En hommage à l’artiste peintre feu Abdelkader Taibi son fils le Dr Ahmed expose ses œuvres.

 

Sans titreEn hommage à  feu Abdelkader Taibi,  l’artiste- peintre, graphiste, décorateur et poète,  l’une des figures emblématiques, la Maison de la culture Kateb Yacine a exposé pour la première fois  ses 22 œuvres de  peinture  du 18 au 21/mars/2013  sous l’initiative de son fils, le Dr Taibi Ahmed….L’artiste peintre  est né le 28/02/1950  dans un petit village de grande Kabylie  du nom de IVLILEN et décéda le 02/02/2010 à Alger suite à une longue maladie

Jusqu’à l’âge de 7 ans, le jeune  Abdelkader  vivra dans l’ambiance d’une famille nombreuse mais extrêmement heureuse, composée de 9 personnes avec un père qui tout en étant le chef de village, était  maçon de profession et joignait « les bouts du mois » comme  tailleur de pierre en ses moments libres.  Abdelkader Taibi avait une grande admiration pour son père auquel il lui reconnaissait une  sagesse hors du commun « qui valait tous les recueils d’humanisme et de jurisprudence » qui en donneraient des  leçons de civisme- En 1957  toute la famille  Taibi se voyait contrainte de fuir le tableau 1village IVLILEN, bombardé sans répits par  l’aviation coloniale. La famille quittait le village natal de grande Kabylie pour s’installer à Alger- Cette rude période marquait pour longtemps le jeune Taibi Abdelkader. Une  difficile séparation des racines natales pour se rendre dans une grande ville où l’invivable était plus atroce que celui qu’ils ont fuit. Pendant  très longtemps, ils demeuraient dans l’impossibilité de s’adapter dans ce monde de béton matériel et humain. Un monde qui les avait adopté  en leur offrant la difficulté de vivre et de se mouvoir après leur avoir fait quitter la beauté des montagnes verdoyantes par la royauté des oliviers, la limpidité des sources de jouvence, l’odeur toujours enivrante de la terre humide et surtout la simplicité et  l’honnêteté de cette population berbère.

Taibi Abdelkader continuera  toujours à dire à ses enfants « que les bâtisses modernes de la ville Sans titre 2ne valent en rien la simplicité  des maisonnettes de montagne en pierres noires ou en  tuf ! Les routes  bien tracées d’Alger ne représentaient  rien devant les sentiers qui inondaient de par leur fraicheur et leur senteur de vie ». Les deux sortes de paysage qu’il venait à amalgamer malgré lui, étaient les  éléments qui formèrent la fabrique de couleur et d’arc en ciel qu’il devenait…Cette délocalisation de la famille, les faisait vivre dans la totale  précarité où presque 25 personnes de la même famille vivaient dans un appartement de 80 m2 – Abdelkader Taibi  fut scolarisé et « c’est précocement qu’il a commencé à produire ses premières esquisses aux couleurs chatoyantes où s’expriment son imaginaire et sa forte personnalité », nous confiera Ahmed. A  partir de 15 ans, il se découvrait une passion pour le dessin- Il devenait également un lecteur très assidu qui  s’accrochait à tous les livres qui lui tombait entre les tableau 2mains et son argent de poche servait à acheter les revues et  bandes dessinées de l’époque- Ces  livres de dessins animés et roman photos devenaient les éléments déclencheurs de son style. A 17 ans, il optait pour effectuer ses études d’art plastique à E.N.B.A. d’ Alger de 1967 à 1971 et de 1971 à 1974 toujours à l’ENBA pour obtenir le diplôme CAFAS. Compte tenue de  ses notations, il  fut désigné avec  un autre étudiant pour aller faire des études en France .Il  surprit son directeur d’Institut en lui proposant une transaction qui consistait de financer l’apport d’un  professeur français d’art plastique avec l’argent prévu pour leur formation en France et de la sorte permettre à tous les élèves de bénéficier de l’enseignement de qualité à domicile- L’administration trouva l’idée génial et elle s’exécutait en  répondant au judicieux vœux de Taibi Abdelkader.-De 1971 à 1976, il  optait pour une nouvelle spécialisation de communication  audio-visuelle au sein de la même ENBA. Cette  nouvelle orientation professionnelle était destinée à lui assurer les moyens de subsistance en obtenant avec son nouveau diplôme un emploi  dans le monde de l’audiovisuel. Une fois marié, il continuait à vivre avec ses  08 enfants dans une seule pièce d’un bâtiment sis dans la grande Alger.

