LES MAROCAINS REFUSANT LES CONSEILS DE L’EMIR ET SA PARTICIPATION AU COMBAT, SCELLENT LA CONQUETE DE L’ALGERIE.

14 août 1844 – 14 août 2011 :

Il Y A 167 ANS, LA BATAILLE D’ISLY :

Ce n’est qu’en faisant une analyse rigoureuse des tenants et aboutissants de l’évènement, de ses regrettables retombées sur le devenir du Maghreb qu’on peut parler, avec amertume, de la bataille d’Isly. Nous rappelons tout d’abord que l’Algérie, à travers l’homme qui l’a fondée, et sur son initiative qui relevait de l’impératif religieux et du devoir de solidarité, aurait pu éviter non seulement sa propre colonisation mais également celle de son grand voisin qui, lui, connaîtra une double : espagnole pour le Nord et française pour le Sud. Mais l’Emir s’était heurté à un mur de préjugés collés à une autosuffisance qui allait s’avérer désastreuse. Ce pan de l’histoire commune, totalement délaissé par les historiens algériens, a été largement repris, souvent sous des formes discutables, par leurs confrères marocains. Curieusement, seul l’Emir Abd-El-Kader en parle avec un profond dépit dans son autobiographie. Nous donnerons plus loin l’appréciation ahurissante du Sultan Moulay Abderrahmane sur la déroute de son armée et son fils fuyant devant l’ennemi.

Mais, d’une manière générale, bien que voulant faire retomber la responsabilité de leur débâcle sur leur seul voisin – qu’ils auraient pourtant bien souhaité voir faire partie de leur pays -, il se trouve, parmi les historiens marocains, certains qui estiment que le résultat de la confrontation les a servis (1) pendant que d’autres se fourvoient en conjectures oiseuses! Nous n’avons nullement l’intention de faire procès à quiconque et, si l’occasion nous sera donnée de juger, nous ne nous permettrons jamais de condamner car nous estimons que cet évènement nous concerne tous tant les liens qui unissent les deux peuples ont une particularité telle qu’il ne peut y avoir de semblable à travers la planète.

S’il fallait anticiper par une appréciation sur ce malheureux évènement, nous dirions que le Maroc avait souffert des carences de ses dirigeants d’alors. Ceux qu’il fallait au moment où il le fallait lui ont fait cruellement défaut dans le tournant décisif qu’il abordait. Enfin, rappelons que cette bataille eut lieu à une quinzaine de kilomètres au nord-est d’Oujda sur l’Oued Isly, sous affluent de la Tafna par l’Oued Mouilah.

1. Brefs rappels.

Lorsque l’Emir Abd -El-Kader engagea la résistance face aux Français, les tribus du Maroc oriental lui apportèrent un soutien inconditionnel (combattants, logistique, encouragements..) douze années durant ce qui inquiétait le Sultan Moulay Abderrahmane Ben Hicham et irritait la France. Celle-ci fit tout ce qui était en son pouvoir pour qu’il fasse cesser tout soutien à l’Emir par ses populations. L’écho de sa résistance était tel qu’à travers tout le Maroc, toutes ses victoires étaient fastueusement fêtées. Ses origines idrissides ravivaient, quant à elles de vieux antagonismes. Le Sultan, soucieux d’abord de l’intérêt dynastique, sacrifia la solidarité en Dieu et fut ainsi acculé à tergiverser pour gagner le plus de temps possible et éviter de tenter une action qui provoquerait l’ire de son peuple. L’Emir n’ignorait rien de l’apathie et de la prudence maladive du Sultan qui, selon Léon Roches (2), l’a fait habiller, le 3 juillet 1839, par un de ses envoyés, du caftan faisant de lui le Khalifat du Sultan ce qui confirmait, en même temps, l’adhésion de ce dernier à son combat auquel, il faut le dire tout de suite, il ne participera jamais si ce n’est pour accomplir la besogne à la place des Français essentiellement en décembre 1847. Son irrésolution dans la conduite des affaires, sa prudence excessive et sa versatilité, prouvées par une longue série d’exemples, étaient parfaitement connues de l’ennemi commun qui ne rata aucune occasion pour le battre sur le double plan militaire et diplomatique et lui fit faire, à son insu, tout ce qui servait l’intérêt de la France. L’historien marocain Mohamed Zniber (1) ira jusqu’à reconnaître la faiblesse du pouvoir et sa mauvaise organisation.

