Décès du journaliste et critique gastronomique Mohamed Medjahed

MEDEA – Le journaliste et critique gastronomique Mohamed Medjahed est décédé samedi à l’hôpital de Kouba (Alger) à l’âge de 64 ans, a-t-on appris dimanche auprès de sa famille à Médéa.

Natif de la ville de Sidi-Bel-Abbès, le défunt avait travaillé, depuis les années 1980, comme journaliste free-lance pour le compte de plusieurs journaux et revues spécialisées en Algérie.

Mohamed Medjahed, “Momo” pour les intimes, vouait une grande passion pour la gastronomie, au point de devenir une référence au sein notamment de la corporation, grâce à sa chronique hebdomadaire dans le journal Liberté.

Outre sa passion pour l’art culinaire, “Momo” était également un “chasseur d’images” qui, en dépit de son âge et de la maladie, n’hésitait pas à parcourir de longues distances, aussi bien à Médéa où il résidait depuis plusieurs années, qu’à travers le pays pour “immortaliser” des objets, des sites ou des personnages que son œil aiguisé réussissait à capter parmi tant d’autres objets.


le 25 décembre 2012


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
25 décembre 2012

3 Commentaires pour “Décès du journaliste et critique gastronomique Mohamed Medjahed”

  1. Mijo

    “A Dieu nous appartenons, à Lui nous retournerons”
    Sa disparition m’a bouleversé. On a perdu un homme de grande valeur. Je présente mes sincères condoléances à sa famille et ses amis.Allah yarhmah ou yarghfarlah

  2. omega

    C’est avec grande émotion et une profonde tristesse que j’ai appris dimanche dernier le décès de mon ami d’enfance et ancien camarade de classe Mohamed MEDJAHED dit Momo, des suites d’une longue maladie.
    Tous deux natifs de la Graba et de Monplaisir où nous partagions nos jeux, nous fréquentions, enfants, la même école, puis adolescents, le même lycée ( Laperrine /Azza actuellement) jusqu’au milieu des années soixante, période à laquelle je l’avais perdu de vue, chacun pris par le tourbillon de la vie et par la poursuite de son destin.
    Après cette séparation de plusieurs longues années, et à l’occasion de retrouvailles sur la toile, j’ai su qu’il était diplômé de l’ Institut des Techniques Hôtelières et Touristiques de Bou Saada où il avait accompli des études émérites dont il était sorti major de promotion en 1972, pour réaliser par la suite une belle carrière dans le domaine de l’art culinaire et de la gastronomie algérienne, d’enseignant dans sa discipline tout d’abord, puis tout aussi brillamment ensuite, de journaliste spécialisé dans la presse écrite ( « Mass-Meïda », d’El Watan , à ses tous débuts) où nous découvrions la maestria de sa plume et la virtuosité de son art, et dans le domaine radiophonique, où il nous étonnait par l’éclectisme de sa culture et l’intelligence de ses propos autour de la gastronomie.
    Il chérissait son métier et aimait à faire partager autour de lui les joies que lui procurait cette passion, notamment dans le blog « sbakhayi », pionnier de la presse électronique de Bel Abbès, où il communiquait son engouement et son enthousiasme pour la cuisine locale de notre région, dont il cherchait à en restituer la diversité des mets et la subtilité des saveurs.
    Dans nos derniers échanges épisodiques de mails qui remontent à moins de trois années de cela, il évoquait souvent notre enfance et nos souvenirs communs, ses études et son parcours professionnel, ses espoirs et ses projets (un guide de tourisme et de gastronomie algérienne en gestation, je crois, qui lui tenait tant à cœur, mais qui semble ne pas avoir abouti), mais il ne disait jamais rien sur son état de santé, en digne et fier enfant de Sidi Bel Abbès, tant cette pudeur des sentiments s’alliait tant à son habituelle discrétion et à sa grande modestie.
    Avec son départ, et certainement comme pour beaucoup de ceux qui ont connu cette personne si sincère et spontanée, joviale et si attachante, d’une grande sensibilité et d’une extrême simplicité- (tant et si bien, qu’il était de ceux avec qui l’on voulait vite devenir ami )- je réalise amèrement que c’est encore, une fois de plus, une grande figure bel-abbésienne qui nous quitte aujourd’hui….
    Mais ceci est la Volonté de Dieu. Alors, repose en paix cher Momo, Allah Yerhmek. Tu resteras toujours présent dans nos cœurs !
    En cette douloureuse circonstance, je présente à la famille MEDJAHED mes condoléances les plus sincères et les plus attristées.
    Inna lillah wa inna ilayhi radji3oun.

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00