Classement de l’université algérienne,Partez, monsieur le ministre!

Dans notre université, ce sont les méthodes et les moyens archaïques qui sévissent toujours

 

Lorsqu’un miroir vous est tendu pour y voir votre visage n’essayez pas de faire croire que les verrues sont dans le miroir.

Ailleurs, lorsque les universités se portent mal ou sont mal classées, les ministres retroussent les manches, donnent un coup de pied dans la fourmilière et tentent de redresser les choses. Et lorsqu’ils n’y arrivent pas, alors ils s’en vont tout simplement en reconnaissant leur échec et en avouant leur incapacité à diriger le secteur.

Chez nous, cela fait trois ou quatre ans à la suite que le ministre de l’Enseignement supérieur, en voyant que notre université est à la traîne dans tous les classements, nous sort les mêmes arguments: ce classement ne signifie rien, il n’est pas crédible, notre université est meilleure que ce que ce classement veut faire croire, nous avons construit des universités, nous avons augmenté le nombre de places pédagogiques, nous… et nous… et nous…

Soit notre ministre de l’Enseignement supérieur ne comprend rien à ce qui se passe dans le monde de l’enseignement supérieur, soit il n’est intéressé que par le poste, soit les deux à la fois!

Dans ces mêmes colonnes, nous avons attiré l’attention à maintes reprises sur la dégradation de l’Université algérienne. Toute la presse d’ailleurs l’a fait et tous nos confrères l’ont mentionné. Une dégradation que seuls les aveugles et les irresponsables ne peuvent percevoir. De la chute incroyable du niveau des étudiants durant l’ère de l’actuel ministre, à la fuite des enseignants, à l’introduction insensée du LMD, à la généralisation de la médiocrité et même sur le registre qu’il plait tant à notre ministre de défendre, celui des équipements, il faut aller voir comment sont équipés les universités et les laboratoires avant d’avancer n’importe quoi.

Quand apprendra-t-on enfin à reconnaître que cela ne va pas lorsque cela ne va pas? Il y a quelques jours, le ministre de la Santé a bien reconnu, de son côté, que dans son secteur, rien ne va. Pourquoi celui de l’Enseignement supérieur continue-t-il à enfouir la tête dans le marécage de l’irresponsabilité? Il ne suffit pas de dire que l’Université algérienne se porte bien pour qu’elle aille mieux. C’est là une bien étrange manière de gérer que de nier la réalité. Notre université est à terre! Il est temps que ceux qui ont échoué et qui, dans leur échec, ont traîné l’université si bas, s’en aillent. Oui, il faut que les fossoyeurs de l’université jettent les pioches et s’en aillent, qu’on en finisse enfin avec cette gestion ridicule qui consiste à réciter le nombre de structures construites depuis 1999 et de les comparer avec la période d’avant. C’est quoi comme comparaison d’abord? Tout le monde sait que nous avions une bien merveilleuse université, sur tous les plans avant que ne commence le travail de sape qu’on connaît.

S’il y a de nouvelles constructions, c’est grâce au pétrole que nos dirigeants utilisent pour cacher leur incompétence. Louange à Dieu pour ce pétrole, mais qu’ont donc fait les hommes à la tête de leurs secteurs?, Pour revenir à l’enseignement supérieur, il est difficile de trouver une seule chose positive à inscrire à l’actif des actuels responsables du secteur.

Une université doit agir et se faire une place à trois niveaux: l’enseignement, la recherche et les services rendus à la société. Qu’en est-il de l’Université algérienne sur ces trois plans?

Où en est l’enseignement?

Pour l’enseignement, dans notre université, ce sont les méthodes et les moyens archaïques qui sévissent toujours. Et si nous continuons avec les mêmes hommes, nous n’avons aucune chance de changer quoi que ce soit car si, au bout de onze longues années d’affilée dont a bénéficié l’actuel ministre, rien de bon n’a été fait, ce n’est pas demain que les choses s’amélioreraient.

Ailleurs, les méthodes d’enseignement sont en train d’évoluer à grande vitesse. A côté du cours magistral dont le champ se rétrécit chaque jour, il y a une tendance de généralisation des cours participatifs, ces cours dont la philosophie est tirée de l’apprentissage basés sur l’étudiant. La mondialisation et le besoin de faciliter la mobilisation des cadres et des chercheurs ont poussé les responsables des secteurs de l’enseignement supérieur, à travers le monde, à revoir leurs méthodes d’enseignement et le contenu des formations qu’ils dispensent. Chez nous on colle encore et toujours aux mêmes chiffres: les universités construites, les places pédagogiques, le nombre de diplômés (en oubliant de nous dire combien parmi eux ne trouveront pas d’emploi), le nombre de cités universitaires… Non, ce n’est pas le nombre d’universités qui fait la qualité de l’étudiant, et ce n’est pas le nombre de cités universitaires qui donne plus de chance aux diplômés de trouver du travail ici ou ailleurs. C’est la qualité de l’enseignement, c’est-à-dire exactement ce qui est oublié par les responsables actuels du secteur.

