus importantes de la région; pour prétendre jouer un rôle important dans l’ancrage de la stabilité régionale. Et ils sont des passerelles vers l’Europe, l’Afrique et l’Asie. Le chemin que ce groupe de pays empruntera finalement, influencera les perspectives pour la région dans son ensemble.
Reste l’énigme de l’Iran: Au-delà de sa profondeur historique et culturelle, ce qui lui donne une certaine autorité au Moyen-Orient, l’Iran est l’un des rares gouvernements de la région capable de répondre aux évolutions géopolitiques. Ses énormes réserves de pétrole dénotent de son rôle essentiel dans l’équation énergétique mondiale particulièrement complexe, en ce qui concerne l’Europe qui travaille à réduire sa dépendance sur les importations énergétiques russes.
Karl Marx a écrit que l’histoire se répète, mais quand nous regardons autour de nous, on ne peut pas s’empêcher de se demander si la seconde dimension, la tragédie de la guerre mondiale ne sera pas reconduite. “La première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce.” Nous sommes au centenaire du début de la Première Guerre mondiale, et nous nous trouvons entourés par une cascade la violence caractérisée par les mêmes duplicité et cynisme qui ont conduit le monde à la catastrophe en 1914.

La Première Guerre mondiale a commencé avec un état d’esprit basé sur la croyance et la certitude que les moyens militaires pouvaient résoudre les problèmes sociaux urgents et politiques en Europe centrale. Un siècle plus tôt, le théoricien militaire allemand Carl Von Clausewitz avait écrit que la guerre est “une continuation de la politique menée avec d’autres moyens.”

La Première Guerre mondiale a mis fin à quatre régimes impériaux: la dynastie prussienne (Hohenzollern), la Dynastie Russe (Romanov), la dynastie turque (ottomane) et la dynastie austro-hongrois (Habsbourg). Non seulement la guerre a causé des millions de morts, mais a provoqué la faillite de l’État, le protectionnisme, et l’effondrement financier qui a ouvert la voie pour la montée d’Hitler, la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide.

Nous ne sommes pas encore remis aujourd’hui. Le territoire qui était autrefois un État multiethnique et multi-religieux, l’Empire ottoman est de nouveau la proie à des conflits et de guerre, qui s’étendent de la Libye jusqu’en Palestine, la Syrie et l’Irak. La région des Balkans reste maussade et politiquement divisée, avec la Bosnie-Herzégovine incapable d’instituer un gouvernement central efficace et la Serbie profondément secouée par les bombardements de l’OTAN 1999 et l’indépendance du Kosovo controversée en 2008, sur son opposition amère.

L’ancien Empire russe est de plus en plus dans la tourmente dans une sorte de réaction tardive à l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, marquée par le problème Ukrainien et les menaces persistantes en Géorgie, la Moldavie, et ailleurs. En Asie de l’Est, les tensions entre la Chine et le Japon sont un danger croissant.

La stratégie de base des USA a consisté à envoyer des troupes, drones, ou des bombardiers à n’importe quel endroit qui menacerait l’accès de l’Amérique au pétrole; à héberger les fondamentalistes islamiques, ou autrement créer des problèmes – disons, la piraterie au large de la côte de la Somalie – pour les intérêts américains. Par conséquent, les troupes américaines, les armées de la CIA, les missiles de drones, sont engagés dans la lutte contre toute une région qui s’étend du Sahel en Afrique de l’Ouest passant par la Libye, la Somalie, le Yémen, la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan, et au-delà.

Il existe trois grandes différences entre maintenant et le monde de 1914. Il y eut d’abord deux guerres désastreuses, une Grande Dépression, et une guerre froide qui devaient apprendre à l’Homme une ou deux choses au sujet de la stupidité et l’inutilité de la violence collective organisée. Deuxièmement, la prochaine guerre mondiale, en cette ère nucléaire, serait presque certainement une apocalypse.

La troisième différence majeure est que, aujourd’hui, avec les « merveilleuses » technologies, l’Homme a toutes les chances de résoudre les problèmes sous-jacents de la pauvreté, la faim, l’environnement qui créent tant de poudrières dangereuses.