Sans titre 3Avide d’apprendre davantage  et à outrance, tout se qui se rapporte à la littérature aux sciences médicale, il faisait profiter tous ceux qui l’approchaient des résultats de ses recherches et des découvertes que la lecture lui permettait. Son fils nous contera une anecdote sur le bonheur que lui procuraient les livres : « un jour  alors qu’il était jeune adolescent, son père lui donnait de l’argent pour acheter du ravitaillement pour la maison, il  revenait le soir avec un couffin rempli de livre au lieu des aliments qu’il devait apporter. Son père qui connaissait  bien son fils, réagissait positivement avec un grand rire et  sans lui faire de reproche ». En parlant de son père à ses enfants, il leur disait : « votre grand père était un grand artiste à sa manière, avec des pierres, il  avait l’art de faire  de  merveilleuses  maisonnettes et presque toutes ces maisons construites sur tableau 3les collines étaient son œuvre et le soir, il s’adossait à un mur à proximité d’un olivier qui offrait chaleureusement son ombre  et les contemplait avec amour  car chacune d’entre elles, lui rappelait un temps et son contenu ! » .Mais, un jour le Viel homme très respecté par les voisins en sa qualité de médiateur qu’il était, il accusa d’une foudroyante hypertension qui le cloua au lit avec une hémiplégie. Cette dernière finit par  l’emporter  après deux longues années d’alitement-

tableau 4Abdelkader Taibi grandit rebelle et très nationaliste. Il aimait passionnément son pays, au point de refuser lors de ses formations en France, les propositions qui lui ont été faites  avec garantie  d’emploi, des avantages et logement de famille. Mais il préférait  demeurer dans son pays. Il disait « l’étroitesse dans mon pays  valait toutes les largesses d’un autre pays » Il  dessinait  et ne cessait de le faire pour la seule passion de peindre. Selon son fils le Dr Taibi Ahmed, l’artiste  a peint des centaines de miniature qu’il offrait,  il n’en a gardé que ces 22 œuvres que le fils se chargea d’encadrer pour l’exposer, là où il n’était pas connu.Il n’a  jamais cherché à vendre  une de ses œuvres, qu’ils considéraient comme  « ses enfant » et « un enfant  ne se vend  pas » disait-il- « Les figures ou motifs  qu’il étalait sur toile  étaient confrontés à chaque fois à des images nouvelles comme un incessant va-et-vient entre les types d’images liées entre elles par la forme en deçà ou au-delà des sens qu’elles  tableau 6opposaient, Mais aussi des sujets d’inspiration étaient la nature, l’amour et surtout la liberté qu’il exprimait dans ses œuvres miniaturisées dans son style très original selon les artistes, qui  sont une amalgame constitué de cubisme et d’abstrait » m’expliquait Ahmed son fils qui tout en étant Docteur en Agronomie, Maitre de conférence et chercheur en Ornithologie au département d’agronomie de l’Université Aboubekr Belkaid de Tlemcen, devenait progressivement, par la force du sang et dans l’ombre de son projet artistique,  la continuité par excellence du père. Et toutes les Images exhumées de la mémoire sous formes de bribes de souvenirs, échos de son enfance, impressions, se métamorphosaient pour l’obliger à devenir  des réalités qu’il nous  propose jalousement mais fièrement Il avait également la passion de l’écriture et il s’activait à faire beaucoup de chose dont celui d’apprendre à tirer sa révérence un acte de courtoisie peut être, mais aussi, pour Taibi Abdelkader, il n’a pas manqué de le faire, dans son carré de soumission et de révolte silencieuse, que les mots n’ont pas cessé  d’expliquer à travers « Ahna Kaci Yamout ».

Le rire de l’artiste se faisait plus ironique contre le sort qui  est sa seule façon de libérer les larmes, et ces Sans titre 4larmes, qui faisaient défaut  n’ont pas cessées de jaillir,”jaillir avec les mots de la fin”. Nous avons compris, son fils et moi, que  l’horloge du temps se donnait du plaisir. Taibi Abdelkader a été à la recherche permanente non pas du bonheur absolu, qui n’existe pas, mais de perles de bonheur semées tout au long du chemin, même tortueux, qu’il a longé. Ses beaux textes, étaient le reflet de l’âme qui se promène au tableau 5gré de la sensibilité, qu’il nous a fait découvrir. L’Humanisme se dégageait à travers ses toiles et ses mots, « l’on vis au milieu du peuple et non à côté. Nous en  ressentons la douleur, l’on en connait la profondeur des cicatrices » disait il avant de tirer sa révérence au monde des vivant et quitter la scène qui avait encore besoin de lui.. « C’est dire que même mort, le souffle de son inspiration et la portée de son talent resteront à jamais gravés dans les mémoires de ceux qui savent reconnaître et apprécier les œuvres de qualité .Maintenant qu’il n’est plus de ce monde, ses œuvres et ses poèmes se chargeront de transmettre, la passion et la joie de vivre pour son pays qui ne mourront jamais »