Quand le Duc d’Aumale, fils du Roi des Français, informé par les traîtres Ouled Ayad sur l’emplacement de la Smala de l’Emir, parvint à s’en emparer le 16 mai 1843, les rescapés se dispersèrent selon leurs régions d’origine. L’Emir se retrouva avec une Deïra de quelque 2000 âmes, qu’il parvint, au bout de durs combats, à faire entrer en territoire marocain pour l’installer, dans un premier temps à Aïoun Sidi Mellouk, à environ 60 km à l’ouest d’Oujda sur la route de Fès, et, dans un deuxième temps à Aïn Zora dans le Rif.

Il est opportun de rappeler que depuis l’avènement de la dynastie alaouite avec Moulay Chérif Ben Ali, en 1631, les Sultans du Maroc lorgnèrent toujours du côté des territoires au-delà de leur frontière orientale. Moulay Chérif, céda aux arguments de deux ulémas d’Alger délégués par les Turcs et abandonna ses prétentions. Moulay Smaïl qui gouverna de 1672 à 1727 (soit 55 ans) fut écrasé, lui, par le Bey Bouchelaghem de Mascara, en 1707, tout près de la Mare d’eau, à quelques kilomètres du Sig donnant son nom à la forêt où il fut battu. Un poème de Cheïkh Bouras de Mascara retrace cet évènement. Ce même Cheïkh, environ un siècle plus tard, eut cet entretien avec Moulay Slimane – oncle paternel de Moulay Abderrahmane – qui régna de 1792 à 1820 : « L’Emir des Croyants, Moulay Slimane, roi du Maroc, me questionna sur la frontière de l’extrême Maroc. Je lui répondis qu’Ibn Khaldoun la situe à Oujda et elle a été confirmée par votre grand’père, le Sultan Ismaïl, avec les Turcs d’Alger au début du 12ème siècle. Il me dit : « j’ai toujours vu cette limite à la Tafna ». Alors je me tus. » (3). Moulay Abderrahmane, dès la prise d’Alger confirmée, prit possession de Tlemcen et ses troupes s’avancèrent à l’intérieur du pays. Il signifia ses prétentions sur la capitale des Zianides au Consul de France à Tanger, mais, devant le développement des événements en Algérie, ne tarda pas à signer un document par lequel il renonçait à ses revendications.

2. Genèse de la bataille d’Isly.

Pour empêcher l’Emir de lancer ses attaques à partir du Maroc, les généraux Lamoricière et Bedeau occupèrent, au début de l’année 1844, Lalla Maghnia dont le tombeau de la sainte patronne de la ville fut profané par les soldats français. Tout le Maroc s’en émut. Moulay Abderrahmane, après avoir longtemps joué à ménager le chou et la chèvre, était désormais acculé à une situation que son manque de vision empêchait de prévoir. A moins d’essuyer un désaveu qui pourrait faire vaciller son trône, il était dans l’obligation de réagir. Ses exigences étaient simplettes : faire accepter par les Français, en recourant à la force si nécessaire, un tracé des frontières délimité par le cours de la Tafna, alors que les Français proposaient celui déjà accepté par son ascendance et les Turcs.

Le Sultan chargea son Caïd d’Oujda, Ali Ben Taïeb El Gnaoui, de chasser les Français de Lalla Maghnia. Il prit contact épistolaire avec Bugeaud qui lui propose une entrevue, sans délai, près du mausolée du Saint Si Mohamed el Ouassini (Maghnia). Le 15 juin, le général Bedeau, le commandant Martimprey, le tlémcenien Si Hamadi Sekkal et l’énigmatique Léon Roches rencontrent El Gnaoui venu avec 4500 cavaliers, très menaçants malgré la présence de Lamoricière, à un kilomètre d’eux, avec 4 bataillons et 4 escadrons. L’hostilité des soldats marocains mit fin aux négociations.