Aujourd’hui, la situation arabe est, à sa base, une crise de la notion de l’État arabe
En fait, les pays arabes sont en train d’imploser précisément en raison de leur incapacité à concilier une diversité
Les révolutions du printemps arabe ne sont pas seulement le désir de la nouvelle génération arabe pour la démocratie, qui reste encore en grande partie lettre morte; elles sont maintenant principalement issues de la frustration qui couvait depuis longtemps des minorités qui ont été négligées dans l’ère postcoloniale et réprimées par les autocrates qui cherchent à imposer l’unité sur les sociétés multiethniques. (Kurdes en Irak, Syrie, Turquie ;  Coptes en Égypte, Berbères, Touaregs et Mozabites au Maghreb et au Sahel….)

Si l’Europe a dû endurer des siècles de guerres religieuses et deux guerres mondiales successives pour régler ses différends ethniques et nationales, comment les États-Unis pouvaient-ils s’attendre à être en mesure d’exporter la démocratie et le respect des minorités au Moyen-Orient sur les ailes de F-16? Il est révélateur que les deux transitions démocratiques les plus réussies dans le monde arabe au cours des dernières années – la Tunisie et du Kurdistan – ont eu lieu avec un minimum d’ingérence de l’Occident.

L’avenir du Moyen-Orient arabe est dans les mains de ses peuples – et l’histoire ne permet pas de raccourcis. Comme toutes les autres civilisations de l’histoire, les Arabes doivent s’engager dans un long processus visant à surmonter leurs défis structurels – un processus qui est susceptible de se prolonger pendant une bonne partie du vingt-et-unième siècle.

Moralité: les enfants et les femmes de Ghaza continueront encore à payer la facture imposée par les «mécréants politiques » qu’ils soient Musulmans, Chrétiens ou Juifs. La trêve annoncée ne sera qu’éphémère. Alors, verser des larmes de crocodiles ne servirait pas à grande chose, à mon sens.

djillali@bel-abbes.info

 

 


le 07 août 2014


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
07 août 2014

3 Commentaires pour “Chronique du jeudi : «GHAZA: LA MÉCRÉANCE POLITIQUE TEND VERS UNE NOUVELLE GUERRE DE 30 ANS.»”

  1. le cygne

    D’après Michel Collon, écrivain et journaliste belge, «Israël est un Etat colonial dont l’expansion ne connaît pas de limites»
    Il a écrit un livre intitulé “Israël, parlons-en”, pour répondre aux grands mensonges qui servent à justifier la politique d’Israël. Pour cet écrivain, le public ignore tout de l’histoire d’Israël et de sa situation, et cela n’est pas le fruit du hasard. Selon lui, il y a une opération de propagande israélienne qui dure depuis 60 ans, relayée par les médias européens qui se disent «les meilleurs du monde».
    «On informe le public, seulement, on constate qu’il ne sait pas l’essentiel», juge-t-il. Il a énuméré dix grands média-mensonges d’Israël. Le premier est selon lui la date et le but de la création de l’entité sioniste. Pour Michel Collon, il est faux de croire que l’Etat juif a été créé en réaction au génocide contre les juifs entre 1940 et 1945. «Cela est totalement faux ! C’était un projet colonial qui est bien plus vieux et qui a été décidé au congrès de Bâle en 1897. Le mouvement nationaliste juif décide de coloniser la Palestine et fait appel aux grandes puissances coloniales de l’époque, parce qu’ils (les juifs) se rendent compte qu’ils ont besoin d’être protégés.» L’aide précieuse de l’Empire britannique a été conséquente. Les Anglais voulaient s’installer dans le monde arabe, affaiblir l’Egypte et contrôler le canal de Suez, voie qui mène vers les colonies des Indes qui leur rapportaient énormément. L’écrivain a rappelé que cette époque était une époque coloniale durant laquelle les puissances européennes se partageaient l’Afrique. Par conséquent, Israël, a-t-il déduit, est un projet colonial. L’autre mensonge que l’écrivain a tenté d’expliquer est celui qui dit que les juifs sont retournés à la terre d’où ils auraient été chassés par l’Empire romain en l’an 70 après Jésus Christ. Pour lui c’est un autre mythe alimenté par les sionistes pour justifier la spoliation de la Palestine. Il indique qu’il a interviewé, pour les besoins de son livre, l’historien Shlomo Sand qui a lui-même interrogé les historiens et archéologues israéliens, lesquels confirment «qu’il n’y a pas eu d’exode». «En gros, les populations étaient restées là, elles n’ont pas bougé. Bien sûr il y a eu des invasions, des immigrations, des mélanges, mais sans que cela nécessite un exode», a-t-il expliqué, enchaînant que les juifs étaient surtout des Européens de l’est et de l’ouest, et des Maghrébins, qui se sont à différents moments et pour différentes raisons convertis à la religion juive. L’historien Shlomo Sand confirme selon lui que «le peuple juif n’existe tout simplement pas». «Il n’y a ni histoire, ni langue, ni culture communes, il y a juste une religion, et une religion ce n’est pas un peuple.» L’autre mythe entretenu est celui qui dit que la Palestine était une terre déserte sans peuple. Alors que les témoins de l’époque, au début XIe siècle, décrivaient la Palestine comme étant un océan de blé, où il y avait des cultures et des exportations. Michel Collon avoue que pendant longtemps il a cru à la version officielle d’Israël que les Palestiniens étaient partis d’eux-mêmes de leur terre. «Cela est faux également !» affirme-t-il, justifiant son refus de croire à ce énième mensonge par les déclarations d’historiens israéliens qui ont révélé que les Palestiniens ont été chassés par la terreur et la violence. «Les nouveaux historiens israéliens disent que les Palestiniens ont été chassés par la violence et par la terreur…..”

