Le président de la Ligue du football professionnel, (LFP) Mahfoud Kerbadj, a indiqué jeudi qu’aucun des onze clubs des deux Ligues 1 et 2 interdits de recrutement lors de l’actuelle période des transferts d’hiver, n’a encore bénéficié de la levée de cette mesure.

“La situation n’a connu aucun changement dans ce registre, en ce sens qu’aucun des onze clubs concernés n’est encore parvenu à régler ses litiges avec ses anciens joueurs”, a déclaré, à l’APS, le premier responsable de la structure footballistique chargée de la gestion des championnats des deux Ligues 1 et 2.

Le nouveau président du CA Bordj Bou Arréridj, Djamel Messaoudene, a assuré, il y a quelques jours, que son club sera désormais autorisé à recruter lors de l’actuel mercato après avoir régler ses litiges.

“A notre niveau, rien n’est encore fait par les dirigeants du CABBA. Du coup, aucune nouvelle licence ne sera délivrée à cette équipe tant qu’elle n’a pas encore régularisé la situation financière de ses anciens joueurs ayant déposé des plaintes au niveau de la commission des litiges”, a encore précisé le patron de la LFP.

Quatre clubs de la Ligue 1 professionnelle de football, et sept de la Ligue 2, sont interdits de recrutement lors de la deuxième période d’enregistrement, pour n’avoir pas réglé leurs dettes avec leurs anciens joueurs, avait annoncé récemment la fédération algérienne de football (FAF) sur son site.

Il s’agit du MC Oran, du CABB Arréridj, de la JSM Béjaia, du MO Béjaia (Ligue 1), et du CA Batna, de l’USM Annaba, de l’Olympique Médéa, du MSP Batna, de l’USM Bel Abbés, de l’ES Mostaganem, et de l’AS Khroub (Ligue 2), avait précisé l’instance de Mohamed Raouraoua.

Outre l’interdiction de recrutement infligée à ces clubs, la FAF a souligné que d’autres sanctions sont prévues par les règlements.

La LFP avait accordé à ces formations un premier délai pour régler leurs litiges. Ce délai avait expiré le 30 septembre dernier, ce qui a poussé l’instance à convoquer leurs dirigeants afin de leur adresser une dernière mise en garde avant d’appliquer la réglementation en vigueur qui prévoit, comme première sanction, une défalcation de trois points dans le classement du championnat.

Logo_LFP_(Algérie)

2 thoughts on “Football: Ligues 1 et 2 : “Aucune levée d’interdiction de recrutement n’a encore été décidée” (Kerbadj)”
  1. Messieurs, arrêtez la mascarade!
    Vous pouvez parler de tout sauf de budget et de prévisions dans le foot national ou ce qui en reste!
    c’est toujours l’état qui décaisse et demandez aux joueurs combien paient- ils d’impôts s’ils sont inscrits comme salariés ?
    Le président de la ligue ne peut prendre de décision et l’on s’attend toujours à une décision politique comme une amnistie fiscale … le sport comme toutes les structures étatique est un secteur moribond qui ne produit plus rien ou presque.

    Parler d’audit et de je ne sais quoi en football c’est oublier les scandales sans fin de sonatrach , alors laissons jouer !
    Les messi , y’en a dans tous les secteurs de la vie des pays développés et pas uniquement celui du barça!
    Ce qui se passe dans nos stades dénote la faiblesse des instances sportives et le manque de formation de toute la chaine est criard.

  2. Gérer c’est prévoir ,comme préalable à toute gestion d’une entreprise dans le souci premier ,à défaut de dégager des bénéfices ,est d’ équilibrer ses comptes et honorer ses engagements.Cela ne peut se réaliser qu’à la seule condition de mesurer ses capacités et mieux appréhender les objectifs.Pour cela,un budget élaboré en conscience et selon les règles comptables ,est nécessaire pour éviter de tomber dans le piège de l’improvisation et les contraintes qui pourront ,non seulement hypothéquer les objectifs visés mais aussi pénaliser l’entreprise et ternir son image auprès des “socios “et des sponsors.Comment peut-on considérer d’un coté le statut juridique de l’équipe et le défendre bec et ongle devant l’adversité de” l’opposition”et mettre devant le fait accompli les autorités locales ( pourvoyeuses de fond sur le denier public ) par des actes de dépenses irréfléchies et jugées hasardeuses? Il y a lieu de rappeler que les petites catégories de ce club professionnel n’ont pas été dotées de souliers depuis l’exercice écoulé,que le bus flambant neuf subit les affres du stationnement à l’air libre depuis plus d’une année et qu’il reste immobilisé malgré les interventions répétées et vaines d’une équipe de mécaniciens apparemment non qualifiés.Ce ne sont que des approches de l’extérieur puisque personne ne peut savoir ce qui se trame à l’intérieur de cette entreprise.Pourtant les subventions coulent à flot et les joueurs ,du moins certains d’entre eux ,sont payés rubis sur ongle.Heureusement que Kharbache a fait cette déclaration en attendant sa confirmation ,autrement les responsables du club l’aurait attribué à leur démarche.Un audit est necessaire pour éviter les surprises de fin d’exercice.

Comments are closed.