La femme, le mari et l’amant.

Une fable ukrainienne contée amèrement ce matin dans BFMTV que je vous rapporte à mon tour en substance.

Une femme maltraitée par son époux est séduite par un rival qui lui promet prospérité et sécurité et veux qu’elle abandonne le sort qui lui est fait.

Séduite, après réflexion, la femme a tout fait pour se défaire de l’emprise de son mari et s’apprête à rejoindre conquise sa nouvelle idylle.

Hélas ! Au moment décisif, l’amant se dérobe, l’abandonne à son sort et aux brutalités d’un époux qui devient de plus en plus violant

Morale de l’histoire : l’amant n’a jamais voulu réellement de la femme. Il voulait ruiner son mari et, pour cela, a séduit sa femme en lui promettant monts et merveilles pour y parvenir.

Il est facile de deviner que dans ce vaudeville de mauvais aloi, la femme c’est l’Ukraine, le mari brutal la Russie et l’amant, l’Occident.

Mais l’histoire racontée par BFMTV ne parle pas de la vraie victime qui se cache derrière la victime mise en scène dans cette fable. C’est en réalité l’Europe qui va payer très cher les décisions que les Etats-Unis lui ont imposées pour abattre le régime de Poutine.

C’est l’Europe qui se prive et qui subit les contrecoups de décisions suicidaires pour son économie, qui accueille les millions de réfugiés ukrainiens, qui risque même de recevoir les premières bombes atomiques si J. Biden continue à les pousser vers l’irréversible (il vient aujourd’hui sur le « vieux continent » pour inspecter l’état du front et galvaniser ses supplétifs).

Le pire pour les Européens c’est d’achever de les diviser et de faire exploser leur Union car les difficultés qui arrivent et qui vont montrer leurs réelles conséquences. L’Europe est en réalité une construction très fragile car il ne suffit pas d’ouvrir les frontières aux marchandises et aux capitaux pour construire un ensemble géopolitique cohérent, solidaire et pérenne.

La crise ukrainienne va être la pichenette que Washington est en train d’utiliser pour donner le coup de grâce à une illusion.

Djeha, mercredi 23 mars 2022.

PS : Ci-dessous, un papier qui confirme un de mes messages précédents.

Des réfugiés russes et ukrainiens se pressent à la frontière entre le Mexique et les États-Unis

FranceinfoIsabelle Labeyrie le mardi 22/03/2022 13:12

Avec la guerre, près de trois millions et demi de personnes ont déjà fui l’Ukraine. Si la plupart se rendent dans les pays frontaliers, en Europe, d’autres beaucoup plus loin, jusqu’au Mexique et aux États-Unis. D’habitude, à Tijuana, au poste-frontière mexicain qui ouvre la porte du rêve américain, on voit passer des migrants venus du Guatemala, du Honduras, ou du Nicaragua. Mais depuis plusieurs mois déjà, les Ukrainiens sont de plus en plus nombreux, et les flux ont grossi au rythme des bombardements russes. Selon l’agence Reuters, ils représentent désormais la troisième nationalité la plus fréquente. Arrivés comme touristes au Mexique, parfois après un long périple qui les a conduits à travers la Pologne, la Croatie, la Hongrie, puis l’Europe de l’Ouest, ils veulent traverser, entrer aux États-Unis.

Un statut de protection temporaire

Pendant plusieurs jours, les autorités américaines sont restées inflexibles face à ces demandeurs d’asile venus du fin fond de l’Europe.Avant d’ouvrir les vannes face à la crise humanitaire générée par la guerre. Depuis le 11 mars, les Ukrainiens souhaitant entrer dans le pays ont droit à un statut de protection temporaire qui leur permet de rester sur le sol américain pour un an. Un visa humanitaire qui leur permet de circuler librement d’un État à l’autre pour rejoindre leurs proches, justifié par “la guerre d’agression injustifiée menée par la Russie en Ukraine“, indique le mémo du département de la sécurité intérieure. 

Les Ukrainiens qui parviennent à atteindre le sol américain sont de toute façon pratiquement assurés d’obtenir l’asile. Seuls quatre sur les 1 553 entrés entre septembre 2021 et février 2022 ont été interdits de séjour en vertu de l’ordonnance de santé publique qui permet aux États-Unis d’expulser les migrants sans possibilité de protection humanitaire.

Les Russes ne passent pas

Sauf qu’à la frontière, il y a aussi des Russes, qui ne sont pas tout à fait traités de la même façon. Eux non plus n’ont pas besoin de visa pour entrer au Mexique. Parmi ceux qui ont fui le régime de Vladimir Poutine, certains ont donc pris un vol pour Cancun ou Mexico, avant de se rapprocher eux aussi de la frontière avec les États-Unis. Mais à San Ysidro, quand les Ukrainiens passent, les Russes eux sont refoulés par les garde-frontières en vertu d’un arrêté de santé publique, le “Titre 42”, qui, depuis deux ans, impose des conditions très strictes aux frontière pour empêcher la propagation du Covid-19. Un texte adopté sous l’administration Trump, toujours en place, qui permet surtout de verrouiller le pays et d’écarter les migrants au nom des restrictions sanitaires. Les Ukrainiens en sont exemptés, pas les Russes.

Ils restent donc sur place, côté mexicain, juste en face des barbelés qui marquent le point d’entrée vers les États-Unis. Lundi 21 mars, ils étaient une trentaine, adultes et enfants, dans un camp improvisé à l’écart de la longue file de piétons. C’est là qu’ils attendent, qu’ils mangent, qu’ils dorment, certains à même le bitume. Pas question de quitter les lieux de peur de rater “le” moment où la frontière s’ouvrira.

Mark, 32 ans, patiente depuis cinq jours. Il témoigne dans le San Francisco Chronicle : en Russie il a participé à des manifestations contre la guerre, il a eu des démêlés avec la police et craignait d’être appelé sous les drapeaux : “Pour nous, dit-il, il n’y a plus de retour en arrière possible”. Chaque fois qu’il tente de passer, les garde-frontières lui rendent son passeport et lui demandent de faire demi-tour. Anton, un autre Russe de 27 ans confie dans un journal local : “J’ai peur. Mais j’ai moins peur que mes proches qui eux sont contraints de rester en Russie“.


le 26 mars 2022


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
26 mars 2022

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
15h20 - 16h25 ()
15h50 - 17h01 (*)
17h10 - 18h21 ()
17h00 - 18h22 (+)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
05h40 - 06h58
06h58 - 08h18
09h20 - 10h22
10h34 - 11h42
12h06 - 13h10
ORAN - ALGER (Agha)
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07 (*)
12h30 - 17h54 (*)
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER(Agha)- ORAN
06h10 - 11h25
08h00 13h15 (*)
10h35 - 15h10
12h30 - 17h54
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
TLEMCEN- GHAZOUET
GHAZOUET- TLEMCEN
ORAN - TÉMOUCHENT
TÉMOUCHENT - ORAN
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
08h00 10h19
10h00 12h00
12h30 14h53
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
06h50 09h15
10h44 13h15
12h13 14h09
15h12 17h54
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h00 Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h00 05h00 Diesel

Nombre de Visites :

  • 2 301
  • 6 361