Bugeaud signifia à El Gnaoui sa disponibilité pour traiter pacifiquement du contentieux : délimitation de la frontière et sort d’Abd-El-Kader seront au menu. Léon Roches précise : « Moulay Abderrahmane ne désirait certes pas la guerre mais il était encore assez aveugle pour espérer l’éviter en nous intimidant par un gros déploiement de forces. » Le Sultan lève une armée importante sous les ordres du Prince héritier, Sidi Mohammed. Grâce à ses espions, Léon Roches conclut au chiffre de 50 000 cavaliers dont 3 000 Oudaïas (gardes du Sultan) et 3 000 Abid El Boukhari, élite de la garde impériale, mise sur pied par le Sultan Moulay Ismaïl, recrutée exclusivement parmi des nègres qui prêtaient serment sur le Sahih d’El Boukhari d’où leur appellation. Comprenant dès le début qu’El Gnaoui n’avait pas de latitude pour prendre de décisions et étant au courant de l’installation du campement du Prince héritier dressé pour influencer le cours des négociations, Bugeaud lui adressa, le 6 août, un message lui accordant un délai de quatre jours pour accepter les conditions françaises. Celui-ci crut bon ne pas y répondre.

3. Intervention de l’Emir.

Lorsque la nouvelle de la confrontation imminente entre les troupes du Sultan avec le corps d’armée de Bugeaud fut connue, l’Algérie, comme le Maroc oriental, n’attendaient que la consécration de la victoire marocaine pour s’embraser dans un élan général. L’Emir prit le parti de se battre aux côtés de ses frères comme le lui commandaient les textes sacrés qui ont toujours déterminé sa démarche. Avec 500 de ses cavaliers rouges, il rejoignit les troupes marocaines stationnées sur l’une des rives de l’oued Isly. Le spectacle qui relevait davantage de l’activité festive que d’un camp de guerre le glaça au point où il perdit son sang froid. Dans son autobiographie (4) il parle de 70 000 soldats marocains. Il demanda à voir le Prince héritier qui le reçut. Ahmed En-Naciri (5), qui parle, dans son livre, de l’Emir avec des propos très durs où percent, malgré lui, des passages qui sont tout à l’honneur de l’Algérien, raconte : قال الحاج عبد القادر إن هذه الفرش والأثاث والشارة التي جئتم بها حتى وضعتموها بباب جيش العدو ليس من الرأي في شيء ومهما نسيتم فلا تنسوا أن لا تلاقوا العدو وأنتم متحملون منكمشون بحيث لا يبقى لكم خباء مضروب على الأرض وإلا فإن العدو متى رأى الأخبية مضروبة لم ينته د ون الوصول إليها ولو أفنى عليها عساكره وبين كيف كان هو يقاتله وكان هذا الكلام منه صوابا إلا أنه لم ينجع في القوم لانفساد البواطن

« L’Emir dit au Prince : tout ce faste que vous étalez à la barbe de votre ennemi ne revêt rien d’intelligent. N’oubliez pas que vous allez le rencontrer alourdis, recroquevillés et il ne vous restera aucune tente plantée, car tant que l’ennemi en verra, il n’aura de cesse que lorsqu’il y parviendra dusse-t-il sacrifier totalement ses troupes puis il expliqua comment lui le combattait ». (7) En – Naciri ajoute que « ce que dit l’Emir était juste mais, dans la suite du Prince, on considéra le ton utilisé vexant ». Dans son autobiographie l’Emir note : « (ولم يرضوا منا الركوب وقلنا لعلهم أرادوا أن يمتازوا بمزيتهم في الجهاد فقد سقط علينا فرضه (7) .Quand nous nous sommes rendus compte qu’ils avaient refusé notre participation au Djihad, nous nous sommes dit qu’ils étaient sûrs d’eux-mêmes et que nous en étions légalement exemptés ». (4-page 101). Selon Léon Roches, l’Emir dit aux responsables marocains : Gardez-vous de trop approcher votre camp de celui des Français. Quand vous voudrez les combattre, n’amenez avec vous ni artillerie, ni infanterie. Attaquez-les à l’improviste et de tous les côtés à la fois afin de disséminer leurs forces. Fuyez devant leur cavalerie de façon à l’attirer dans des embuscades que vous aurez préparées. » Pour le narrateur « ce sont là des propositions et de sages avis du guerrier… mais le fils de l’Empereur lui avait fait répondre qu’il n’avait nul besoin de son aide et lui avait fait intimer l’ordre de se maintenir à distance.

4. Préparatifs de la bataille.

Bugeaud, convaincu que les tribus de l’Est marocain ainsi que celles d’Algérie ne bougeraient pas avant de connaître l’issue de la bataille avait les coudées franches pour affronter l’armée qui était stationnée à 20 km de la sienne. Ses arrières étaient protégés. Léon Roches qui avait été son collaborateur direct de novembre 1839 au 14 février 1846 raconte dans son livre (très discutable) que son état – major était sceptique quant à l’entreprise qui allait être engagée. Or, le lundi 12 août il reçut une dépêche l’informant que le Prince de Joinville avait bombardé Tanger le 5 août et faisait route vers Mogador (l’actuelle Es Saouira) pour lui faire subir le même sort.

