Dr Mohamed Bekkat Berkani : «Nos hôpitaux tuent»

Dans un service de gynécologie obstétrique à Alger. New Press

Dans un service de gynécologie obstétrique à Alger. New Press

Jamais la santé des Algériens n’a été autant mise à mal comme elle l’est aujourd’hui. Mohamed Bekkat Berkani, président du conseil national de l’Ordre des médecins, en est conscient et reconnaît que nos hôpitaux se trouvent dans un état «délétère». Ce sont, d’après lui, «des hôpitaux qui tuent». Il s’exprimait ce matin sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale. «Quand vous vous présentez pour une consultation quelconque et que vous obtenez un rendez-vous, pour des mois plus tard, vous êtes face à une situation qui ne prête pas à l’optimisme», a-t-il regretté. Selon le représentant des médecins, «l’accès aux soins est devenu, aujourd’hui, très difficile aux Algériens». Les médecins n’arrivent plus à faire convenablement leur travail, car les conditions d’exercice de leur profession sont de plus en plus catastrophiques. Les hôpitaux existants sont saturés et les nouvelles infrastructures en construction accusent des retards énormes. A cela s’ajoute, relève-t-il non sans désolation, la désorganisation du système de santé «préjudiciable pour à la fois le médecin qui ne trouve plus ses repères et le malade également perdu et désorienté». Le Dr Berkani met en cause également la mauvaise formation des personnels médicaux. Pour lui, le mal est profond, car la réforme engagée depuis quelques années est «caduque et totalement dépassée et inadaptée au contexte actuel du pays». La multiplication des établissements de santé de proximité dans chaque commune «ne sert absolument à rien», car ce sont là des structures qui ne disposent pas de moyens humains et matériels pour la prise en charge des malades. Des hôpitaux qui disposent de services n’arrivent pas à répondre à la demande des malades. Pour le président du conseil national de l’Ordre, les ressources financières ne sont pas assez suffisantes pour permettre de développer le système de santé et assurer, par la même, un service de santé de qualité. «L’Algérie ne consacre que 5% de son PNB (produit national brut) au secteur de la santé.» Un budget infime par rapport, par exemple, à la Tunisie, qui ne dispose pas des mêmes ressources financières que l’Algérie, mais qui consacre plus de 7% de son PNB à la santé. Pourtant, le secteur de la santé représente le 5e budget de l’Etat avec plus de 400 milliards de dinars en 2013. Il appelle dans ce contexte à revoir profondément ce système, et à améliorer ses ressources financières et leur utilisation pour un meilleur résultat.
Fahim Amraoui/Algérie patriotique


le 21 avril 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
21 avril 2013

5 Commentaires pour “Dr Mohamed Bekkat Berkani : «Nos hôpitaux tuent»”

  1. Mijo

    oh les pauvres femmes….C”est quand même dingue cette situation !
    Oui c’est vrais c’est honteux de voir ça… !
    Et moi qui me plaignait d’avoir des douches communes avec l’étage pour mon 1er accouchement, j’ai honte de moi maintenant ! On se remet en question quand on voit ça….
    J’ai une belle soeur qui a accouché il y a qq mois dans des conditions épouvantables. Elle est restée à souffrir pendant deux jours parce qu’il n’y avait pas de medecin pour faire l’accouchement alors qu’elle avait besoin de forceps voire d’une césarienne !Son mari a du payer un medecin pour qu’il le fasse ! elle souffrait tellement qu’elle avait dit au revoir à ma belle mère pensant mourrir ! c’est monstrueux, en tout cas elles ont beaucoup de courage ces femmes.
    Sans compter ceux qui décèdent dans les hôpitaux pour faute et erreur médicale, et la famille n’a que ses yeux pour pleurer. Ils ne peuvent même pas se retourner contre les hôpitaux…
    Et après on va me dire que l’Algérie c’est bien ? Si tu es riche là bas, tu es bien mais si tu es pauvre, c’est la misère ! Bah moi franchement, désolée, mais ça me dégoute !
    Les riches peuvent aller dans les cliniques pour se faire soigner, et les pauvres, ils font quoi ?
    Vous remarquerez sur les photos les draps sont ceux apportés par les patientes. Les draps de l’hôpital, ????????????????!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    On se demande bien où passe l’argent en Algérie ? Corruption quand tu nous tiens …..

  2. Adil

    Erratum: lire ce n’est pas de médecins dont a besoin , mais plutôt de médecine .

  3. Adil

    Mon dieu quelle pitié pour toutes ces femmes pour ne pas être méchant je dirai quelse pays prend ses citoyens pour du bétail et que toutes les structures et établissements de Sante ressemble à des écuries ,à voir l’état dans lequel son disposées toutes ces pauvres dames qui attendent de donner naissances à des êtres humains et non pas de porter bas des petits veau ou des petites chèvres .
    Voilà pourquoi vertains fortunés viennent en France pour accoucher et enduites avoir des extraits de naissance et obtenir des documents français pour leurs enfants .
    Alors pourquoi cette décadence pour un pays qui par ses richesses pétrolières et gazières en est réduit à cette bassesse.
    Je conclurai par dire que l’algérien n’a jamais était ni libre ni indépendant encore
    moins démocrate.
    Je trouve que le président du conseil de l’ordre à omis de dire que ce n’est pas de médecin dont on a besoin ,mais plutôt de médecins .et que les facultés de médecine arrêtent de délivrer des diplômes à des incompétents .

  4. BOUBAKAR

    il n’y’a pas que les hopitaux qui tuent;;il y’a presque tous les administrations qui nous causent des “maux” ;les problemes “sociaux” sont plus profonds qu’on y pense!!!

  5. hakim

    Il parait qu’on est indépendants et que nous jouissions de tous nos droits, nos commodités,nos infrastructures médicales administratifs, et ( tutti chuantti) n’est-ce pas ? République Algérienne Démocratique et Populaire.

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00