K.Benkhelouf

Facebook Comments
04 mai 2013

le 04 mai 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
04 mai 2013

6 Commentaires pour “En hommage à l’artiste peintre feu Abdelkader Taibi son fils le Dr Ahmed expose ses œuvres.”

  1. Reda TAIBI

    Je me permets de publier quelques commentaires que j’ai reçu dans ma boite email de la part des amis (sans cité les noms bien sur).
    de la part d’une amie :
    effectivement sœur, Baa nous manque beaucoup, il me visite chaque semaine dans mes rêves, surtout la veille de l’acceptation de la publication de son livre, et avant l’exposition. il était heureux des sa, et je suis fière de le faire pour notre papa, et je ferai de mon mieux pour rendre un grand hommage a ce grand monsieur qui a tous donné a l’Algérie.
    salem Réda,
    J’ai lu l’article consacré à ce formidable père que tu as pu avoir allah yerahmou.
    C’est dommage qu’on ne la pas connu quant il fut vivant, c’est le cas des artistes dans notre pays tout le monde se rend compte de leur valeur aprés qu’ils nous quittent.
    Bref tu dois être fier de ce papa et transmettre à tes enfants son histoire et son savoir faire dans la vie comme il a déja fait avec sa famille.
    de la part d’un ami :
    Salut Réda. Je comprends maintenant pourquoi tu es un peu fou, comme tous les créateurs, les inventeurs et les artistes . J’ai une grande admiration et une immense considération pour les artistes de chez nous qui restent très attachés au pays qu’ils chantent à leur manière. Ton père devait être un type bien, un rebelle que j’aurais bien voulu rencontrer et connaitre. Rabi yerahmou. Et, d’ailleurs je suis un peu surpris de ne pas l’avoir connu alors que nous sommes de la même génération. Bon maâlich, je vais me contenter du fils qui à mon avis est aussi un type bien, talentueux et intelligent.
    de la part d’un collègue :
    slt
    sincèrement ça m’a fait un grand plaisir de voir une telle récompense
    pour une personne qui mérite toute sorte de respect et meilleurs
    sentiments .
    le plus beau dans tout çà c’était l’initiative qu’a fait son fils
    avec des touchés décoratives qui représentent typiquement un
    comportement civiques de personnes intellect qui veulent investir
    dans leur société leurs coutumes respectueuses.
    cordiales salutations
    Bon courage Réda.
    de la part d’une amie :
    Salem alaikom Réda, j’espère que tu vas bien, j’étais vraiment surpris par la personnalité de ton papa ALLAH yrahmo et comme tu es trop modeste comme lui on ne sait même pas que tu es le fils de cet homme important ALLAH ybarek wa ALLAH yrahmo.
    Réda ton papa est toujours avec vous et avec nous surtout avec ses ouvres et ces mots et sa personnalité marquante, wa el hamdo LILLAH il va être satisfait de toi et de tes frères, donc on voit bien les fruits de cet homme d’après toi (ذاك الشبل من ذلك الاسد).
    Salem alaikom akhi Réda wa ALLAH yarham el waléd.
    de la part d’une amie ;
    salam Reda,
    je suis vraiment tuochée par cet histoire, je ne savais pas ke ton pére ALLAH yarhmo était un grand artist, t a dis dans le commenter k’il a investit dans ses enfants et c’est une réalité et t le grand exemple de sa. j’espère ke vous serez ts KHAYRO KHALAFIN LIKHYRI SALAF.
    B courage
    de la part de quelques amis de Facebook. merci bcp a mes amis :
    bienvenue ..chez nous Ghardaia, dès mntnt Reda Taibi…marhba et contente de savoir que ton père etait un peintre comme moi…lol !
    on courage et bienvenue à béjaia..
    une oeuvre d’art ya hmed je suis vraiment touché par cet article
    Rebi yerahmou w yla7akna bih fi jentou nchalah
    Allah ibarek …tel père tel fils ! Rabi yara7mou w iwassa3 3lih.
    c très touchant, une vrai preuve d’amour pour ton père allah yerahmou dit toi bien que ton pére allah yerahmou aaraf ye rabi ou khala mourah radjal, je te félicite pour ce que t’as fait
    très bel hommage à ton père allah irahmou, s’il était encore parmi nous il serait très fier de toi Réda,là où il se trouve il l’est certainement
    Merci moun pour le message, toi aussi tu es artiste de ta manière (ecolo).
    Merci Dihi pour ce joli message, merci pour ces mots trés forts que tu a utilisé, inchalah la suite sera de multiplié les expo et la publication des livres.
    Merci a mes amis qui ont fait des commentaires et qui mon envoyé des messages sur yahoo. YARTIKOUM EL SAHA
    un grand merci aussi a Moun et Dehi et Wahi pour les commentaires sur le site.