Le même jour, il réunit ses hommes et leur déclara : «Après demain, mes amis,…sera une grande journée, je vous en donne ma parole. Avec notre petite armée dont l’effectif s’élève à 6 500 baïonnettes et 1 500 chevaux, je vais attaquer l’armée du Prince marocain qui, d’après mes renseignements, s’élève à 60 000 cavaliers. Je voudrais que ce nombre fût double, fût triple, car plus il y en aura, plus leur désordre et leur désastre seront grands. Moi, j’ai une armée, lui n’a qu’une cohue. Je vais vous expliquer mon ordre d’attaque. Je donne à mon armée la forme d’une hure de sanglier… La défense de droite, c’est Lamoricière ; la défense de gauche, c’est Bedeau ; le museau c’est Pélissier et moi je suis entre les deux oreilles. Qui pourra arrêter notre force de pénétration ?…Nous entrerons dans l’armée comme un couteau dans du beurre. Je n’ai qu’une crainte, c’est que, prévoyant une défaite, elle ne se dérobe à nos coups. »

5. Déroulement de la bataille.

Elle eut lieu le mercredi 29 Rajeb 1260 / 14 août 1844.

A 6h00 du matin, les 8000 hommes – 11 500 selon d’autres sources – étaient au sommet d’une colline surplombant Oued Isly et, sur l’autre rive, l’armée marocaine conduite par le Prince héritier Sidi Mohamed (le futur Mohamed IV). Le périmètre recouvert par les tentes équivalait, selon Roches, à celui de Paris !! 14 canons étaient pointés du côté marocain, 13 du côté français. A l’approche des tentes, Bugeaud lance les 1 500 cavaliers dont il disposait qui s’emparèrent des 14 pièces d’artillerie. En quatre heures le sort de la bataille était scellé. En – Naciri écrit : « La catastrophe fut si grande que jamais l’Etat chérifien n’a été secoué par un choc aussi terrible » (5). 1200 à 1500 soldats marocains furent tués, 1 000 tentes enlevées, toute l’artillerie prise ainsi qu’un butin immense contre 250 soldats français entre tués et blessés. Quant à l’historien marocain Ibrahim Harkat, il parle de 800 morts marocains et 1500 à 2000 blessés. Il parle également de l’intervention de l’Emir mais impute la défaite marocaine à la supériorité technologique et numérique de l’artillerie française –exagérant son nombre pour le porter à 64 canons – et, quelques lignes plus loin, il reprend le bombardement d’Es – Saouira et la prise par la marine française de 120 canons dont la plupart était de fabrications anglaise et espagnole. (6).Ainsi donc les artilleries présentes sur le champ de bataille étaient quasiment équivalentes et les raisons de la défaite sont à chercher ailleurs : Mohamed Zniber impute, lui, la défaite à la mauvaise organisation de l’armée et à son mauvais encadrement.

D’après En-Naciri, au moment de l’ouverture des hostilités, les Français reconnurent la position du Prince héritier grâce à son porteur de parasol. Celui-ci fut touché par un obus et le Prince fut lui-même désarçonné. Il courut à sa tente, mit des vêtements ordinaires et disparut au milieu de ses hommes. Ne le voyant plus, ils annoncèrent sa mort qui fit précipiter dans sa tente tous ceux appâtés par ses biens, pillant et même s’entre tuant. Bugeaud n’avait plus qu’à terminer la besogne. A midi, dans la tente du Prince, il se fit servir un thé agrémenté de gâteaux laissés par son malheureux ennemi. Depuis ce jour, l’Emir ne désigna plus le Prince que par l’expression « العقون المخلوع » « l’imbécile orgueilleux ».

6. Epilogue.

S’étant enfui à Taza, son père lui intima l’ordre d’arrêter l’avancée de Bugeaud (qui a fait courir le bruit qu’il allait se lancer à sa poursuite) non pas en assemblant toutes ses forces mais en souscrivant intégralement aux propositions qui lui avaient été faîtes avant la guerre.