Tout le monde en Algérie sait le niveau de nos étudiants actuels. Tout le monde sait que la plupart des licenciés que nous donne l’université d’aujourd’hui ne savent même pas écrire une demande d’emploi. Est-ce là le sujet de fierté des responsables du secteur? Est-ce là la preuve que les classements mondiaux des universités ne sont pas sérieux comme le prétendent ceux qui n’ont rien trouvé d’autre à dire?

Que le ministre fasse donc un tour dans les laboratoires, à l’improviste bien sûr, c’est-à-dire sans avertir six mois à l’avance de ce tour, pour voir le nombre d’étudiants par microscope et le nombre d’étudiants par groupe. Pour voir que les laboratoires ne disposent même pas parfois de lamelles, que dans certains il n’y a pas d’eau, que d’autres, il n’y a pas de produits… De quel enseignement peut-on parler dans ces conditions?

Que le ministre aille, à l’improviste dans les bibliothèques pour voir à quelle heure cela ouvre et à quelle heure cela ferme et pour voir ce qu’elles offrent comme conditions de travail! Que le ministre aille dans les classes et les amphis, toujours à l’improviste pour empêcher les falsificateurs de biaiser la visite par les arrangements éhontés, et il verra que, jusqu’à aujourd’hui, les gens enseignent avec la craie, la brosse et le tableau alors que les autres pays ont dépassé cela. A croire que nous sommes à l’âge de pierre! En quoi a donc évolué notre université depuis la venue des responsables actuels du secteur? Dans chaque université, posez la question monsieur le ministre et l’on vous racontera l’histoire de thèses copiées, volées sur Internet et qui, par un miracle ou un autre, passent avec beaucoup de mentions et d’égards! Est-ce cela la fierté de l’université et est-ce là la preuve que les classements mondiaux sont injustes envers notre université?

Où en est la recherche?

A côté de l’enseignement qui ne fait pas honneur, la recherche patine. Elle n’est pas mieux lotie. Quelles sont donc nos publications internationales? Et quelles sont nos publications dans les revues classées mondialement? C’est malheureux à dire mais nos voisins marocains et tunisiens publient beaucoup plus et beaucoup mieux que nous dans ces revues. La faute? Il y en a beaucoup, à commencer par les stages de courte durée qui sont devenus une sorte de prime de silence. Peu d’enseignants utilisent ces stages convenablement, ces stages qui, au départ étaient destinés à la recherche et qui non seulement n’ont rien donné sur ce plan mais qui, maintenant, servent plutôt comme simple prime de sortie du territoire du moment qu’il n’existe pas un contrôle rigoureux qui oblige les enseignants bénéficiaires de ces stages à avancer réellement dans leurs travaux ou à publier dans des revues de rang international. Le ministère a-t-il jamais tenu la comptabilité de ces stages? A-t-il jamais érigé une liste des bénéficiaires pour constater qu’il y a énormément d’anomalies sur ce chapitre? Il n’est jamais trop tard!

Nos universités disposent toutes ou presque de revues scientifiques. Est-ce que le ministre a eu l’idée, ne serait-ce qu’une fois, d’évaluer ces revues? De voir comment s’y effectue la publication et qui y publie? Tout le monde sait que beaucoup de ces revues n’ont été créées que pour allonger les CV des uns et des autres. Erigées sur la base du «publie-moi, je te publierai», tout le monde sait comment y a lieu la publication. Tout est vérifiable, il suffit de tracer et faire évaluer les papiers qui y sont publiés pour se rendre à l’évidence.

Les chercheurs algériens qui cherchent des revues sérieuses n’en trouvent pas dans le pays sauf quelques-unes. Et encore! Car il faut surtout chercher hors université!

Où en est le LMD?

L’introduction du LMD est une catastrophe à tous les égards. La réduction du temps d’apprentissage, la dilution des méthodes, la dégradation de la connaissance, le mensonge, l’inadéquation entre l’objectif et les moyens et l’on en passe… à quoi a donc servi le LMD? A réduire le temps de passage des étudiants à l’université? A permettre l’absorption d’un plus grand nombre de bacheliers?

Il est des questions que les responsables à venir du secteur se doivent de se poser. A propos de tout dans l’université. Si l’Europe a opté pour le LMD, ce n’est pas une raison suffisante pour que nous l’adoptions car, non seulement dans notre université, nous ne savons pas imaginer des solutions à nos problèmes, mais nous ne savons même pas imiter les autres. Où est la passerelle entre le système classique et le système LMD? Combien sont-ils à avoir été obligés de s’arrêter au niveau de la licence à cause du manque de cette passerelle? Et quel est l’avenir des titulaires de la licence de trois ans, LMD? Seront-ils classés comme ceux qui se sont tapés quatre années ou bien leur licence sera-t-elle dévaluée? Il en est de même des docteurs issus du système LMD, seront-ils des trois quarts de docteurs ou des deux-tiers d’enseignants ou bien leur reconnaîtra-t-on, comme les autres leur diplôme? Drôle de situation que celle créée par les responsables actuels du secteur qui, en plus, refusent de reconnaître que l’Université est, de par leur faute, à terre!