  2. twa

    T. WAHI
    je suis très touchée par cet article, grand merci monsieur BENKHELOUF .vous avez réveillé en nous des souvenirs qu’on a pas oublier.monsieur TAIBI ABDELKADER était un homme noble et simple dans sa vie.pour nous il restera toujours vivant dans nos âme parce qu il était notre raison de vivre et il restera toujours vivant dans nos cœur jusqu’a la fin du monde.merci a toi réda. rabi yarrahmak ya baba .il nous manque énormément.

  3. moun

    Cet article ainsi que l’exposition et la publication des œuvres du défunt Abdelkader Taïbi par son fils est sans doute le plus beau cadeau qu’on puisse lui faire ainsi qu’à l’art algérien en général.
    Cet artiste de talent et homme atypique a laissé un patrimoine familial et culturel revitalisé grâce à cette initiative. Ainsi, Abdelkader Taïbi restera vivant.

  4. Dihia1984

    Je suis vraiment fière et touchée par cette belle histoire, fière de savoir que Reda Taibi, mon ami et collègue de l’INA est le fils d’un artiste aussi talentueux et d’une personne aussi vrai que Mr Abdelkader Taibi ellah irehmou. Je reconnais dans cet article des traits de caractères et des qualités présents chez mon ami Reda, un héritage précieux que lui a légué son papa. Un héritage non tarissable qui ferra revivre ce grand homme qui est Abdelkader Taibi. Je ne le connaissais pas de son vivant, mais à travers cet article son âme rayonnante et limpide m’a tout simplement touché et impressionné. Je suis aussi impressionné par la qualité de ses œuvres très belles peintures !!!!! Qu’il n’a pas vendu et qu’il ne voulait pas vendre 🙂 Une pensée aussi pour le grand papa qui sans lui cet œuvre ne serrait pas possible 🙂 je désigne par œuvre cette histoire qui se perpétue de pères en fils 🙂 on attends la suite de l’histoire.

  5. Reda TAIBI

    j’invite l’ensemble des gens qui veulent voire les tableaux de mon père a visité l’exposition programmé à Tlemcen entre 06 et 12 juin 2013 au Plais de la culture.

  6. Reda TAIBI

    Je remercie vivement Mr. Benkhelouf pour le travail qu’il a fait, Merci et 1000 merci. l’histoire de mon père est longue a raconté dans un journal, c’est un livre d’une centaines de pages. mon père ete modeste dans sa vie, simple dans ces vêtements, il avait un seul investissement dans sa vie, c’est ces enfants (les 8) et hamdoulah on est bien utile dans la société. Rebi yerrahmak ya baba.

Les commentaires sont fermés

Nombre de Visites :

  • 7 761
  • 6 819

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h35 - 08h58 (*)
12h50 - 14h05 (*)
16h30 - 17h50 (*)
17h15 - 18h38
19h40 - 21h15 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
06h15 - 07h31
06h50 - 08h09
11h30 - 12h49
16h30 - 18h57
ORAN ALGER
06h25 - 11h30
08h00 - 12h00 (*)
12h30 - 17h36
15h00 - 19h00 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h25 11h30
08h00 12h00(*)
12h30 17h36
15h00 19h00(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h15 08h14
09h30 10h34
15h05 16h05
ORAN - CHLEF
16h40 19h13
CHLEF - ORAN
04h30 07h15
ORAN - BECHAR
19h40 05h10
BECHAR - ORAN
20h25 16h16
aez