Le 10 septembre 1844 fut signé un traité de paix avec le sultan Moulay Abderrahmane. Sur les huit articles qu’il contenait, le quatrième mettait l’Emir hors- la-loi au Maroc et en Algérie.

Avant de conclure, nous informons les lecteurs qu’en juin 1847, le Sultan chargea un de ses chefs militaires, Hicham Lahmar, avec 9 000 hommes de capturer l’Emir qui se trouvait à Tafersit dans le Rif. Malgré moult tentatives de convaincre Lahmar de ses bonnes intentions, ce dernier délégua une troupe de 500 soldats qui avaient pour mission de capturer l’Emir par traîtrise. Arrivés à la Deïra de l’Emir dans le calme et en bon ordre, ils s’avancèrent vers la tente la plus imposante du campement; malheureusement c’était celle d’un compagnon de l’Emir. Entendant les pas des chevaux le propriétaire de la tente en sortit et demanda aux cavaliers qui ils étaient. Leur chef lui répondit ” les soldats de Lahmar. Nous sommes venus pour avoir la bénédiction de l’Emir”. Il leur répondit:” Vous l’avez devant vous”. C’était le signal qui déclencha la mêlée où les Marocains laissèrent 80 cadavres en moins d’une heure. L’Emir décida de prendre l’initiative : il se rendit, avec 200 de ses cavaliers rouges au camp militaire marocain. A un contre 45, les Algériens écrasèrent leurs malheureux adversaires. Hicham Lahmar fut tué au cours de la bataille. L’Emir interdit à ses hommes toute prise de butin, soigna leurs blessés et fit raccompagner tous les survivants jusqu’ aux portes de Fès. Ce fait d’armes souleva l’indignation générale à travers tout le Maroc où le peuple se sentit outragé parce que ses soldats “avaient osé attaquer des Mouhajirine”. Moulay Abderrahmane était dans une position inconfortable. Charles André Julien rapporte dans son Histoire de l’Algérie Contemporaine que « Abderrahmane estimait, en 1847, que l’échec qu’avait subi un corps de troupe marocain dans le Rif, sous les coups d’Abd- El-Kader qui se trouvait dans le Rif, était plus grave que l’affaire des Chrétiens à Oujda. » !!

Sources :

1/ Le Mémorial du Maroc. (9 volumes). Tome 4 : 1666-1906 : De la grandeur aux intrigues. Edition Nord

Organisation. 1982.

2/.Dix ans à travers l’Islam. 1834-1844. Léon Roches. Librairie Académique Didier. Paris. 1884.

3/ Kitabou Fethi Al-Ilahi Oua Minnatihi (كتاب فتح الإله ومنته بالتحدث بفضل ربي ونعمته). Autobiographie Du Cheïkh

Bouras. Edition SNED.

4/ Autobiographie de l’Emir. Editée en fac-similé. Introduction du professeur Abdelmadjid Meziane.

5/ Kitab El Istikça. Chroniques marocaines. Ahmed En-Naciri. Version arabe. 9 volumes. Edition de Dar el

Kitab.1954. Casablanca.

6/ Le Maroc à travers l’Histoire. (3 volumes) Ibrahim Harkat. Edition Dar Er Rachad Al Haditha..

2002. Casablanca.

7/ La traduction de l’intervention de l’Emir et des notes d’En-Naciri sont de l’auteur de cette évocation


le 14 août 2011


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
14 août 2011

18 Commentaires pour “LES MAROCAINS REFUSANT LES CONSEILS DE L’EMIR ET SA PARTICIPATION AU COMBAT, SCELLENT LA CONQUETE DE L’ALGERIE.”

  1. NADIR

    Bravo pour l’article sue la bataille d’ISLY document complet bien détaillé très précis qui honore son auteur et qui régale le lecteur.Merci pour toutes précisions et toutes les connaissances nouvelles.Monsieur Senni vous êtes venu participer à la table ronde que nous avons organisé à la fondation de l’Emir Abdelkader et pour cela que je vous écris pour vous remercier pour votre apport ,vous avez rehausser le niveau de la discussion ,le niveau du débat ,et au nom de tous les membres de la fédération ,je vous invite à participer jeudi à une autre table ronde ,sur un autre thème toujours sur la personnalité et sur l’oeuvre de l’EMIR ABDELKADER
    BRAVO et merci d’inviter tous les membre de votre forum a participer à notre table ronde
    MOH

