Il y a 44 ans disparaissait le maître de la chanson bédouie Cheïkh Hamada, toujours d’actualité

Considéré comme le doyen de la chanson bédouine,Cheïkh Hamada, le maître incontesté l’enfant du Bled Touahria est né le 1889, en pleine barbarie coloniale. Il se rebelle à son jeune âge par son refus de se soumettre à la « loi des colons ». Il quitte son village, Bled Touahria, pour se rendre à Mostaganem, où il y travaillera quelque temps en qualité de docker au port. Amateur de l’art, il fréquente le grand café de la ville, lieu de rencontre de tous les artistes de l’époque. Il apprendra beaucoup dans le domaine de la chanson dite bédouine et fera la connaissance des chanteurs et poètes, tels Cheïkhs Mohamed Snouci El-Meddah, le premier à avoir eu la primeur d’enregistrer ses chansons sur disques 78 tours en 1908, ainsi que Cheïkh Menouar El Mesteghalmi et Cheïkh Benhamida. Il se consacrera à l’interprétation grâce à sa belle voix. Cheïkh Hamada qui a honoré l’Oranie, n’était pas doué en poésie. Il se perfectionnera alors dans l’interprétation de chansons. Il s’isole avec ses amis, les fleuristes, dans le lieu dit « carrière », pour ses répétitions. Etonné par son style et ses interprétations, d’autant plus qu’il n’avait jamais été « guendouz » du Cheïkh Dahmane Bouterfa, du Cheïkh Kaddour O/ Lardjem ainsi que du Cheïkh Menouar O/ Yekhlef, Hamada apprendra beaucoup et plus vite. Il sortira de l’anonymat pour accéder au rang de Cheïkh (maître), il animera toutes les fêtes célébrées dans la région ouest du pays et est invité à toutes les noces, si bien que les maisons d’éditions de disques finirent par s’intéresser à lui. En 1962, il enregistre son premier 78 tours en interprétant la qaçida « Ya Aoudi » de Cheïkh Madani. Son nom fera alors le tour du Maghreb, mais aussi de la France au milieu des émigrés. Il collectionnera une grande variété d’oeuvres de poètes qu’il chantera, devenant le premier chantre interprète des oeuvres de Ben Msaïb et Ben Triki et accédera au titre de maître incontesté de la chanson dite bédouine, dépassant largement la célébrité des autres maîtres comme Madani, Adda, Bouras et même El Khaldi qui était plus poète que chanteur. Hamada recevait régulièrement des hôtes prestigieux, les grands maîtres de chaâbi : El Anka, Hadj Kara, Menouar, Fadéla Dziria, Mahieddine Bachtarzi, entre autres. En 1934, Hamada se rend à Paris sur invitation de la maison d’édition « La voix de son maître » pour enregistrer plusieurs disques, mais suite à une panne technique, il sera orienté vers Berlin en Allemagne où, dans le même studio, il fera la connaissance du célèbre Mohamed Abdelwahab. L’éditeur invita Hamada à enregistrer avant Abdelwahab. Ce dernier resta perplexe et médusé à la fin de l’enregistrement, il embrassa Hamada et le félicita pour ses interprétations magistrales du rythme de la chanson bédouine que le grand Abdelwahab trouvait très difficile. Hamada invita Abdelwahab en Algérie. Finalement c’est Youcef Wahbi, le doyen du théâtre arabe, qui se rendra à Mostaganem à la fin des années quarante. Cheïkh Hamada était doué d’une bonne instruction scolaire, il avait pour instituteur de français Brahim Fateh et pour l’arabe Bentagha, un théologien non voyant, à la mosquée de Sidi Bensnouci. Parmi les intimes de Hamada, nous citerons Belgherzali Belkacem, chauffeur de taxi, El-Habib Hachelaf, El Bar Amar, Rahab Tahar, El Khaldi, El Madani Benyoucef et d’autres encore. A son retour des Lieux Saints de l’Islam,Cheïkh Hamada fatigué, rendra l’âme un 9 avril 1968 à l’âge de 79 ans. Des milliers de personnes ont participé à ses obsèques.

Nous célébrons, ce 9 avril , le quarante quatrième anniversaire de la disparition du maître incontesté de l’art bédoui, pour lequel les enregistrements de Hamada restent toujours vivants et se renouvellement avec chaque génération. La belle parole ne meure jamais.

Source LA VO (2011)

Facebook Comments
08 avril 2012

le 08 avril 2012


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
08 avril 2012

Les commentaires sont fermés

Nombre de Visites :

  • 7 911
  • 6 819

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h35 - 08h58 (*)
12h50 - 14h05 (*)
16h30 - 17h50 (*)
17h15 - 18h38
19h40 - 21h15 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
06h15 - 07h31
06h50 - 08h09
11h30 - 12h49
16h30 - 18h57
ORAN ALGER
06h25 - 11h30
08h00 - 12h00 (*)
12h30 - 17h36
15h00 - 19h00 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h25 11h30
08h00 12h00(*)
12h30 17h36
15h00 19h00(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h15 08h14
09h30 10h34
15h05 16h05
ORAN - CHLEF
16h40 19h13
CHLEF - ORAN
04h30 07h15
ORAN - BECHAR
19h40 05h10
BECHAR - ORAN
20h25 16h16
aez