Service à la communauté

Une université qui se respecte constitue un phare pour la société dans laquelle elle se trouve. Elle y sème et préserve les valeurs, elle y diffuse la connaissance, y insuffle l’esprit d’initiative, y apporte la science et la technologie, résout ses problèmes et lui apporte les réponses adéquates aux questions importantes. Où en est notre université de tout cela? Nous laissons le soin aux responsables de l’enseignement supérieur d’y réfléchir, seuls face à leur conscience…

Une évaluation externe doit toujours être prise au sérieux. Comme ce classement des universités qui doit donner à réfléchir au lieu de donner lieu à des réactions issues d’un mauvais instinct de conservation… du poste. Il est sans doute facile de jouer à la démagogie plutôt que d’essayer de travailler et il est encore plus compliqué de reconnaître son incompétence, mais lorsque, de par cette incompétence c’est le pays et ce sont les générations à venir qui paient, alors mieux vaut partir. Oui, cela suffit, Partez, monsieur! Partez, monsieur le ministre!

Par Aissa Hirèche / l’Expression


le 21 juillet 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
21 juillet 2013

1 Commentaire pour “Classement de l’université algérienne,Partez, monsieur le ministre!”

  1. HKM

    beacoup de chose ont été dit sur les universités..il ya une chose il ya le terme
    dans le coran on parle de Ajale..el ajale marque generalement la fin d’un processus..ce processus est arrivé au terme de son parcours..il n’a pas ou allez, tous les horizons sont bouchés..Vous vous souvenez ce qui se passait au sonelc dans les années 83-86?? On faisait jeter les televiseur CT4 par dessus le grillage et il ya des gens qui les recuperaient, les composants éclectroniques sortaient par kg dans les coufins des travailleuses..un circuit de trafique c’est installé..l’vanue de mostaganéme a Oran est devenue une suparmarché de distribution des composants de la sonelec….
    ce qui arrive a la sonelec arriva a l’université comme il est arrivé aux ecoles d’agricultures?? Et ici l’auteur parle d’université. les gens qui composent l’université a bel abbes mascara tec ne savent pas quoi c’est quoi une université car ici en algerie on n’avait qu’une seule université celle d’alger..
    l’algerien n’avait le temps de faire des études car il avait des biens familliaux en heritage a faire tourner..il ne va pas laisser 1000 tetes de moutons et 20 hectare en olive pour aller a l’université étudier des betises et idiotie 44latoucbi3ou wala toughni min jou344 comme e=mc² ou les equations dérivées partielle en mathematque..??Un arbre d’oliviers donne 80kg d’olive avec un taux de 40%en huile faites vos compte pour un seulement un hectare…les gens cherche ce savoir utile..comment tirer profit et devenir autonome et redevenir producteur de richesse …
    a part la medecine le churdent la pharmacie et le genie civil que faites vous avec les autres specalités?? meme les enseignants en physique chimie biologie science sociale mathematqiue eux meme courent pour placer leurs
    en medecine…mais ils ne peuvent pas car il ya la moyenne du bac..si l’enseigant lui meme n’est convaincu de ce qu’il fait comment voulez vous qu’il fasse des progres dans son domaine??
    le terme de la chose va arriver un jour ou l’autre
    le privé va ouvrir les ecoles et le mnistère ne pourra plus les empecher, car il ya la finance..le gouvernement n’aura plus d’argent pour financer les études..enlevez les bourss et vous allez voir combien d’etudiants vont revenir..
    la facultés qui vont fermer les unes a^pres les autre suite au manque d’etudiants..la première faculté des science ensuite de biologie ensuite de sociologie philosophie, elle ne reste ouverte ouverte que la faculté de genie civile et mecanqiue, medecine et droit sans science politique..

    le groupe hasnaoui va ouvrire ses propres instituts en genie rurale et agronomique il n’a pas le choix sinon il sera bouffé par les multinationales..
    le groupe benkalfate dans le genie commerciale et mecanique
    le groupe chiali dans le genie hydraulique et plasturgie
    le groupe sonelgaz dans le genie electrique et electronique
    le groupe sonatrach dans le genie mineral

    donc la sonelgaz est obligé de faire une opa sur le reste de l’ENI pour la racheter la fermer et ensuite voir ce qu’elle devrait faire d’elle..

    l’algerie est entrain d’etre dévorer partie par partie il faut que sonelgaz et sonatrach devorent le maximum et ne rien laisser…en rachetant les université les ecoles..tout et le mettre sous perfusion en attendant de leurs trouver une solution manageriale..au koweit le manager de la faculté de pharmacie est un anglais de 55 ans…lorsqu’il dit rouge c’est rouge et lorsqu’il dit blanc c’est blanc..en science il ny a pas de melange entre rouge et blanc pour obtenir le rose ..le melange c’est en politique ..dit que tu es un fils de moujahide et tu agira en dehors des regles..et on applique pas son rouge il convoque les interessé et ordonne au comptable de leurs reglers leurs derniers salaires..va vendre de la viande de dromadaire ici on fait de la pharmacie..”rouh bi3 elhame ennaga..hna ndirou la pharmacie”

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00

Nombre de Visites :

  • 6 638
  • 6 829