La première charte des droits des prisonniers promulguée par l’Emir Abdelkader en 1843

SAIDA – La première charte des droits des prisonniers fixant les conditions de leur traitement avait été promulguée en 1843 par l’Emir Abdelkader, soit 21 ans avant la Convention de Genève, a affirmé, samedi à Saida, le président d’honneur de la Fondation Emir Abdelkader, M. Driss El Djazairi.

“Le fondateur de l’Etat algérien moderne avait donné en 1837 des instructions écrites à ses troupes leur interdisant de tuer, de torturer ou de maltraiter les prisonniers de guerre français”, a indiqué M. El Djazairi lors d’une conférence sur la criminalisation du colonialisme français, organisée par la section de wilaya de la Fondation.

Ces instructions, a-t-il expliqué, ont été ensuite suivies par la tenue d’une grande rencontre à laquelle ont assisté plus de 300 chefs militaires et politiques en 1843 où une charte a été approuvée fixant les droits des prisonniers et les conditions de leur traitement. “L’Emir avait même consacré une récompense aux Algériens qui remettaient à ses troupes un prisonnier et des sanctions contre les populations maltraitaient des prisonniers”, a-t-il dit.

Le conférencier a ajouté que l’Emir avait organisé une “première opération d’échange de prisonniers avec l’armée française lorsqu’un prêtre est intervenu pour libérer un comte français fait prisonnier et avait même demandé à l’église catholique de déléguer un prêtre pour prendre en charge l’aspect religieux des prisonniers chrétiens, en guise de reconnaissance des droits religieux des prisonniers”.

M. Driss El Djzairi a également affirmé que ce qu’avait fait l’Emir Abdelkader découle d’une profonde compréhension de la religion musulmane, une religion de tolérance, de droit, de pardon et d’égalité, qui aujourd’hui, “est combattue au nom de la mondialisation dans des pays qui se disent démocrates et prétendent défendre les droits de l’Homme”.

“Le Coran parle de la différence de races et de langues comme facteurs d’échanges, de coopération et de diversité et non de conflits. Cette compréhension profonde de l’Islam a permis à l’Emir d’éviter à 12.000 chrétiens et juifs un massacre certain en 1860 à Damas”, a-t-il encore souligné.

Le président d’honneur de la Fondation Emir Abdelkader a interpellé, à la fin de sa conférence, “la France, qui prétend à la démocratie et à la défense des droits de l’Homme à reconnaître ses crimes perpétrés en Algérie durant la période coloniale comme signe de loyauté envers les valeurs auxquelles elle s’attache”.

Pour sa part, le général major en retraite, Abdeslam Bouchouareb, a signalé, dans son intervention, que des écrivains français reconnaissent que “la France coloniale a tué 4 millions d’algériens entre 1830 et 1872”, ajoutant que le nombre des martyrs de la Révolution du premier novembre 1954 est estimé à 1 million 500 mille chahids, soit un bilan de 557 chahids tués par jour, “un chiffre qui n’a été enregistré dans aucune autre colonisation et qui fait du colonialisme français en Algérie le plus odieux dans l’histoire”.

L’intervenant a également affirmé que la révolution de l’Emir Abdelkader représente le détonateur de toutes les révolutions qui l’ont succédée à commencer par celle de Zaatchas à Bouamama et à El Mokrani jusqu’à la Révolution du 1er novembre, où les moudjahidines qui avaient passé des années dans les maquis s’étaient inspirées de la détermination de l’Emir à combattre l’occupant français depuis l’âge de 17 ans.

Le professeur Said Benabdallah a traité, pour sa part, des circonstances de la guerre de libération où il fut officier dans la sixième zone de la wilaya V historique, rappelant les énormes sacrifices consentis par le peuple algérien pour son indépendance.

M. Mustapha Sahraoui, chef de la section de la Fondation Emir Abdelkader à saida a entretenu l’assistance de la participation des tribus de cette wilaya à l’effort de guerre de l’Emir Abdelkader, qui utilisait Saida comme base arrière


le 17 juin 2012


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
17 juin 2012

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00