    L’autre mensonge que l’écrivain a voulu vivement dénoncer est celui qui dit qu’Israël est un Etat de droit et la seule démocratie dans le Moyen-Orient et de ce fait, il fallait le défendre. Pour lui, Israël «n’est pas un Etat de droit», car c’est le seul pays au monde où «la Constitution ne fixe pas les limites du territoire. Israël est un projet d’expansion qui n’a pas de limites». Il a poursuivi dans ce sens en taxant la Constitution israélienne de «raciste». «Leur Constitution stipule qu’Israël est l’Etat des juifs. Ce qui veut dire que les autres sont des sous-citoyens, des sous-hommes et, donc, c’est la négation même de la démocratie. Israël n’est pas une démocratie. Israël, c’est le colonialisme, c’est le vol de la terre, c’est le nettoyage d’une population. Il ne peut pas être considéré comme une démocratie.» Pour ce qui est des déclarations des Etats-Unis concernant l’aide militaire qu’ils fournissent à Israël pour leur soi-disant souci de protéger la démocratie au Moyen-Orient, l’écrivain les accuse d’avoir plutôt «installé» d’épouvantables dictatures comme en Arabie Saoudite et au Koweït. Il explique que les préoccupations des Etats-Unis en Israël ne sont nullement la démocratie, mais plutôt le «contrôle du pétrole». Ils briseraient tout Etat qui résisterait à ce projet, comme en Iraq. «Ils ne peuvent pas attaquer à tout bout de champ, donc, ils ont ce que M. Chomsky appelle dans son interview le flic de quartier : Israël.» En ce qui concerne l’Europe, l’écrivain ne croit pas à sa prétendue «neutralité», et à son souci de «chercher» une solution au conflit israélo-palestinien, car c’est bien l’industrie européenne de l’armement qui finance et collabore avec son homologue israélienne. «Quand les Israéliens bombardent les Palestiniens, c’est Sarkozy, Merkel et les gouvernements européens qui bombardent en même temps», accuse-t-il. «La résistance d’un peuple colonisé est légitime ; la solution existe, mais Israël la refuse, parce que tout simplement c’est une guerre économique, une guerre pour le pétrole. Et la seule chose qui peut arrêter cela, c’est la pression du monde entier sur les dirigeants complices d’Israël et sur les médias qui ne disent pas la vérité.»

    Article de Mohamed El-Ghazi Algérie patriotique, le 10/08/2014

    • said91

      Bonsoir Le Cygne
      L’histoire de la création de ” l’Etat d’Israël ” est bien racontée dans l’encyclopédie libre Wikiédia ou tout simplement taper wikipédia dans votre moteur de recherche). Dans l’encyclopédie rechercher Balfour ( déclaration Balfour).