  2. NADIR

    je tiens a remercier vivement monsieur Senni mohamed pour l’article du 14 aout 2011 sur la bataille d Isly.Article parfaitement bien documenté ,très instructif article tellement intéressant qu’il a suscité un débat sur un forum aussi fructueux .Décidément la ville de Sidi Bel Abbes a commémoré en ce mois sacré de ramadhan la vie et l’oeuvre du fondateur de l’état algérien,puisque la fondation Emir Abdelkader organise des tables rondes tous les jeudis .Et monsieur Senni est venu enrichir notre débat par des interventions pertinentes ,ses remarques structurées et bien documentées.Monsieur senni veuillez nous faire l’honneur de venir rehausser la table ronde .La bienvenue aussi a tous les membres de votre forum et a tous les fans et les admirateur de l’Emir Abdelkader .La bien bienvenue a tous en fonction des places disponible
    nadir membre le la fondation

  3. Mourad

    salam aleikoum,

    Merci pour cet article qui rejoint l’actualité. Le maroc, ses dirigents ont toujours voulu se servir de l’Algerie ou du moins de ce qu’il en etait au début de ses balbutiements…l’Histoire se répète avec ceux qui naivement parlent de nos voisins comme de nos frères..Si Abdelkader, la guerre des sables en 63, les multiples tentatives de destabilisation tout au long des années post indépendance par un roitelet nommé H2..son fils est du même sang, du même acabit..Pendant les années noires, nombre de nos freres marocains se rejouissaient de la situation esperant attirer à eux les capitaux financiers et se faire passer pour le pays des bisounours ou tout le monde est heureux..la réalité tout le monde la connait, entre prostitution, et drogue, asservissement aux tourisme et aux sionistes, ce royaume est en pleine déchéance…finalement l’histoire se répète depuis si abdelkader..On veut aujourd hui réouvrir les frontieres, les barons marocains ont soifs de marchandises algeriennes subventionnées qui passent chaque jour la frontiere par la compicité de harkis..Que ce morceau d’hsitoire reste un avertissement sur les sournois freres de l’ouest..Non à l’ouverture des frontières ! pas dans ces conditions..et celui ou celle qui veut voir ses freres marocains ( les familles binationales) qu’ils aillent donc vivre au maroc..l’Algerie est d’ailleurs diriger par des marocains..on voit le resultat catastrophique d’ennemis de notre grande nation..Pour conclure : merci de ne pas voire du racisme dans mes propos, juste un constat corroborer par cette page d histoire, une de plus..j’aime mon pays, c’est tout..

    • elmehdi

      Si mourad, je me permet de répondre à ton message car je sent une haine contre nos frères contre nature, ce n’est pas en gardant la frontière fermée que cela cessera les trafiques en tous genres au contraire cela les accentuent et les bénéficiaires sont des 2 cotés accentués par la mlisère, et l’ouverture de la frontière n’est pas et ne sera jamais qu’une victoire des hommes politiques mais avant tous une victoire pour les peuples marocain et algerien et surtout pour ceux qui habitent vers les frontières oujda maghnia jusqu’a wahran qui sont de la meme famille en réalité et beaucoup ont de la famille qui ne peuvent plus voir, essaye de te mettre à la place des familles qui souffrent en silence au lieu de raconter tes salades de propagandes, les marocains vont pas te bouffer ton pain ya lbrel, si Abdel kader combattait la france avec l’aide des beni znassen, une fois que l’emir c’est rendu les beni snassen ont continué a soutenir la résistance jusqu’à l’indépendance en 1962, oujda, ahfir , berkane était des bases arriere de la résistance qui ont été bombardé plusieurs fois, alors avant de dire que les marocains sont des traitres va t’instruire ouvre un boukin! Tout l’ouest de l’algerie fait partie de la meme branche que celle des beni snassen et du rif (les zénetes ) renseignez vous.

    • Adil

      A Mourad ,permettez-moi d’apporter une constatation à votre commentaire quand vous expliquez que ce n’est point du racisme venant de votre part et qu’à la fin vous concluez avec ceci:
      ________________Et ce’st vous qui le précisez_________
      —-@Pour conclure : merci de ne pas voire(voir) du racisme dans mes propos, juste un constat corroborer par cette page d histoire, une de plus..j’aime mon pays, c’est tout..

