Décès de Ghaouti Faraoun , un grand poète

Notre ami lecteur  Hamid nous a informé du décès du grand poète Ghaouti Faraoun qui vient de tirer sa révérence ce 29 septembre 2013 a Grenoble. Nous en reprenons une petite compilation tirée d’un peu partout du net sur cet homme natif de Sidi Bel Abbes, le 5 janvier 1936 .

Ghaouti Feraoun, comédien, poète et conteur algérien nous a quitté le 29 septembre 2013 a Grenoble.Faraoun Ghaouti

Michel Hindenoch  a posté dans son blog “Le jardin d’Hinde” , ce jeudi 3 octobre ce qui suit :
Ghaouti est parti le 29 septembre dans son sommeil rejoindre les soleils qu’il a chantés toute sa vie. Décidément, la saison vient où les grands-frères commencent à partir. C’est vrai, il est tard, le temps file. Inutile de chercher comment les retenir. Ils laissent pour toujours derrière eux la poussière d’or des souvenirs qui rien que parce qu'”ils ont été une fois” ne peuvent pas mourir.”

El Watan a, dans son édition du 22/11/2007 , fait état d’un accident que Faraoun Ghaouti
Ghaouti Feraoun, comédien, poète et conteur algérien, a été victime d’un grave accident de voiture mardi soir et était en service de réanimation hier dans un hôpital parisien où il a subi une intervention chirurgicale, apprend-on auprès de l’un de ses proches. Le comédien, 70 ans, a été touché au visage et au thorax. Il avait quitté la ville de Grenoble à destination de Paris où il devait animer une rencontre sur le théâtre, indique notre source. Né le 5 janvier 1936 à Sidi Bel Abbès, Feraoun collabore de 1963 à 1965 avec Jean Sénac à des émissions radiophoniques de poésie. Il a également interprété ses œuvres et celles des grands auteurs tant classiques que modernes et sa « prédilection va aux textes des poètes contemporains », souligne cette même source.

 Un artiste à connaitre et faire connaitre. (par “poèmes timbrés” de Georges Berger ):

Un jeune homme mince en veste à rayures bleues et noires, chemise blanche et cravate bien nouée, la guitare au bout d’un bras qui sans cela eut été inutile et des yeux qui faisaient pâmer les filles ; c’est l’image que je crois avoir conservée de Ghaouti Faraoun (prononcer vaguement Raouti, en sifflant sur le t ) quand nous nous sommes rencontrés, pour la première fois. Il faisait toujours semblant d’arriver de quelque part. Peut-être était-ce à la cantine de la Radio Télévision Algérienne qui nous employait tous les deux ; lui à la discothèque et moi dans des émissions de vie quotidienne et de poésie. Cela nous a permis de passer ensemble l’exaltante première année d’une République où l’on croyait à mille choses possibles. Nous étions en décembre 1962. Nous étions portés par le soulagement général de tout un peuple qui n’attendait – naïf – que le temps du bonheur. Les nuages n’osaient pas se montrer en plein jour ! On faisait semblant d’oublier les misères et les crimes passés. Nous avions autour de nous une quinzaine d’amis de  vingt à  trente ans et cet âge nous permettait de croire que la vie recommençait chaque matin.  Nous formions une bande de jeunes hommes et de jeunes femmes  amoureux les uns des autres, sans voiles et sans oripeaux…

Ghaouti séduisait tous ses amis avec des chansons à la mode dont les compositeurs et les interprètes  s’échappent déjà de ma mémoire. Il disait des poèmes de Jean Sénac, assassiné depuis ou de Malek Haddad, un poète encore et romancier qui n’attend plus la réponse « du quai aux fleurs ». Hélas ! Ce temps comme un autre eut une fin, la vie m’appelait ailleurs. Je rentrai en France. Quand le rideau fut tout à fait baissé, Ghaouti débarqua lui aussi à Orly (en ce temps) et commença une vie de comédien, chanteur, poète, brocanteur, ami délicieux et séducteur involontaire, sculpteur, magicien superbe. Il a vécu, passé des gués, des joies, des peines, Il n’a jamais cessé de produire lentement mais surement des choses qui n’appartiennent qu’à lui et qui se révèlent, petit à petit, être un vrai discours. Beaucoup sont sans doute perdues mais beaucoup demeurent.
Depuis quelques mois je reçois régulièrement de lui et je ne suis pas le seul des lettres dont les enveloppes constituent de poèmes visuels. J’ai le bonheur d’en mettre quelques uns en ligne, aujourd’hui. D’autres viendront ainsi que des poèmes, des textes et d’autres œuvres.  Je demande à chacun qui dispose d’une enveloppe ou d’une autre création de Ghaouti de la photographier ou de la scanner  et de la mettre en ligne. Envoyez moi un mail et je vous communique le mode d’emploi. Vous pouvez aussi laisser vos commentaires.

Georges Berger — Juillet 2010


le 05 octobre 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.

05 octobre 2013

1 Commentaire pour “Décès de Ghaouti Faraoun , un grand poète”

  1. ahmed Khiat

    Mes condoléances à la famille Feraoun. رحم الله الفقيد وأسكنه فسيح جنانه

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00

Nombre de Visites :

  • 1 428
  • 7 517