  2. kamara

    Mr Djillalii Bonjour, permettez-moi de faire quelques remarques sur cet écrit :
    1- La guerre de trente ans présente la marque sur le plan religieux de l’affrontement entre protestantisme et catholicisme. Le protestantisme était à l’époque était plus réformiste que le catholicisme. C’était la révolte de sujets contre un empire auquel ils étaient rattachés. Ceci n’a rien avoir, de mon point de vue, avec la question palestinienne qui n’a rien de religieux et qui est l’opposition à une colonisation opérée par la force. Il s’agissait pour les occidentaux de trouver ”réparation” pour les Juifs, après la Seconde Guerre mondiale, et ils ont offert la Palestine comme butin. Il n’y a rien de religieux dans ce conflit, pour preuve avant la colonisation des sionistes et depuis des siècles des Chrétiens, des Juifs et des Musulmans vivaient en harmonie sur le même territoire, en Palestine.
    Transformer cette question d’usurpation de territoire en une question religieuse est justement la thèse des sionistes et pour laquelle ils cherchent l’adhésion du monde occidental. Tenter de calquer ou la transposer les deux situations ( ancienne et actuelle) qui ne sont transposables est me semble-t-il est inexact.
    La guerre de Ghaza n’est pas la guerre d’une seule faction du peuple contre un occupant qui l’emprisonne et l’empêche de vivre naturellement, c’est une guerre de décolonisation d’un peuple dans sa totalité, un combat pour la liberté et pour des droits humains élémentaires. Qu’on accorde ces droits aux Ghazaouis et on jugera après. Affirmer autre chose c’est amplifier la propagande sioniste qui tente par tous les moyens avec l’aide d’occidentaux sionistes ou ‘sionisés’ de décrédibiliser la lutte de libération de leur terre occupée par des envahisseurs sionistes. Dans le mot sioniste, je ne mets aucune connotation religieuse. Il y a des sionistes qui ne sont pas juifs et des juifs antisionistes.
    2- Maintenant pour la situation du monde arabe et musulman, il y a une politique pensée et délibérée de reconfigurer le monde arabo-musulman du moyen orient (MO) et cette question n’est pas étrangère à la présence d’Israël dans la région. Selon les concepteurs et stratèges de cette politique et ses exécutants, il faut le moyen d’assurer une suprématie d’Israël dans le MO . Lui assurer une supériorité sur tous les plans : militaire, économique, culturel…… C’est une attitude idéologique confortée par la supériorité et le prestige de l’occident et aidée en cela par les dictatures et les égoïsmes des gouvernants arabes.
    Le moyen le plus rapide et le plus sûr de réaliser cette supériorité est d’affaiblir les potentialités d’éventuels adversaires d’Israël dans le monde arabomusulman. Le procédé : Il faut exacerber les extrémismes de toutes natures dans ces contrées pour détruire les Etats ( j’appelle cela opération de formatage et d’effacement des structures étatiques). Les exemples d’interventions des occidentaux en Irak, Syrie, Libye …sont illustratifs… Démarrer directement ou indirectement le processus du chaos sous n’importe quel prétexte. La finalité de cette opération est la destruction des Etats centraux par les conflits. Les pays seront livrés à des factions, des seigneurs de la guerre qui se neutraliseront mutuellement. En cela, ils sont aidés par la division réussie des pays arabes. Dans une deuxième étape de recomposition, il s’agit d’instaurer des entités de gouvernances programmées au service et d’Israel et des occidentaux. Ces opérations peuvent prendre des décennies.
    Il y a un seul bug dans ce schéma, c’est l’apparition des islamismes. Ces islamistes seront de plus en plus radicalisés au fur et à mesure que l’interventionnisme de l’occident sera de plus évident. Il faut simplement rappeler que les USA et l’Arabie ont été les premiers à instrumentaliser la religion à des fins politiques contre les soviétiques en Afghanistan. C’est l’histoire de l’arroseur arrosé. En cela le rôle du Katar et de la Turquie est une variante du rôle de l’Arabie. L’Iran est une autre histoire. De mon point de vue ce processus est toujours en cours concernera les pays du Maghreb un jour ou l’autre à moins que….

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00