Il était environ 9h40 , lorsque le véhicule officiel de la wilaya à bord duquel se trouvait le secrétaire général , représentant le wali de Sidi Bel abbes s’immobilisa dans le parking de l’aéroclub au niveau de l’aérodrome de Sidi Bel Abbès. Il en ressort que le Wali M. Hachani , étant très pris par les installations des nouvelles assemblées populaires communales issues des dernières élections locales, avait jugé bon de déléguer son secrétaire général de la wilaya pour répondre à l’invitation lancée par le comité directeur de l’aéroclub en vue d’inaugurer la journée internationale de l’aviation civile qui coïncide chaque année au 7 décembre mais pour des considérations de disponibilité, l’aéroclub avait décalé cette célébration d’envergure internationale au 9 décembre 2017.

Un grand nombre d’aéroclubs d’Algérie était présent à cette célébration, devenue coutumière à Sidi Bel Abbès depuis l’année passée.La radio locale de Sidi Bel Abbes avait aussi donné le ton en informant depuis le matin et en boucle la population Bel-Abbesienne et surtout les amoureux de l’aviation .Bref, tout le monde était présent pour commémorer cette journée , une journée que l’aéroclub de Sidi Bel Abbès a choisi pour rendre un vibrant hommage comme à l’accoutumé aux anciens pilotes et enfants de la ville du secteur aéronautique qui n’ont cessé d’œuvrer pour la continuité et la survie de l’activité aéronautique à Sidi Bel Abbès.

En effet, après un bref historique sur l’aéroclub de Sidi Bel Abbès donné par son président ,c’était au tour du Président des aéroclubs de Mascara, Mecheria, Constantine, Tiaret et Relizane respectivement de brosser un tableau chacun en son tour, sur l’état actuel de ces écoles d’aviation , jadis fleurons dans l’aéronautique et d’en parler des perspectives de l’aviation légère en Algérie . Il faut rappeler que ces aéroclubs tentent tant bien que mal à se regrouper en association nationale pour former un groupe de réflexion sur l’aéronautique en proposant une feuille de route avec des solutions aux nombreux problèmes liés aux aéroclubs et de participer en parallèle au développement économique et principalement touristique du pays.

Au menu de cette journée comme à l’accoutumé,il était question de rendre hommage aux anciens pilotes et personnes ayant marqué de leur empreinte, leur passage à l’aéroclub de Sidi Bel Abbès post-indépendance. Ainsi , il fut observé un moment émouvant lorsqu’on évoqua le premier président de l’Aéroclub de Sidi Bel Abbès, en l’occurrence M. Daho Bel Hadri , un jeune président qui a su mobilisé quelques jeunes en 1963 avec l’aide du pilote-instructeur M. Simon , un français qui avait décidé de rester pour préserver les acquis de l’aéroclub de Sidi Bel Abbès.Le père et les enfants toujours vivants de M. Daho Bel Hadri , devaient recevoir des mains du président, le cadeau symbolique et l’attestation en reconnaissance à son engagement sans faille à la cause aéronautique. Ensuite ce fut des hommages encore plus émouvants avec la présence de la fille qui n’a jamais connu son père et la famille de M. Rezki Benaoumer, un autre jeune pilote de chasse qui profitait des week-end pour former et donner un coup de main aux jeunes de l’aéroclub dans les débuts de années 70, ce dernier mourut dans un crash dans la région de Mostaganem en compagnie de l’aide mécanicien de l’aéroclub de Sidi Bel Abbès.

En marge de cette célébration ponctuée par des séances d’explication données aux étudiants et élèves sur les différents maquettes d’avions exposées devant le  foyer, il était prévu des vols au paramoteur mais vu la persistance de quelques rafales de vent qui empêchaient toute décision de vol à voile motorisé, il fut décidé d’annuler ces vols.  La journée s’acheva avec avec des recommandations issues du groupe de réflexion qui doit soumettre incessamment sa feuille de route au ministre des transports.

CLIQUER ICI POUR TELECHARGER LE JOURNAL (SOURCE)