      Donc Mourad si ce racisme n’est pas dans vos propos vous le constatez venant de votre part .
      Ceci dit c’est Idem ,je constate que la haine est toujours là envers nos frères Marocains surtout vous vous érigez en Nationnaliste comme pas mal d’autres et l’on critique d’autres nations qui parlent de notre pays en les traitant de racistes .A Méditer
      Voilà Mourad ,je me devais d’intervenir concernant vos propos vu que je n’apporte très rarement un commentaire.
      SANS RANCUNES………………Adil

  4. Bravo Hadj Senni pour ce récit complet sur l’incompétence des roitelets voisins depuis la création de leur dynastie.
    N’ayant jamais écouté la voix de la sagesse ils n’ont récolté que ce qu’ils ont mérités jusqu’à nos jours.
    L’ignorance, l’incompréhension et la peur sont les pires bases sur lesquelles il ne pourrait y avoir de relations de coexistence entre voisins et musulmans tous les deux.
    En effet c’est le dialogue qui doit être instauré entre les deux parties et pour qu’il soit fructueux il suffirait qu’un certain nombre de points soit partagé entre l’une et l’autre partie. Pour les algériens le dialogue fait partie de leurs traditions de toujours car Dieu a fait du dialogue un impératif religieux.
    En lisant ton texte et les commentaires y afférents j’ai été agréablement surpris de lire mon ami le Dr Feham pour lequel je réserve une réponse à ses questionnements.
    Pour le moment qu’il sache que l’Emir Abd-El-Kader Bnou Mohieddine El-Hassani était un Chriff et Mrabet en plus d’un Cheikh et Imam et grace à cela il a atteint une ”Fonction” et une ”Station” inégalées et pour paraphraser notre ami commun ”avant de parler de l’Emir Abd-El-Kader il faut avoir fait ses ablutions” (être 3ala wodo’e).
    Dr Chamyl Boutaleb El-Hassani

    • Adil

      “Dr Chamyl en lisant votre commentaire je n’ai retiré que de la médisance ,quand vous dites :””L’incompétence des roitelets “;
      aviez-vous oublié les piafs de notre pays; ou vous etes chauvin ou vous n’aimez pas vos frères de sang imaginez que vous aviez 2 patients dans votre cabinet,l’un marocain et l’autre algérien ,lequel des 2 allez-vous lui prodiguer les meilleurs soins .
      Dans Tartuffe Molière avait dit”Contre la médisance il n’est point de rempart”.
      Donc si je me trempe ,je vous prie de m’en excuser mais ce qui m’exaspère le plus sur ce qui se dit sur l’algérie ele Maroc c’est que nous autre algériens ,sommes les meilleurs et les plus intelligents que nos frères de l’ouest n’est-ce pas de la prétention.
      Arrêtons de dire que nos frères et nos voisins sont moins bien lotis que nous ,et que nous autres algériens sommes plus aisés qu’eux etc..etc..etc..
      Si par ailleurs mes propos vous vexes ,sachez cher Dr Chamyl B,que je suis homme ,rien de ce qui est humain ne m’est étranger(HOMO SUM,HUMANI NIL A ME ALIENUM PUTO)

      Pour en terminer sachez que François Rabelais était un médecin et aussi un écrivain qui a beaucoup lutté pour la tolérence ,dont voici une citation qui lui appartient

      “Je n’entreprendrai guerre que je n’aie essayé tous les arts et moyens de paix.”

      AMICALEMENT ET SANS RANCUNES ………….Adil

      • A l’excellent article de hadj Mohammed Senni sur la bataille d’Isly et ses conséquences à court, moyen et long terme, je n’ai apporté que des remarques se rapportant à la période précitée du 19 ième siècle (plus précisément 1844) sans extrapoler sur le 21 ième siècle (c’est-à-dire 2011). Je m’explique : le Traité de Tanger et l’accord de Lalla Maghnia n’ont été ni plus ni moins qu’une déclaration de guerre entre Moulay Abderrahmane bnou Hicham et l’Emir Abd-El-Kader Bnou Mohieddine.Ces accords entre le roi du maroc de l’époque et la france ont amené à chasser l’Emir Abd-El-Kader du territoire marocain et a lui fermer la frontière et curieusement cette même frontière est encore une fois fermée depuis 1994 conséquemment à une accusation falacieuse (il est vrai susurrée comme toujours par la france à l’oreille attentive du roi du maroc). L’histoire n’est-elle pas un éternel recommencement??
        Dr Chamyl

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00